Les larmes de Lucifer

De
Publié par

Chassée du paradis des amours interdites par la mort de son amie et par la sévérité de sa mère, Andrée se réfugie dans un couvent. La voilà appelée, un peu plus tard, à travailler avec d'autres religieuses dirigées par mère Anne, la supérieure, dans un centre de redressement pour délinquantes mineures. Nous sommes à la fin du siècle dernier. Les deux univers (celui de la communauté, celui du centre de redressement) s'affrontent sous la férule de l'abbesse, qui se prend d'une affection maternelle pour la jeune soeur. Mère Anne s'est créé un jardin secret peuplé d'oiseaux en cage, d'une merveilleuse poupée et d'un chat troublant. Soeur Andrée, si différente des autres religieuses, ne laisse pas de les déranger. Elles en viennent à la haïr. L'obsession et les hantises de toutes ces femmes entretiennent dans ce milieu fermé un climat d'inquiétude (en fait un {mal d'amour}), dont l'expression est une nostalgie érotique déchirante. Lorsque la plus insignifiante des détenues, Berthe, voit la Vierge lui apparaître, la tourmente s'abat sur le centre de redressement. La lutte entre le bien et le mal se termine par une tragédie.
Publié le : vendredi 5 mai 1989
Lecture(s) : 4
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246851769
Nombre de pages : 312
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Chassée du paradis des amours interdites par la mort de son amie et par la sévérité de sa mère, Andrée se réfugie dans un couvent. La voilà appelée, un peu plus tard, à travailler avec d'autres religieuses dirigées par mère Anne, la supérieure, dans un centre de redressement pour délinquantes mineures. Nous sommes à la fin du siècle dernier. Les deux univers (celui de la communauté, celui du centre de redressement) s'affrontent sous la férule de l'abbesse, qui se prend d'une affection maternelle pour la jeune soeur. Mère Anne s'est créé un jardin secret peuplé d'oiseaux en cage, d'une merveilleuse poupée et d'un chat troublant. Soeur Andrée, si différente des autres religieuses, ne laisse pas de les déranger. Elles en viennent à la haïr. L'obsession et les hantises de toutes ces femmes entretiennent dans ce milieu fermé un climat d'inquiétude (en fait un {mal d'amour}), dont l'expression est une nostalgie érotique déchirante. Lorsque la plus insignifiante des détenues, Berthe, voit la Vierge lui apparaître, la tourmente s'abat sur le centre de redressement. La lutte entre le bien et le mal se termine par une tragédie.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi