Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,59 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Les aventures de Pounif Lopez

De
226 pages

Dans un village perdu de la campagne guatémaltèque, un jeune-homme au physique insipide et au prénom incongru, Pounif, rêve d’Hollywood.
Au fond de sa masure crasseuse, il écrit en secret des scénarios de blockbusters imaginaires, dont il est persuadé qu’ils seront un jour réalisés par les plus grands !
Flanqué d’une mère atroce et de voisins qu’il méprise, Pounif décide un jour de fuir définitivement cette réalité sordide et de partir aux Etats-Unis pour devenir une sommité hollywoodienne. Peut-être pourrait-il enfin réaliser son fantasme absolu : faire l’amour à l’actrice Sharon Clone et boire des verres avec ses héros Prad Bitt et Brice Willus ?
Mais entre la mafia des passeurs mexicains, les boulots sinistres et les caprices de stars dégénérées, le rêve américain de Pounif va s’apparenter à une impitoyable course d’obstacles, ce qui n’empêchera jamais notre héros de croire coûte que coûte à son destin.

Avec « Les aventures de Pounif Lopez », Dominique Ziegler nous propose un voyage à l’humour corrosif sans temps morts, dans un monde cynique et sans pitié !

Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Extrait
Pounif était en train de se masturber dans sa chambre lorsque la voix stridente de sa mère parvint à ses oreilles depuis le rez-de-chaussée.
— Pounif, va chercher des pommes de terre. Rapido !
— Oh non, pensa Pounif, pas maintenant !
Il se trouvait juste au milieu de son fantasme préféré : Sharon Clone était en mini-jupe devant lui et écartait les jambes de manière provocante devant un parterre de policiers dont il faisait partie. Directement pompée d’un thriller érotique qui le hantait depuis plusieurs années, cette scène brûlante s’achevait, dans son imagination, par la sortie – pour des raisons indéterminées – des enquêteurs de la salle et par l’avancée féline de Sharon à moitié nue vers le dernier membre de l’ordre encore présent dans les lieux, c’est-à-dire lui. La créature céleste tombait alors à ses genoux, dégrafait son pantalon en tweed et sans autre forme de procès lui administrait un solide blow job.
Suivant sa capacité de rétention, Pounif faisait durer la scène jusqu’à un coït d’une grande sauvagerie au cours duquel il administrait une sévère correction à Sharon pour leur plus grand plaisir à tous les deux.
— Bon sang, qu’est-ce que tu fous, abruti, tu descends ou il faut que je vienne te chercher ? hurla à nouveau sa génitrice.
Pounif décida de prendre son courage à deux mains – c’était le cas de le dire – et balança la sauce sur le lisse visage de l’Américaine.
Lorsqu’il ouvrit les yeux la seconde d’après, la médiocrité de sa condition lui apparut à nouveau dans toute sa crudité. Sur le matelas troué qui lui servait de lit, des cafards gambadaient joyeusement autour des flaques gluantes qu’il venait d’engendrer avec fougue.
L’espace de ce qui lui servait de chambre avait peu à voir avec celui du bureau feutré du FBI dans lequel s’était déroulé l’interrogatoire de la belle suspecte. Un drap jaune pendait face à son matelas entre deux parois étroites, délimitant ainsi les dimensions de la pièce.
Il se leva, remonta son unique jeans, s’essuya les mains sur son T-shirt rapiécé et quitta son havre de paix. En bas du petit escalier en bois, sa mère, une casserole à la main, l’attendait, l’air peu amène.
— Coño, tu vas attendre la nuit pour aller me chercher ces patates ou quoi ? Espèce de couillon, tu as de la chance que ton père soit mort, sinon il t’aurait donné une bonne raclée !
— C’est bon…