Les vieillards de Brighton

De
Publié par

Au début des années 1950, en Angleterre, un petit garçon, fils d'un diplomate français en poste à Londres, se retrouve placé dans un asile de vieillards, au bord de la mer, à Brighton. C'est à partir de ce fait vrai que, dans son deuxième roman, Gonzague Saint Bris révèle le secret de son enfance et revient sur ses pas, à Brighton, où les vieillards, dans cet hospice, se retiraient de la vie. Entre ses soldats de plomb et ces vieux personnages au visage de cire, l'enfant prend de l'âge à grande vitesse. Autour d'Arthur, l'enfant, se dessine toute une galerie de portraits : le grand Will, écrivain maudit qui le prend en affection, Lady Beckford, grande dame au caractère altier qui lui inculque le flegme britannique, le Brigadier Général, ancien officier des Indes et espion de L'Intelligence Service, Faïence Folie, la pute au grand coeur, Somerset, le loup de mer pervers et sadique, Oscar, le cuisinier gay et l'abbé Corentin, l'ecclésiastique qui a pour cultes Dieu et les chemins de fer... A travers ce tableau, c'est toute une Angleterre évanouie qui ressuscite, de Shakespeare à Jack l'Eventreur en passant par Churchill et l'impératrice Victoria. Dans ce manoir gothique, face à la mer, hanté par la dégénérescence des derniers jours, nous assistons à la déambulation hypnotique d'un enfant qui lutte pour survivre, qui combat contre l'absurdité de sa situation mais qui finalement va s'attacher à ces vieillards dont il est devenu si proche, vieux compagnons qui projettent sur lui leurs espoirs fracassés et leur amertume morbide. Au sortir de cette expérience, l'enfant devra remonter à l'envers le cours de sa vie, marqué à jamais par l'empreinte du temps.
Publié le : jeudi 2 mai 2002
Lecture(s) : 56
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246635192
Nombre de pages : 260
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Au début des années 1950, en Angleterre, un petit garçon, fils d'un diplomate français en poste à Londres, se retrouve placé dans un asile de vieillards, au bord de la mer, à Brighton. C'est à partir de ce fait vrai que, dans son deuxième roman, Gonzague Saint Bris révèle le secret de son enfance et revient sur ses pas, à Brighton, où les vieillards, dans cet hospice, se retiraient de la vie. Entre ses soldats de plomb et ces vieux personnages au visage de cire, l'enfant prend de l'âge à grande vitesse. Autour d'Arthur, l'enfant, se dessine toute une galerie de portraits : le grand Will, écrivain maudit qui le prend en affection, Lady Beckford, grande dame au caractère altier qui lui inculque le flegme britannique, le Brigadier Général, ancien officier des Indes et espion de L'Intelligence Service, Faïence Folie, la pute au grand coeur, Somerset, le loup de mer pervers et sadique, Oscar, le cuisinier gay et l'abbé Corentin, l'ecclésiastique qui a pour cultes Dieu et les chemins de fer... A travers ce tableau, c'est toute une Angleterre évanouie qui ressuscite, de Shakespeare à Jack l'Eventreur en passant par Churchill et l'impératrice Victoria. Dans ce manoir gothique, face à la mer, hanté par la dégénérescence des derniers jours, nous assistons à la déambulation hypnotique d'un enfant qui lutte pour survivre, qui combat contre l'absurdité de sa situation mais qui finalement va s'attacher à ces vieillards dont il est devenu si proche, vieux compagnons qui projettent sur lui leurs espoirs fracassés et leur amertume morbide. Au sortir de cette expérience, l'enfant devra remonter à l'envers le cours de sa vie, marqué à jamais par l'empreinte du temps.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.