Les filles de l'autre France

De
Publié par

Si on ne peut plus se suicider en paix, où va-t-on ? Voilà ce qu'a du se dire la jeune âme en se rendant compte qu'il allait avoir droit à un sermon du seigneur. Mais il était loin de s'imaginer ce qui allait lui arriver. Dieu n'était pas d'humeur à lui parler pendant des heures avec douceur et compréhension pour lui faire comprendre. Rien ne valait le vécu La jeune âme se retrouve donc avec une nouvelle vie,celle de Romain Césaire III, une nouvelle famille, une vraie chance de briller et meurt sept jours plus tard...
Publié le : mardi 2 août 2005
Lecture(s) : 127
Tags :
EAN13 : 9782748142907
Nombre de pages : 166
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Les Filles de l'autre France
Sandrine Sudre
LE S FILLE S DE L'AUTRE FRANCE
ROMAN
Le Manuscr it w w w . m anuscr it . com
Le Manuscrit, 2004.É ditions 20, rue des PetitsChamps  75002 Paris Téléphone : 01 48 07 50 00 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com contact@ manuscrit.comISBN : 2748142918(Fichier numérique) ISBN : 274814290X (Livre imprimé)
Sandrine Sudre
À ceux dont je soufflerais le nom dans mes derniers moments parce qu’il n’y a qu’eux qui comptent : À miss maman, Zèl, Pipo et Kéké.
5
6
Les Filles de l'autre France
Sandrine Sudre
AU COMME NCE ME NT I 1917, quelque part au dessus de Palerme « Rien ne se fait sans conséquences. Nos actes comme nos abstentions finissent toujours par entraver la marche d’une ou de plusieurs vies. »Dieu me dit cela en hurlant, fronçant les sourcils, un regard mauvais pointé vers moi. « Je veillerais à ce qu’à l’avenir tu respectes ce que je te donne. » Son ton haussait de plus en plus et sa colère rageait aux quatre coins du ciel.Je ne savais plus où me mettre. Il continua à faire trembler son monde tandis que je me faisais tout petit.
7
Les Filles de l'autre France
Ce qui était impossible, seul en face de lui. Pour un premier essai, j'avais fais fort et le grand chef était d'humeur à nous provoquer l'apocalypse dans la seconde. Il hurla, encore et encore avant de me renvoyer en me conseillant à l'avenir de me servir de ma tête.  J’étais ce que l’on appelait une jeune âme. Je n’avais vécu qu’une seule fois et étais mort dans un accident de voiture trois jours plus tôt, à l’âge de 22 ans. Cette désastreuse expérience de la vie et surtout d’une mort brutale m’avait pour le moins refroidit. Je ne voulais plus réessayer la mortalité. Plus jamais.  E n arrivant en bas, les souvenirs d’en haut n’existaient plus. E n remontant, ceux de ma vie sur terre me donnaient des cauchemars. Le jour où il avait été clair pour moi que la solution était de mourir, j’ai décidé de ne pas attendre et d’en finir le jour même. Personne n’allait me pleurer ou même remarquer que je n’étais plus. L’accident dans cette histoire était que je pensais qu’à cette vitesse, la mort serait instantanée mais j’ai agonisé cinq interminables minutes, à la recherche d’un second souffle, avant de mourir.  Je n’avais pas vu le seigneur durant ces trois jours et je ne m’en portais pas plus mal. Je me doutais bien que les terribles moments que je vivais maintenant allaient finir par arriver un jour mais pas aussi violemment. Il se tourna vers moi et redit, pour que ses mots s’imprègnent en moi : « Tu as joué avec l’une de ME S vies. »  Au bout de quelques décennies, ma peur de la vie finie par être côtoyée par une envie de faire mieux.
8
Sandrine Sudre
N’étaitce pas le but du jeu ? L’une de mes prochaines vies pourrait être des plus glorieuses et toute jeune âme que j’étais, j’en sortirais grandie et remplie de sagesse, ou quelque chose de ce style. Il fallait que je me réessaie à la vie, encore. Sans être frappé de malchance cette fois. E t Dieu semblait m’avoir oublié durant tout ce temps. Avaitil eu pitié de moi ? Peutêtre pensaitil que ces années de repos me faisaient du bien ? Idée naïve. Je suis donc aller voir celui qui prenait les décisions, pour lui faire part de mon envie. « Tu sors enfin de ton hibernation, j’en suis très heureux »Il aimait parler de façon empirique, de sorte que ses paroles et ses gestes prennent une dimension à la hauteur de son personnage de tout puissant. Au moins il semblait ne plus m’en vouloir. -Oui, donnezmoi une autre vie, je me sens prêt pour un second essai, je ne vous décevrais pas. murmuraisje dans ma barbe, dans l’hypothèse que l’idée ne lui plaise pas. Il commença à fouiller sur son grand bureau blanc, essence d’un arbre aussi précieux que l’or que les hommes auraient décimé s’ils l’avaient eut à leur disposition, à la recherche de quelque chose qui me conviendrait. Je l’ai regardé faire près d’une demi heure avant qu’il ne finisse par lever la tête, le regard plus que satisfait. « J’ai ce qu’il te faut, tu vas apprécier le voyage » Je savais qu’il n'était pas rancunier, d’autres m’auraient
9
Les Filles de l'autre France
banni pour moins que ça. Il me tendit une feuille qui résumait en quelques phrases celui que j’allais désormais être. E ntre nous, cela ne servait pas à grandchose. Bien sûr je savais qui allaient être mes parents et si j’avais des frères et sœurs mais une fois la machine lancée tout cela sortirait de ma mémoire ainsi que mon passage ici haut. Romain Césaire : troisième du nom, à naître le 06 février 1983 à Cayenne, Guyane française. Père : Romain Césaire le second, né le 28 août 1957 à FortdeFrance, Martinique, cuisinier. Mère : Géraldine Richard Césaire, née le 24 juillet 1957 à Cayenne, Guyane française, mère au foyer. Sœur aînée : Alessa Césaire née le 12 juin 1973 à Cayenne, Guyane française.Une existence tranquille, au vu de ces informations, semblait s’ouvrir devant moi. Je savais qu'il ne fallait se réjouir avec si peu d'informations mais j'étais si heureux de repartir qu'importait l'atterrissage.  Je pris une profonde respiration, ferma les yeux et attendit que quelqu’un veuille bien me sortir de là.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.