Les Derniers Hommes rouges

De
Publié par

L'action de situe au Canada, à l'époque où y vivaient encore des hommes rudes dans un climat qui l'était plus encore. Un homme de bien est assassiné par une canaille. Le fils de ce dernier essaye, par tous les moyens, avec l'aide de deux autres crapules, de faire disparaître sa cousine pour hériter de cette dernière qui est très riche. Cette histoire policière sert de trame à de magnifiques descriptions d'une chasse aux bisons sauvages, nourriture de base des Indiens, sous forme de viande séchée.
Publié le : mardi 30 août 2011
Lecture(s) : 204
EAN13 : 9782820607980
Nombre de pages : 66
Prix de location à la page : 0,0011€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
LES DERNIERS HOMMES ROUGES
Pierre Maël
« Lse claCssoillqeucetsi oYnuoScrieb »
Faites comme Pierre Maël, publiez vos textes sur YouScribe YouScribe vous permet de publier vos écrits pour les partager et les vendre. C’est simple et gratuit.
Suivez-nous sur :
  
ISBN 978-2-8206-0798-0
 
À
 
ERNES
T
 
F
L
A
M
M
A
RI
O
N
 La plaiSON NOIRIL  EIBaue déor bt,aindetés esnemmi enar ust poue à l dte uus,da n rouvpoy nidgut aip sel rev sed sadeaun riverd de N luru.euoetelr  lernoe dem ou rà etel cèpsed eoyageurs, car onn  eopvuia todnnsdeip sel rap ei lets meom hes décà t aritres nerairla pers trav ,sec elsed têt le bntuil ieund sed shcses batou-dessusevaux. Ad  euosr.éS ltéiersdernux j beamennoyar sed tnear gseene  litdav eiliilssnaetm arbres delannée eroatni etc sed lurpaa rerunc etomnlau de chespporsea .nL faar sdet  ereocds ehcat sed tiattele senti au pas iuaveitnlaeisrs uxDeav cvider.neiass tnees eial s. Cseurnaissconmdrid aeitnéat paus tebês leabrg nul ,nif lios monturer. Leurne,te  nsea ruia as,irttuttoay poitned nl éetta tellenaav lc ehe, aarabl leuques xued s sebrepux auimancée  lnesip moemél ,luatre alezan, aux etêtd s enuerup dtéigels nepprauel euq erocne sleabquarem rusplu  nattixué d eLunres.onturs m ne gélérueuin ,eni ig vieda nnttéiane tavilre s deux caance.Les ae,inraeuevchuxitcnitsievuos noblonche aux ds, à l  xtesuat aomgtinua-qe trvià nuejoh e emmv edx traits dune dgn-ticqna sn ,uala p àîtndgesee ua rap xcca edro et puisonieuseseul  aélastnseq es litva apsor cmrahsnoitroporp argeus l bleyeuxS noud.sf neemtnva es cej noenueom cgnpa, onr pa.dlIf roamtiu  nétrange contrast ,elagé erptiatén  uuesqarlleivisn .aliduart Lunee, dture sta secss evè,es naont la sérique d ed mAl ud dron rcegeouttcerae  , àfftenee ti ,tenapparIl aype.t ud te ecar al dee ncreféif dla grand que le jesul  eicleA.suisprreenésnttasos neib tôtsulp ed ne les, era aissitnoilasnahc slbt acntcovicis deirvuappael rap eons de ds pantalD  eolgnvilisi.ébas nesapas der ret énim par,nife frdunies garnev ,fruac iu seddes insscamos de ,etnattolf egnac raurera suisa une blanc, dune neitrop tiacevaléthquti le,ndInétaejtselu rule sor unee mate dvuas sioc te egaumstcon  flaà e oloc.serm snitlu cgenteine Uar lelemtnorru,eé agtenait uuge, souxis à revlover nteou cun, psou camah notteu al ser, le font wk dui cprr égotieeas tnp sesdei te ses jambes. Le hua tudc rosptéia dtuvêt or sneuhc ed eted esimenell flauge,e roéd eb orseisedd uctoar cne uitnaetuos reilavac uhe dgaucche ahaneul siq atdnet ,ontie  da lenttirémtiatoh t emmte de ceie.La têner melpihrè eib .riuc earac enUne unsda dneai gatti,ré reéme fnlus du paciepur nos apé  eluiorddèmo pledaen àitudp ul sapfria tbine Winchester isgnia s,em b saélicnt dremeulièniliuqa zen el ,laà t orufpen  urgnaed ,b uohc en accuséle mentommopette ,ta selesntla, sas lailgue.holo avaElle erftil ahtuno trvseobletr euatedutél cysp ud châssé sous laraceds uocrlièiert  embbo lé,ilœorp dnofneméne t sursquecrou la avil uac tujree  pcet  Esqretoitas ed ep.erutnomlacées et dont ld  elpmusee tnert air su dle dostxeimérf étttolnoc rus tns aleie mêc, sblanfil etiaferuffioc egantr éne u ànerâri sapmrveue xonrêtde ch. Une foua t nucnom iart nlssee lei uesqtnaegnahfér sed s,onxilet tôan tnaugnel çniafeartantse, ans ôt d xueavacreiles sai laisst enleal ruap sal ne ted leurs bêtes, écsiai sonsiesprex ,ecrof edetnasset dsse oblede nsed ruL.naed ergt ennndo oueemrn etup al tiaot àie de lhysionomgu enu eohmm eor oe, fntt aivrœuad ,l snsihriotien peu dhommesaSev-zovsuq eub rent ede? e isprelbon etnocéfte onne à b cet fintem ue leslune érpers sizevatne  v s ouhoe e,mml  eejnu,a d tii, Waghns. AinseinwaP sed ellimfaa  l àitnateara ppq iuei,rcilupartcte ialele d eocfnroemtna  uplan que je me ss ,eec iq xul iucoa inntroue sntét; jééà eele lla pl serncorus ednIl tnU  .neiel, leti da lle répondi sera, loqieuem témalcnangrosdie llt eslle el eo ,eis ue ?diosgranssi ise ia sens J  eene-iluti ssaue uauq spmetemêm nte-sept ans ; jeg.sJ a iicqnau mz, conr heorGeoV m sulf eettaez, esav ceupour ,teseessul  ,ov ldes telleivia ehcuot erop xua d  ealm  tecllseesse sona vieill setl edsel rop ulcor,eudex a  msu , ,onrtsel suouzeou ddix  leserèug snossapéd nes ou nar ct,oroc i emmt nuatsentme C.meomn  uiu srtca éteq eu je leurlaisseranuej el .emmoh elàoi V t mon  umaneetts es t ?ria  récmentgaieson iturI!Liendviusa ti te ruopsaison dhors de beuohc ena sovrtarpp aui qt,anîn.ecar al à tneitnt caccecet vec t arp ue ,nulaemu.peà u z yeVo orppar sep tiahc enfcher  dant,ofêrec som nst ,t oncoen preinlei-ti .lllE s se vigueur. Lhommsed  eèseve  tedseélliuos erocnet inpoa es lnee ec .tairfona erpstriinduson  de  ,snc teniv a tgnzuioue coEn qreoinneisrem zelpsvous nomeux que osmmuq ieptuse ,e, l-êtrînéses auhl ed I.étinamononprl  mes cçato svaceu ens rote de tristesse,iam ed sirt sets sseeier enegrt  tonc le aveave, tuàivnec noq iuu ds,ui.Pgesan i ,egral etseg nsa lhorl embrasodaytnd zinov rerelue  dt onalluaveel xruelhc shumae lte d res suaraemel se  tneai hlaé gneinse tniop tiavan  de Caïnostéritéo  ùalp uat mespenoc, ceivitnnei ertmirpd elon euaevsef tner,socdre éfenre lcontp ,ecnetd al ruo dnsoiesisexle  ropruovria xub servions que pousuon en suon ne téniLe. rmsa, esnoc ec ed ecaf aveou nle, ntneti socleelsi ,erofte l touientuvragéd édarhavn,seiesléut.A, estimuvilisitad  ealc auront eion les ot nntieaiom drerporp enisal ,edes rie es rhomm.sE uoegé atllsetaur, ntvilalleil ,eas aetnitap au par rapport àl Erupo,ee  topanbl, csteons urv edc soitid snoms vauese des nooncnreu ten  eoraivrdei qui mo, neidnI nu ,iom , tra auxrmeronfoemc tu e sodssnates de, esrmrgnaedm rpsèl  aon.Il salédicti tipf teetnimorraregdéd a ix runrcaéer sa tul seu, d Dies detureenne sel seuneve ameomh ldes mi vous, étonnez-vuo sedm etnnerdpae errlin a, si nomrehcoeG segrt sufians yer lealrixuc f ar ste sdes ncpaom conP .nongertê-tue
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant