Les Dames de Rome

De
Publié par

Rome, une ville rouge qui cuit à l'étouffée dans ses vieilles murailles, une ville étranglée entre ses collines surmontées de temples raides » Rome la rouge, Rome la sanglante, a vaincu. Lorsque Séléné, la fille de Cléopâtre et de Marc Antoine, y pénètre, enchaînée à son jumeau lors du Triomphe d'Octave, elle n'entend que les hurlements de la foule, les cris des prisonniers qu'on traîne, les mugissements des bêtes qu'on immole. 
Bientôt seule survivante des « enfants d'Alexandrie », la petite captive, qu'on a confiée à Octavie, la sœur du nouveau maître, va vivre son adolescence auprès des nombreux enfants que la « première dame » de Rome élève avec intelligence et tendresse dans sa maison du Palatin. Tandis qu'Octave Auguste impose au monde sa puissance, contraignant les uns au suicide, les autres à la soumission, déjouant complots et conjurations, tandis qu'il fait et défait les mariages des enfants de son clan comme on joue avec des pions, Séléné s'imprègne peu à peu de cette culture romaine qu'elle rejetait. Mais, en secret, la jeune orpheline refuse d'oublier sa mère, la reine d'Égypte, et rêve de vengeance Avec un talent singulier pour rendre la vie aux siècles passés,

Françoise Chandernagor poursuit l'évocation du destin de Séléné, la princesse mélancolique des Enfants d'Alexandrie. Entre splendeur et cruauté, une fresque puissante qui nous emporte dans un monde disparu.

« Une réussite à la fois savante et populaire. » Bernard Pivot, Journal du dimanche

« Un roman d'une force incroyable. » Franz- Olivier Giesbert, Le Point

« Des pages pleines de vivacité, de cruauté, d'épopée mêlées. » Nathalie Crom, Télérama

« Un roman historique haut de gamme. » Emmanuel Hecht, L'Express

« Une formidable érudition Une expérience étonnante. » Bernard Loupias, Le Nouvel Observateur

« Françoise Chandernagor parvient par la force de l'évocation à faire palpiter la splendeur et la férocité d'une civilisation. » Véronique Maurus, Le Monde

Publié le : mardi 6 mars 2012
Lecture(s) : 37
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782226270245
Nombre de pages : 448
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Rome, une ville rouge qui cuit à l'étouffée dans ses vieilles murailles, une ville étranglée entre ses collines surmontées de temples raides » Rome la rouge, Rome la sanglante, a vaincu. Lorsque Séléné, la fille de Cléopâtre et de Marc Antoine, y pénètre, enchaînée à son jumeau lors du Triomphe d'Octave, elle n'entend que les hurlements de la foule, les cris des prisonniers qu'on traîne, les mugissements des bêtes qu'on immole. 
Bientôt seule survivante des « enfants d'Alexandrie », la petite captive, qu'on a confiée à Octavie, la sœur du nouveau maître, va vivre son adolescence auprès des nombreux enfants que la « première dame » de Rome élève avec intelligence et tendresse dans sa maison du Palatin. Tandis qu'Octave Auguste impose au monde sa puissance, contraignant les uns au suicide, les autres à la soumission, déjouant complots et conjurations, tandis qu'il fait et défait les mariages des enfants de son clan comme on joue avec des pions, Séléné s'imprègne peu à peu de cette culture romaine qu'elle rejetait. Mais, en secret, la jeune orpheline refuse d'oublier sa mère, la reine d'Égypte, et rêve de vengeance Avec un talent singulier pour rendre la vie aux siècles passés,
Françoise Chandernagor poursuit l'évocation du destin de Séléné, la princesse mélancolique des Enfants d'Alexandrie
. Entre splendeur et cruauté, une fresque puissante qui nous emporte dans un monde disparu.
« Une réussite à la fois savante et populaire. » Bernard Pivot, Journal du dimanche
« Un roman d'une force incroyable. » Franz- Olivier Giesbert, Le Point
« Des pages pleines de vivacité, de cruauté, d'épopée mêlées. » Nathalie Crom, Télérama
« Un roman historique haut de gamme. » Emmanuel Hecht, L'Express
« Une formidable érudition Une expérience étonnante. » Bernard Loupias, Le Nouvel Observateur
« Françoise Chandernagor parvient par la force de l'évocation à faire palpiter la splendeur et la férocité d'une civilisation. » Véronique Maurus, Le Monde
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant