Les Belges

De
Publié par

Des crimes de Marc Dutroux, en août 1996, à la contamination de poulets par la dioxine, en juin 1999, la Belgique n'a cessé de défrayer la chronique. L'évasion rocambolesque du même Dutroux et le discrédit jeté sur le Tour de France par des fournisseurs flamands de produits dopants complètent la série catastrophe qui révéla la fragilité d'une société ayant accumulé trop longtemps sans réagir deuils et pertes de repères. Le monde entier s'est interrogé : la Belgique, considérée jusqu'alors comme une démocratie stable et prospère, ne sera-t-elle pas en train de bascule dans l'anarchie ? Cet Etat fraîchement fédéralisé allait-il suivre l'exemple de la Yougoslavie et de la Tchécoslovaquie et, à son tour, disparaître du continent européen ?
Malgré leur individualisme atavique et leur scepticisme chronique à l'endroit de toute forme de pouvoir, les Belges ont montré leur capacité, tant morale que politique, à surmonter cette crise et à entreprendre des réformes nécessaires à la restauration de l'État de droit. La "marche blanche" d'octobre 1996 fut le signal de ce redressement. Les élections législatives de juin 1999 ont confirmé cette volonté de réhabilitation de la citoyenneté.
Le récit enlevé et l'analyse brillante de Didier Pavy constituent à l'évidence une mine riche d'enseignement pour une Europe de plus en plus multiculturelle et ouverte sur le monde, où l'État Nation se trouve remis en question et où les élites politiques et intellectuelles doivent gérer des situations économiques et sociales de plus en plus complexes.

Didier Pavy est journaliste. Il est correspondant permanent du Nouvel Observateur et du mensuel économique Challenges en Belgique depuis 1992.
Publié le : mercredi 15 septembre 1999
Lecture(s) : 455
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246558491
Nombre de pages : 320
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Des crimes de Marc Dutroux, en août 1996, à la contamination de poulets par la dioxine, en juin 1999, la Belgique n'a cessé de défrayer la chronique. L'évasion rocambolesque du même Dutroux et le discrédit jeté sur le Tour de France par des fournisseurs flamands de produits dopants complètent la série catastrophe qui révéla la fragilité d'une société ayant accumulé trop longtemps sans réagir deuils et pertes de repères. Le monde entier s'est interrogé : la Belgique, considérée jusqu'alors comme une démocratie stable et prospère, ne sera-t-elle pas en train de bascule dans l'anarchie ? Cet Etat fraîchement fédéralisé allait-il suivre l'exemple de la Yougoslavie et de la Tchécoslovaquie et, à son tour, disparaître du continent européen ?
Malgré leur individualisme atavique et leur scepticisme chronique à l'endroit de toute forme de pouvoir, les Belges ont montré leur capacité, tant morale que politique, à surmonter cette crise et à entreprendre des réformes nécessaires à la restauration de l'État de droit. La "marche blanche" d'octobre 1996 fut le signal de ce redressement. Les élections législatives de juin 1999 ont confirmé cette volonté de réhabilitation de la citoyenneté.
Le récit enlevé et l'analyse brillante de Didier Pavy constituent à l'évidence une mine riche d'enseignement pour une Europe de plus en plus multiculturelle et ouverte sur le monde, où l'État Nation se trouve remis en question et où les élites politiques et intellectuelles doivent gérer des situations économiques et sociales de plus en plus complexes.

Didier Pavy est journaliste. Il est correspondant permanent du Nouvel Observateur et du mensuel économique Challenges en Belgique depuis 1992.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.