Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

2
Titre
Les bambous du lac Ezanga
3
Titre Éric Bourdon
Les banbous du lac Ezanga Partie II : Nooto
Roman
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2007 www.manuscrit.com ISBN : 2-7481-7296-5 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782748172966 (livre imprimé) ISBN : 2-7481-7297-3 (livre numérique) ISBN 13 : 9782748172973 (livre numérique)
6
.
.
8
Chapitre 1
CHAPITRE1
Il est presque treize heures lorsque nous quittons l’hôtel. La piste entre Lambaréné et Fougamou n’est qu’une longue déchirure cramoisie au milieu du velours vert de la forêt. Je suis assis à l’arrière de la Toyota avec Maman Marie. Paul conduit, Soglo, à côté de lui, ne desserre pas les dents. Je raconte par le menu la soirée avec len’ganga. Maman Marie est très intéressée par les explications du vieuxfang. Elle ne dit rien, elle écoute simplement. Lorsque j’ai fini, elle me regarde et me demande. – Tu penses qu’il était sincère. Je jette un regard en coin à Paul qui écoute ce que nous disons. – Oui tout à fait ! il ne m’a pas tout dit. J’ai souhaité que vous soyez présente lors de notre prochaine entrevue. – Tu as bien fait. Effectivement j’aimerais approfondir certaines choses. – Qu’est ce que vous avez l’intention de demander au père Augustin ?
9
Les bambous du lac Ezanga
– C’est très simple, je veux que lui aussi m’explique lebwiti.Un long silence suit la remarque de Maman Marie.– Maman Marie !Je parle à voix basse. Elle ne bouge pas et garde le regard rivé vers l’avant.– Oui !Elle sait très bien ce que je vais lui demander.– Vous deviez me donner de ses nouvelles.Maman Marie observe une indifférence que je soupçonne être feinte.– Je sais, mais tu en auras bientôt !– Pourquoi, bientôt ?Lamambo a le regard qui se perd dans le lointain. De profil, elle a un petit air de Bouddha avec son visage rond et ce sourire indéfinissable qui flotte sur ses lèvres. Elle lâche.– Dame de pique et Annie-Flore arrivent demain ! J’ai besoin d’aide… On va subir de plus en plus d’attaques… je me suis aperçue que je fatiguais lors des évocations… C’est toi qui a demandé que je la fasse venir.Son regard reste fixé sur le paysage qui défile devant la voiture. Pourtant elle a des petites rides au coin des yeux qui ne trompent pas sur ses pensées intimes. Je sais qu’elle s’amuse ! – J’ai téléphoné hier soir à Porto Novo, au président… .
10