Les nouvelles aventures de San-Antonio. Comme à con-fesses

De
Publié par

Surprenante visite dans mon burlingue :
Elasticman ! Un vieux pote oublié.
Au lycée, on l’appelait « l’homme caoutchouc » parce qu’il était capable de faire passer ses deux jambes au-dessus de son cou et de nouer ses bras derrière son dos. Mais il n’est pas devenu le saltimbanque qu’on aurait pu penser. Il est aujourd’hui aumônier de la centrale de Jouy-sur-Yvette.
Ce n’est pas par hasard qu’il est venu me trouver :
le voilà dépositaire d’un terrible secret, indévoilable, hélas,
puisque recueilli dans le cadre de la confession d’un détenu.
« Si cet individu sort de prison, et c’est imminent, je suis sûr qu’il va commettre les crimes les plus abominables jamais perpétrés
sur cette terre. Je ne peux pas en dire plus. »
A peine moins bituré qu’à l’ordinaire, Béru prend aussitôt l’affaire en main :
« Faisez-nous confiance, Cureton !
En moins de deux jours, on va la
résolver cette énigme du sphinxter ! »
Il ne manque pas d’air, le Gros, d’autant qu’il le pollue souvent.
On lui accorde quand même l’absolution ?
D’accord ! Mais c’est bien parce qu’il nous fait marrer !

Publié le : mercredi 1 octobre 2008
Lecture(s) : 30
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213645193
Nombre de pages : 280
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Surprenante visite dans mon burlingue :
Elasticman ! Un vieux pote oublié.
Au lycée, on l’appelait « l’homme caoutchouc » parce qu’il était capable de faire passer ses deux jambes au-dessus de son cou et de nouer ses bras derrière son dos. Mais il n’est pas devenu le saltimbanque qu’on aurait pu penser. Il est aujourd’hui aumônier de la centrale de Jouy-sur-Yvette.
Ce n’est pas par hasard qu’il est venu me trouver :
le voilà dépositaire d’un terrible secret, indévoilable, hélas,
puisque recueilli dans le cadre de la confession d’un détenu.
« Si cet individu sort de prison, et c’est imminent, je suis sûr qu’il va commettre les crimes les plus abominables jamais perpétrés
sur cette terre. Je ne peux pas en dire plus. »
A peine moins bituré qu’à l’ordinaire, Béru prend aussitôt l’affaire en main :
« Faisez-nous confiance, Cureton !
En moins de deux jours, on va la
résolver cette énigme du sphinxter ! »
Il ne manque pas d’air, le Gros, d’autant qu’il le pollue souvent.
On lui accorde quand même l’absolution ?
D’accord ! Mais c’est bien parce qu’il nous fait marrer !
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.