Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

Les brûleurs de temples

De
308 pages

BnF collection ebooks - "Le 14 juillet 1846 fut un jour mémorable pour l'arrondissement de X..., département de la Loire : il élut ce jour-là, pour député, monsieur Jacques Servais, riche négociant du pays ; cette élection fut accompagné de quelques-unes de ces péripéties singulières qui dramatisaient, à cette époque, les luttes électorales."

BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

etc/frontcover.jpg
À propos de BnF collection ebooks

 

BnF collection ebooks est éditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bibliothèque nationale de France.

Fruit d’une sélection fine réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF par un comité éditorial composé de ses plus grands experts et d’éditeurs, BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés.

Morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse, tous les genres y sont représentés.

Éditée dans la meilleure qualité possible eu égard au caractère patrimonial de ces fonds, conservés depuis de nombreuses années par la BnF, les ebooks de BnF collection sont proposés dans le format ePub, un format ouvert standardisé, pour rendre les livres accessibles au plus grand nombre sur tous les supports de lecture.

Préface de cette nouvelle édition

Je ne veux tromper personne, pas même mes rares lecteurs. Le roman qu’on va lire (?) n’est pas inédit : je voudrais pouvoir affirmer qu’il a remué la ville et la cour et soulevé des polémiques passionnées ; que cinquante éditions n’ont pu suffire à l’avidité du public ; que trois enseignes de magasins, deux étoffes nouvelles et un cheval de course se sont empressés de prendre le nom de mon héroïne ou de mon héros ; que le livre a fait concurrence, en 1855, à la guerre de Crimée, en 1859 à la campagne d’Italie, et que mes libraires ont dû requérir l’intervention de la garde municipale pour rétablir, rue Vivienne, la circulation interrompue par la foule des acheteurs.

Sed magis amica veritas. Ce livre est de ceux qui ont suggéré à un de mes plus spirituels persécuteurs la phrase ci-jointe : « L’auteur des Causeries littéraires ne s’est résigné à faire de la critique qu’après avoir fait, dans le roman, d’effroyables fouis. »

Eh bien, c’est de cette sentence que j’ose interjeter appel. Voici mon excuse :

Lorsqu’un homme à qui l’on reconnaît quelques qualités de critique et dont l’imagination n’a pas été refroidie par ses habitudes d’analyse, a écrit un roman avec conviction, avec amour, avec passion ; lorsque, le relisant au bout de six ans comme le livre d’un autre, il n’a pu, en conscience, s’en déclarer mécontent, il a le droit de risquer une nouvelle épreuve sans être accusé d’une présomption ridicule.

Je soumets, aujourd’hui cette épreuve à mes confrères et au public : qu’on me permette d’ajouter quelques lignes, d’explication pour ; le passé et pour l’avenir.

Il y a eu dans ma vie littéraire, – justement, à l’époque, où ce roman parut, – une phase pénible et mauvaise. À des convictions sacrées, qui, je l’espère, soutiendront ma faiblesse jusqu’au terme, d’une carrière déjà longue, s’étaient ajoutées, des passions que j’ose appeler factices, des animosités, des ressentiments, des amertumes ; résultat inévitable d’une situation fausse, aggravée par d’incessantes égratignures.

Depuis lors, la publication d’un livre que je n’ai pas besoin de rappeler, a fait l’effet de ces orages, de ces coups de tonnerre qui peuvent parfaitement déraciner un arbre, effondrer un terrain, brûler une maison ou asphyxier un homme, mais qui, lorsqu’ils se sont enfuis à l’horizon, laissent l’atmosphère rassérénée et nos poitrines soulagées d’une oppression insupportable. Je ne parlerais pas de ce changement, si plusieurs de mes amis et même de mes ci-devant ennemis ne s’en étaient aperçus. Je me trompe peut-être, mais il me semble que ma littérature perd de son caractère renfrogné, maussade, hargneux, grincheux, quinteux ; qu’elle a plus d’air, plus d’espace, plus de soleil ; que je respire plus librement, et que, sans être, hélas ! devenu un aigle, je ne suis plus un hibou.

Le moment n’est donc pas mal choisi pour redemander un quart d’heure d’audience en faveur de celui de mes ouvrages où je me suis le plus efforcé de combiner et de fondre la fiction et la critique, le roman et l’étude de mœurs, l’invention et l’analyse, l’imagination et l’observation ; – deux éléments d’intérêt qui, sous des mains aussi inhabiles que les miennes, peuvent se contrarier souvent, mais qui, après tout, ne sont pas incompatibles. Les Brûleurs de Temples pourraient se raconter en vingt lignes : Julien veut brûler le temple d’Éphèse, c’est-à-dire la société assise tant bien que mal sur ses antiques bases ; Anselme veut incendier le temple de Baal, c’est-à-dire cet ensemble de puissances funestes, de séductions meurtrières, d’entraînements dangereux auxquels la société cède en se jouant jusqu’à ce qu’elle se trouve sur le rocher à pic, au bord du gouffre. Julien a une heure de succès : c’est l’heure des emportements et des vertiges révolutionnaires ; Anselme a quelques mois de vogue ; c’est le temps de réaction, de repentir, de colère contre autrui et contre soi-même, le temps d’angoisse et d’épouvante, où la société, sous l’influence immédiate de ses frayeurs impitoyables, donne à ses défenseurs carte blanche contre tous ceux qui l’ont charmée, trompée, amusée et, finalement, conduite à l’abîme. Mais le péril s’éloigne : la société se remet de son effroi. Ses dangers et ses terreurs ne lui semblent plus qu’un mauvais rêve : il faut se divertir, s’enrichir, s’étourdir, jouir, chasser les trouble-fêtes, réparer le temps perdu. Haro sur le premier Érostrate, qui a mis le feu au temple d’Éphèse ! Haro sur le second, qui a tenté de brûler le temple de Baal ! L’un a horriblement dérangé cette brave société qui ne veut pas périr ; l’autre ennuie horriblement cette société conséquente, clairvoyante et reconnaissante, qui ne veut pas faire pénitence. Voilà l’idée réduite à sa plus stricte sécheresse. Sur ce squelette j’ai essayé de mettre des chairs : sur ces chairs, les couleurs et les mouvements de la vie. Il m’est impossible de croire qu’une intrigue romanesque, des scènes de passion, des personnages auxquels peut se-raccrocher l’attention ou la sympathie du lecteur, que tout cela soit de nature à gâter une idée philosophique au lieu d’aider à la rendre plus saisissante, plus accessible et plus populaire. Mais, ce dont je suis beaucoup plus sûr, ce que je tiens à dire bien haut, c’est que cette étude de mœurs, ces portraits satiriques, ces physionomies contemporaines, restées à l’état collectif, applicables à tout le monde et à personne, suffisamment, mitigées d’idéal et de fantaisie, maintenues, en un mot, à mille lieues de la personnalité, sont cent fois préférables aux réalités photographiques. Cette déclaration bien nette me donne le droit d’ajouter quelques lignes.

N’avais-je pas eu, pendant sept ou huit ans, à me plaindre d’attaques injustes, de dédains systématiques, d’un régime impatientant d’épigrammes et de coups d’épingle ? Franchement, je le crois. Ce n’est pas ainsi que l’on devait traiter un homme qui n’avait fait de mal à personne, qui se contentait des rôles sacrifiés, qui donnait, faute de mieux, l’exemple de la persévérance et du travail, et qui ne tondait pas même la largeur de sa langue dans ce pré littéraire où croissent les pensions, les droits d’auteur, les récompenses officielles, les gros traitements, les gros bénéfices, les prix d’Académie et les rubans rouges. Privé de tout appui dans la presse officieuse, suspect à la littérature libérale, odieux aux écrivains fantaisistes, démocrates, bohèmes, à cette jeune génération littéraire dont l’esprit s’éparpille un peu partout, j’ai été presque constamment seul, moi qui aurais plus besoin qu’un autre d’être entouré, dirigé, réglé, soutenu, et dont les allures ne sont pas, que je sache, bien rébarbatives ! C’est dans un isolement parfois absolu que j’ai eu à poursuivre ma vie de travail, sans cesse contrariée par toutes sortes de circonstances défavorables. Et cependant, toute proportion gardée dans la question de talent, de publicité à offrir aux ouvrages de l’esprit, quel critique, parmi les vieux, a tendu plus souvent la main aux jeunes, encouragé plus de débuts, mis ou tenté de mettre en lumière plus de noms et plus de livres ? Si le résultat n’a pas toujours répondu à ma bonne volonté, si la tribune d’où je m’adresse au public n’est pas toujours de celles qui assurent aux succès littéraires la consécration et l’éclat, est-ce ma faute ? Peut-être mes choix, en ce genre, auraient-ils dû me concilier l’estime, au lieu de servir si souvent de texte aux quolibets et aux sarcasmes. Mais je ne veux pas prolonger ce plaidoyer qui fera probablement sourire. Vous demander de lire ce roman des Brûleurs de Temples, que vous n’avez certainement pas lu, ce serait, de ma part, une risible exigence ; vouloir faire violence à un succès qui se refuse, ce serait renouveler la faute grotesque des amants maltraités qui veulent se faire aimer par force ; ressusciter un livre mort sans avoir vécu, c’est un miracle au-dessus de mes forces. J’ai cette fois une autre ambition que je crois meilleure : mon succès me semblerait complet si j’avais réussi à faire cesser, entre mes confrères et moi, un malentendu qui a trop duré, qu’il était peut-être difficile d’éviter, mais que je m’obstine à ne pas regarder comme irréparable.

ARMAND DE PONTMARTIN.

 

Paris, 12 juin 1863.

Prologue

Pourquoi je reste à la campagne

« Monsieur Félix Daruel ?

– Il n’est pas encore arrivé ; mais nous l’attendons d’un moment à l’autre.

– Veuillez, dès qu’il arrivera, lui remettre ma carte. » Désireux de juger, par ce premier échantillon, quelles seraient les relations de son futur locataire, ou tout simplement fidèle aux instincts de sa profession, le concierge lut la carte :

« Le baron de Ressan, secrétaire général au ministère de la justice [ 1 ]. »

Le concierge formulait une petite grimace approbative, quand un nouveau coup de marteau retentit à la porte de l’hôtel :

« Monsieur Félix Daruel ?

– Il n’est pas encore arrivé ; mais nous l’attendons d’un moment à l’autre.

– Voici ma carte que je vous prie de lui remettre à son arrivée. »

Et ce second visiteur, – taille élégante, mise correcte, redingote noire, ruban de la Légion d’honneur, – disparut à l’angle de la rue de Boursault.

Le concierge lut sa carte :

« Le comte de Méreuil, ministre plénipotentiaire de France à St… »

« Tiens ! tiens ! murmura le Pipelet ; il paraît que notre locataire va avoir de belles connaissances !… »

À peine finissait-il son monologue, qu’un autre visage et un autre ruban rouge parut à sa vitre :

« Monsieur Félix Daruel ?

– Il n’est pas encore arrivé ; mais nous l’attendons d’un moment à l’autre.

– Remettez-lui ma carte, et dites-lui que je désire le voir. »

Le concierge s’inclina et lut : « Le directeur de la Revue des Deux-Mondes. »

Cette fois, il ne comprit pas très bien le rang qu’un pareil titre assignait dans l’échelle sociale ; mais deux mondes et une revue lui parurent des choses très imposantes, et il persista dans sa haute idée sur les relations de son locataire.

Cinq minutes après, une quatrième figure se présenta ; œil vif, profil spirituel, gravité d’administrateur tempérant des allures d’artiste, et toujours le ruban rouge.

« Monsieur Félix Daruel ?

– Il n’est pas encore arrivé, mais nous l’at…

– Tenez, voilà ma carte ; vous lui direz, je vous prie, que j’ai grande envie de causer avec lui. »

Cette quatrième carte alla rejoindre les trois autres, non sans avoir passé sous le regard curieux du Concierge, qui fit la moue après avoir lu :

« Le Commissaire impérial près la Comédie-Française ! »

« Allons ! des comédiens à présent ! Mais que peut donc être notre nouveau locataire ? grommela-t-il entre ses dents. Puis il compta sur ses doigts : Ministère de la justice… Serait-ce un magistrat ? Ministre plénipotentiaire… Serait-ce un ambassadeur ? Revue des Deux-Mondes… Serait-ce un Américain ou un général ? Comédie-Française… Serait-ce un acteur ? Hier vingt mille francs payés à monsieur Monbro ; ce matin, quinze mille à monsieur Tahan ; avant-hier, douze mille à monsieur Beugniet, pour ces quatre tableaux grands comme la main. L’autre jour, trois mille au fleuriste pour les vases et les jardinières ; dix mille au tapissier pour les rideaux et les tentures ; onze mille à monsieur Devédeux pour les trois chevaux qui attendent dans l’écurie ; neuf mille à monsieur Erlher pour le coupé et le brihska qu’on a placés sous la remise… Total, quatre-vingt mille francs en trois jours, chez monsieur Aubry, le notaire dont monsieur Daruel avait donné l’adresse… payés rubis sur l’ongle, à première vue… Serait-ce un juif de Bordeaux ou de Marseille ? ». La face naturellement renfrognée du Pipelet s’éclaircit à cette pensée qui lui promettait, dans un avenir prochain, une Californie d’étrennes et de pourboires. Ses rêves dorés furent un peu dérangés par un nouveau coup de marteau, très timide cette fois, et par une nouvelle apparition moins brillante que les autres. C’était un homme de trente à trente-deux ans, dont la figure pâle et amaigrie trahissait ou d’intimes souffrances, ou des privations, ou une maladie récente. Quoique jeune encore, des rides précoces plissaient légèrement ses tempes, et quelques cheveux déjà grisonnants achevaient de lui donner un air de fatigue et de déclin. Un observateur attentif eût découvert sur la physionomie intelligente des indices différents et presque contradictoires. Ainsi, il y avait des moments où un feu soudain s’allumait dans son regard, qui prenait tout à coup une expression passionnée et fébrile ; il y en avait d’autres où cette flamme semblait s’amortir et se voiler dans une pensée de résignation, de douleur ou de sacrifice. On eût dit tantôt un ambitieux déçu, tantôt un amant désolé, tantôt un chrétien traversant un moment d’épreuve. Sa démarche hésitante, craintive, était celle d’un homme qui, se sachant malheureux, doute de pouvoir jamais se relever, ou qui, repoussé ailleurs, ne croit plus pouvoir être accueilli. Sa mise, où se révélaient des efforts d’économie et de propreté, n’était pas celle de la misère, mais de la pauvreté.

Il salua et demanda d’une voix douce, un peu tremblante, monsieur Félix Daruel ?

Il n’est pas arrivé, répondit brusquement le concierge. »

L’inconnu tira de sa poche un morceau de papier, y écrivit au crayon son nom : Anselme Maynard, le tendit au concierge, et se retire silencieusement. « Un solliciteur ! quelque employé à douze cents francs, chargé de famille ! dit avec dédain l’honnête cerbère : » mais il n’était pas au bout de ses conjectures et de ses surprises : un quart d’heure ne s’était pas écoulé, qu’un dernier visiteur survint et absorba toute sa curiosité.

Un personnage aujourd’hui oublié, Chodruc-Duclos, est resté dans nos vagues souvenirs d’enfance comme le type de ces êtres bizarres, fantastiques, presque effrayants, tels qu’on n’en peut rencontrer qu’à Paris et tels qu’en produisent les civilisations fermentées, surexcitantes, combinées avec un effroyable mélange de vice, de malheur et de désordre. On les rencontre en pleins boulevards, dans les passages, sur le trottoir des rues les plus élégantes, coudoyant le luxe et la richesse avec cette apathie terrible du joueur qui vient de perdre son dernier louis ; flairant aux soupiraux des restaurateurs, magnétiquement attirés vers le grillage des changeurs et l’étalage des bijoutiers ; se drapant dans leurs haillons comme des valets de bonne maison dans leurs livrées ; jetant aux heureux qui passent le silencieux défi du vaincu, l’ironie désespérée du cynique ; épaves de quelque naufrage inconnu, héros ou comparses de quelque drame ignoble ou hideux, dénoué à Clichy ou à la cour d’assises, à l’Hôtel des Ventes ou aux avenues de la rue de Jérusalem ; leçons vivantes et sinistres, traversant incessamment la grande ville comme pour servir de contrepoids à de scandaleuses fortunes ; lendemains d’orgie, offerts en exemples aux enivrés du jour, qui les remarqueront à peine et n’en profiteront pas !

Le nouveau venu que nous présentons à nos lecteurs appartenait à cette race étrange, marquée du sceau de cette fatalité parisienne, si connue de quiconque en a sondé les rescifs et les bas-fonds. Il n’avait pas d’âge, et l’on n’aurait pu dire si son acte de naissance accusait vingt-cinq ans ou soixante. Son visage, d’une pâleur mate, empourpré çà et là de tons vineux et violents, disparaissait aux trois quarts sous une barbe inculte et des cheveux déjà rares, mais d’une longueur désordonnée. Ses yeux, rougis par l’insomnie, la débauche ou la trace de larmes lointaines, avaient peu à peu éteint leurs éclairs dans une fixité sombre et morne. Son chapeau, jadis noir, à ailes étroites, rongées de vétusté, était roussi et passé à l’état d’éponge par suite d’un usage indéfini et d’intempéries innombrables. Sa cravate rouge, en lambeaux, tordue autour de son cou et ramenée sur sa poitrine, cachait fort mal l’absence du gilet et ne laissait pas croire à une chemise. Quoiqu’on fut en plein été, un gros paletot sac en ratine jaunâtre, devenue lisse comme du coutil, et constellée de pièces, de taches et de trous, descendait jusqu’à ses talons, exhalant par tous les pores de son tissu friable comme de l’amadou, une forte odeur de tabac et d’eau-de-vie. Cet ensemble était complété par un pantalon de toile mal rapiécée et un énorme gourdin.

Quand la misère s’élève à cette sorte de poésie lugubre, on ne la méprise plus, elle fait peur ; ce fut presque avec effroi que le concierge demanda à l’inconnu ce qu’il voulait.

« Monsieur Félix Daruel ? fit-il d’une voix âpre comme une râpe et mordante comme une scie.

– Il n’y est pas.

– Eh bien ! quand il rentrera…

– Il n’est pas à Paris…

– Eh bien ! quand il arrivera, reprit le visiteur en haussant le ton, dites-lui bien que Julien Féraud est venu le demander… Vous entendez, Julien Féraud, ajouta-t-il en scandant toutes les syllabes ; et surtout ne l’oubliez pas !

– Oui, monsieur ; Julien Féraud. Je… m’en souviendrai bien, murmura le concierge, stupéfait de ce ton impérieux chez un homme aussi misérable. »

Celui-ci s’éloigna en sifflotant un air de guinguette.

Le Pipelet, fort ému, se demanda qui pouvait encore lui arrivera près une visite pareille. Mais il n’eut plus, jusqu’au soir, d’autre apparition que le chapeau ciré, le collet vermillon et la figure placide du facteur de la petite poste, qui frappa discrètement à la vitre :

« Bonsoir, père Morand ; une lettre !

– Pour monsieur Félix Daniel ?

– Justement. Elle a le timbre. Au revoir. »

La lettre était grande, assez négligemment cachetée, et semblait une circulaire. Le père Morand n’eut pas besoin de surmonter de bien vifs scrupules pour l’ouvrir tout à fait et la lire : elle ne renfermait que ces trois lignes :

« Les anciens élèves du collège Sainte-Barbe se réuniront, dans leur banquet annuel, aux Frères-Provençaux, mercredi, 4 juillet : Monsieur Félix Daruel est prié d’y assister. »

Ceci se passait le 20 juin, à la porte d’un charmant petit hôtel, situé au coin de la rue de Boursault, en l’an de grâce et d’Exposition universelle 1855.

Tout avait été prévu et préparé pour que l’arrivée de monsieur Félix Daruel à Paris et le temps qu’il comptait y passer et dont il n’avait pas fixé le terme, échappassent aux ennuis d’une installation fortuite et précaire, et pour que sa famille et lui pussent s’y trouver, dès le premier jour, comme s’ils y avaient passé leur vie. Des fournisseurs prévenus longtemps d’avance et libéralement payés, avaient fait un vrai bijou de ce petit hôtel bâti, dans l’origine, pour un prince russe, repris à cinquante pour cent de perte par l’architecte, et loué par lui à monsieur Daruel. Le soir même, peu d’instants après le passage du facteur, trois domestiques de confiance arrivèrent, annonçant leur maître pour le lendemain matin, et achevèrent d’organiser le service, ébauché déjà par un cocher, un valet d’écurie et un cuisinier. Dans la soirée tout fut déplié, frotté, ciré, épousseté, verni, rangé, pansé, fleuri, parfumé ; les chevaux au râtelier, les voitures prêtes, les rideaux ajustés, les fleurs dans les potiches et le feu flambant dans les cuisines.

Le lendemain matin, les deux voitures qui étaient allées attendre à la gare du chemin de fer, ramenaient monsieur Félix Daruel, sa femme, ses deux filles, âgées de cinq ou six ans, leur institutrice et les femmes de chambre.

Monsieur Daruel paraissait avoir de trente à trente-cinq ans ; sans être beau, il avait une de ces figures qu’on n’oublie pas, et où le rayon d’une vive et haute intelligence éclaire et efface à la fois toutes les irrégularités. Sa femme, de quelques années plus jeune que lui, semblait avoir été dotée, à son berceau, par une fée gracieuse et bonne. Un Parisien aurait dit d’elle : « Elle est ravissante ! » Un Italien : « Elle est sympathique ! » – Elle avait mieux que la beauté ; elle avait le charme. Les deux filles de madame Daruel, Adèle et Marie, ressemblaient à deux fleurs d’innocence et de grâce, données par le ciel à leur mère pour lui servir de couronne et de parure. Fraîches couleurs de la santé, rire des fêtes enfantines, regard bleu, cheveux blonds ; à les voir sauter au cou de leur père où se blottir sur les genoux maternels, on comprenait que ni le mari, ni la femme n’eussent rien à rêver au-delà d’un pareil bonheur.

Dès que monsieur et madame Félix Daruel se furent un peu reposés, on leur remit les cartes et la lettre qui avaient été apportées avant leur arrivée.

« Tiens, Louise ! dit monsieur Daruel avec un mouvement joyeux, mes anciens camarades de Sainte-Barbe ont su probablement que je viendrais à Paris cette année : ils m’invitent à leur banquet. Je me fais d’avance un vrai plaisir de revoir tous ces amis dont je suis séparé depuis si longtemps !

– Et ces cartes, Félix, les as-tu vues ? dit madame Daruel dont le beau front se voila d’un léger nuage de tristesse.

– Ah oui ! ce sont eux… mes compagnons de collège, arrivés aujourd’hui à de belles positions dans le monde… Mais que me veulent-ils ?

– Hélas ! je le devine ; ils veulent t’enlever à mon amour, à notre douce retraite… Ce sont mes ennemis, murmura Louise avec un sourire mélancolique. »

En ce moment, un morceau de papier, glissé parmi les cartes, tomba aux pieds de la jeune femme. C’était celui où Anselme Maynard avait écrit son nom ; au-dessous, de crainte d’oubli, le concierge avait grossièrement crayonné le nom de Julien Féraud.

« Anselme ! Julien ! s’écria madame Daruel ; et aussitôt, comme si ces deux noms en eussent réveillé deux autres dans sa mémoire et dans son cœur, elle ajouta à demi-voix : Malheureuse Ernestine ! pauvre Lucile !

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin