Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

La Cyclope

de Milady

Sur tes traces

de harpercollins21750

Les dominants
Jean-Pierre Liccioni
Les dominants
. PAS DE GENRE SPÉCIFIQUE
© manuscrit.com, 2002 ISBN: 2-7481-2199-6 (pour le fichier numérique) ISBN: 2-7481-2198-8 (pour le livre imprimé)
Avertissement de léditeur
Découvert par notre réseau de Grands Lecteurs (libraires, revues, critiques littéraires et de chercheurs), ce manuscrit est imprimé tel un livre. Déventuelles fautes demeurent possibles ; manuscrit.com, respectueuse de la mise en forme adoptée par chacun de ses auteurs, conserve, à ce stade du traitement de louvrage, le texte en létat. Nous remercions le lecteur de tenir compte de ce contexte.
manuscrit.com 5bis, rue de lAsile Popincourt 75011 Paris Téléphone : 01 48 07 50 00 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com contact@manuscrit.com
CHAPITRE 1
Laéronef dInter-Zones sétait posé en douceur sur laéroport de Free-York. Il était 22 heures 24, heure avancée de lEst, et une pluie fine qui semblait ne devoir jamais cesser fit dire à Udo Malbec :  Quand je pense quà trois heures dici je me la coulais douce entre deux palmiers ! Mais Sweet-Beach était chose du passé et il fallait songer à des affaires plus sérieuses que de se bronzer sur la plage, ou de chasser le mérou par cinq mètres de fond.  Quelles affaires sérieuses ? songea Udo, courir dune planète à lautre encore une fois à la recherche dun conjoint en rupture de contrat ! Le coussin dair de la navette se résorba lentement devant le contrôle des passagers et les 395 personnes du vol O9 posèrent le pied à terre. Le long dun couloir vitré de 200 mètres de long, un tapis roulant conduisit les voyageurs jusquaux carrousels des ba-gages. Le tout en 66 secondes. Le temps nécessaire aux caméras, aux détecteurs olfactifs et sensoriels, ainsi quaux rayons X, de scru-ter chaque passager pendant que lordinateur analy-sait les informations transmises immédiatement. Se-lon le <verdict> de lordinateur, deux ou trois poli-ciers venaient vous attendre au bout du couloir :
7
Les dominants
où était indiqué SÉCURITÉ en lettres blanches sur une porte rouge métallisée. Comme à chacune des ses arrivées ici, Udo vit la porte souvrir et il sourit en regardant sapprocher les deux tas de muscles en uniforme, le doigt sur la détente de leur Koska 28.  Udo Malbec ?  Cest moi.  Passez devant. Les trois hommes entrèrent dans le bureau pauvre-ment décoré du lieutenant de police Desmond Davis.  Salut Udo ! lança joyeusement Davis.  Salut Desmondtoujours les mêmes pro-blèmes avec le <vieux ?>  ToujoursÇa fait cinq ans quon veut changer ce foutu ordinateur et à chaque fois cest la même réponse : pas de crédits ! Malbec soupira et sapprocha du bureau.  Bon, tu veux voir mon arme ? Il sortit son Blower magnum de sous son aisselle et le déposa devant Davis qui saisit larme en rigo-lant.  Hé, Hé !Toujours la même pétoire antique, hein ?  Ouije suis un sentimental ! Pour la forme, Davis nota le numéro dimmatricu-lation et le tendit à un des deux gros tas de muscles.  Piwienvoie ça au Vieux, sinon dans deux minutes on va voir débarquer toute la brigade sud !  Cest déjà arrivé ? demanda Malbec, bien que sachant la réponse.  Une fois ! Javais une jeune recrue de garde ce soir-là et cet idiot est allé parler au télécom avec sa blonde, au lieu de transmettre le numéro dune portative laser ! Malbec hocha la tête poliment devant la rengaine.  Et comme vous navez quun délai dune mi-nute, une fois quun suspect est dans cette pièce
8
Jean-Pierre Liccioni
Davis sesclaffa en se levant.  Ouais, ça été la panique au Central !Le temps que mon homme ait fini de roucouler, le Vieux avait déclenché trois alertes !Quel cirque ! Udo hocha la tête en reprenant son arme.  Jaurais voulu voir çaOn mat-Bon, je file. tend. Lautre laccompagna jusquà la porte, mais avant douvrir il ne put sempêcher de poser la question rituelle.  Les affaires vont bien ? Malbec fixa Desmond droit dans les yeux. Il ne savait jamais si le lieutenant se renseignait par simple curiosité, ou si les informations quil cherchait à sou-tirer nallaient pas droit dans le dossier personnel dUdo, quelque part dans les archives du BIS.  Pas mal, répondit Malbec, jen saurai plus de-main. Si tu pouvais faire quelque chose pour que je ne sois plus contrôlé à chaque fois, japprécierais beaucoup.  Jessaierai Udo, jessaierai, promit Davis avec un sourire trop cordial pour être honnête.  Tu ten fous et tas bien raison, songea Malbec en lui serrant la main. Malbec rejoignit les autres passagers en attente de leurs bagages. Quelques personnes lui jetèrent un regard mi-intrigué, mi-blasé. Sa valise à la main Udo se dirigea rapidement vers laérail qui partait vers le centre-ville. Il alla sinstaller à létage supérieur et allongea ses longues jambes en plaçant un écouteur à son oreille.  Bon, dici peu je saurai ce que veut ce Matt BirksEn attendant, relaxons-nous. Une brune grassouillette vêtue dune combinaison antilaser, avec bottes de cuir, vint sasseoir près de lui en lançant un clin dil éloquent. Udo ne réagit
9
Les dominants
pas et, se calant confortablement dans son siège ven-touse, il se retint denvoyer paître cette petite dra-gueuse. La fille changea de siège rapidement non sans avoir lancé au passage :  Alors pépé, on rouille déjà ? Udo haussa les sourcils, ferma les yeux, et écouta la dernière chanson à la mode sur une des 108 radios de Free-York. Free-York : 20 millions dhabitants, 27 avec sa banlieue. Capitale de lAlliance dont la juridiction sétendait sur la Terre et 12 autres pla-nètes. En cette année 4 014 tout semblait aller pour le mieux, mais ce nétait quapparence. Malbec était bien placé pour le savoir.  Jai navigué dans la moitié de la galaxie pen-dant 20 ans, jusquà cet accident stupide qui ma coûté un il. Astronaute ! Beau métier cest vrai. Jétais de la première expédition de relève sur Tri-ton, le second humain à poser le pied sur Magma IV ! Jai parcouru lespace à des fins exploratoires, scientifiques, politiques aussi, et maintenant je suis enquêteur free-lance, un genre de flic quon utilise pour des jobs plus ou moins réglementaireset de plus en plus risqués ! La Terre a eu beau cesser toute guerre en 3 982, il nen demeure pas moins que lespionnage reste une activité fortement répan-due et lucrative. Les gouvernements locaux des pla-nètes veulent de plus en plus de pouvoirs, certains parlent même dindépendance et lAlliance naime pas ça, à juste titre. Larme nucléaire est bannie of-ficiellement, mais lhomme continue de se méfier de lhomme comme de la grippe dOsim ! Ce ne sont pas les Mazogs, Urtaniens et autres Viniens qui sont un danger, mais toujours le même satané Homo sa-piens !  Finalement, rien na vraiment changé depuis quon a mis le pied sur la lune en 1969. Ah si ! une chose quand même, on a doublé lâge moyen de vie grâce au Pentolax. Deux injections par an et vous
10
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin