Les Brissac et l'histoire

De
Publié par

Une belle histoire que celle des Brissac. L’auteur, Pierre de Cossé, douzième duc du nom, nous la raconte en faisant revivre ses personnages : quatre maréchaux, des pairs de France, des gouverneurs, des lieutenants généraux, trois évêques, un conspirateur, un libertin, et d’autres. De nombreuses dames passent aussi en sillage parfumé : des favorites, Agnès Sorel, Diane de Poitiers, la duchesse d’Etampes, la marquise de Pompadour, Jeanne du Barry. Auprès de ces reines de la main gauche, il semble que les Brissac aient eu accès et furent parfois « compétitifs ». Nous rencontrons aussi Hélène de Surgères (« Quand vous serez bien vieille, le soir à la chandelle ») ; voici une fondatrice de monastère, prénommée Délie, qui ne fut pas canonisée, et c’est dommage : « Sainte Délie » sonnait bien ; voici les duchesses de Brissac, l’une d’elles, née Diane de Nivernais, voyageuse, écrivassière à la Sévigné, et « curiste » à Vichy et à Contrexéville sous Louis XIV, d’autres, de souche bretonne, et mieux, normandes, car en Normandie les herbages sont plus hauts, et leurs dots étoffées d’autant. Car il faut beaucoup d’argent à ces Brissac : il y a la guerre où l’on doit s’équiper et équiper ses troupes ; un gentilhomme souvent s’y ruine. Il y a la présence à la Cour. Il y a les bâtiments : sous Henri IV et Louis XIII, le premier duc de Brissac reconstruit son château, deux lieues sud des Ponts-de-Cé, en Anjou, et n’y va pas de main morte : sept étages, nous disons bien sept, le château le plus haut de France à l’époque. Dans cette hauteur, un peu d’orgueil… Par ces personnages et leur décor, c’est l’histoire de France que nous parcourons à travers le destin d’une famille, car depuis quelque six siècles, les Cossé-Brissac sont témoins et acteurs des événements qui marquent.
Publié le : jeudi 8 mai 2003
Lecture(s) : 37
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246798491
Nombre de pages : 342
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Une belle histoire que celle des Brissac. L’auteur, Pierre de Cossé, douzième duc du nom, nous la raconte en faisant revivre ses personnages : quatre maréchaux, des pairs de France, des gouverneurs, des lieutenants généraux, trois évêques, un conspirateur, un libertin, et d’autres. De nombreuses dames passent aussi en sillage parfumé : des favorites, Agnès Sorel, Diane de Poitiers, la duchesse d’Etampes, la marquise de Pompadour, Jeanne du Barry. Auprès de ces reines de la main gauche, il semble que les Brissac aient eu accès et furent parfois « compétitifs ». Nous rencontrons aussi Hélène de Surgères (« Quand vous serez bien vieille, le soir à la chandelle ») ; voici une fondatrice de monastère, prénommée Délie, qui ne fut pas canonisée, et c’est dommage : « Sainte Délie » sonnait bien ; voici les duchesses de Brissac, l’une d’elles, née Diane de Nivernais, voyageuse, écrivassière à la Sévigné, et « curiste » à Vichy et à Contrexéville sous Louis XIV, d’autres, de souche bretonne, et mieux, normandes, car en Normandie les herbages sont plus hauts, et leurs dots étoffées d’autant. Car il faut beaucoup d’argent à ces Brissac : il y a la guerre où l’on doit s’équiper et équiper ses troupes ; un gentilhomme souvent s’y ruine. Il y a la présence à la Cour. Il y a les bâtiments : sous Henri IV et Louis XIII, le premier duc de Brissac reconstruit son château, deux lieues sud des Ponts-de-Cé, en Anjou, et n’y va pas de main morte : sept étages, nous disons bien sept, le château le plus haut de France à l’époque. Dans cette hauteur, un peu d’orgueil… Par ces personnages et leur décor, c’est l’histoire de France que nous parcourons à travers le destin d’une famille, car depuis quelque six siècles, les Cossé-Brissac sont témoins et acteurs des événements qui marquent.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi