Lettres à sa femme et ses amis

De
Publié par

Ces Lettres du peintre à sa femme danoise, Mette, et à ses amis, attestent du scandale Gauguin. Ecrites entre 1873, l'année de son mariage, et 1903, elles révèlent la vie d'un génie méprisé par son épouse à cause de sa pauvreté, séparé de ses enfants, misérable, et malade jusqu'en Océanie où il avait cru trouver la paix.
Publié le : mercredi 22 octobre 2003
Lecture(s) : 35
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246457893
Nombre de pages : 364
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
I
A MADAME HEEGAARD1.
(Paris) septembre ou octobre 1873.
Madame,
L'aimable lettre que vous avez eue la bonté de m'écrire pour me féliciter du choix que j'ai fait en demandant la main de Mette me prouve que vous l'aimez aussi. Les bons amis sont rares et je suis heureux de vous donner ce titre, auquel j'attache beaucoup d'importance.
Il est certain que Mlle Mette 2
devait trouver beaucoup d'admirateurs en France, l'originalité de son caractère ainsi que la loyauté de ses sentiments lui attirent ici l'estime de tout le monde, aussi dois-je m'estimer très heureux de son choix.
Croyez bien qu'en enlevant au Danemarck une perle aussi rare, je ferai mon possible, et même l'impossible, pour ne pas lui faire regretter tous ses amis, qu'elle aimera malgré cela comme par le passé. J'attends avec impatience votre arrivée à Paris pour vous serrer la main et vous prie d'agréer, en attendant, toute ma reconnaissance et toutes mes amitiés.
Tout à vous.
PAUL GAUGUIN.
Mes sentiments affectueux à Mademoiselle Louise1.
1 Au printemps de l'année 1873 M. Heegaard, industriel à Copenhague, proposa à Mette Gad, qui était la meilleure amie de sa fille Marie, de visiter la France avec elle. C'est au cours de ce voyage que Mette fit connaissance de Paul Gauguin, à la pension de famille tenue par la femme du sculpteur Aubé.
2 Mette Sophie Gad, née le 7 septembre 1850 à Vestero, évêché d'Alborg, au Danemark. Fille d'un magistrat, Théodore Gad, et de Emilie Lund, elle devint à dix-sept ans gouvernante des enfants de l'homme politique Estrup, à l'époque président du Conseil. Jolie, intelligente, franche et libre dans ses propos, mais rationnelle dans sa conception de l'existence, Mette épousa Gauguin le 22 novembre 1873 à la mairie du IXe arrondissement, rue Drouot. Le mariage religieux fut célébré le même jour à l'église luthérienne de la rue Chauchat.
II
A MADAME HEEGAARD.
(Paris) 25 avril 1874.
Chère Madame,
Rien ne vous fait penser aux amis comme les époques où nous les avons connus. Le Printemps arrive, je pense à vous et me demande quelquefois si vous nous ferez une petite visite cette année : vous ne pouvez pas vous passer de voyager un petit peu. Vous trouverez du reste ici un accueil amical et sincère, je veux voir quelle impression vous fera Mette : elle devient si jolie quoique un peu maigre, elle marche maintenant comme si son genou n'avait jamais mordu la poussière. Vous avez beau dire, les vrais médecins, ce sont les maris.
Nous avons passé un hiver charmant, peut-être un peu sauvage pour les autres, mais bien gentil dans notre petit appartement. Elle m'a dit que vous vous fâchiez quelquefois sur son silence, excusez la pauvre petite femme, car elle a souffert quelquefois et vous savez que quand elle est malade elle n'a pas tout à fait le courage d'une martyre chrétienne ; et puis elle a une correspondance avec sa famille qui remplit un peu son temps. J'essaye un peu de ne pas vous faire perdre au change en vous écrivant à sa place, mais il est impossible de lutter avec sa verve imprévue et saillante car malgré ...... d'une aussi charmante.......... reste toujours .......... mari ennuyeux et désagréable
2.
Permettez-moi de tourner les yeux vers le Danemarck et je vois avec peine deux jeunes filles assez indifférentes qui ne répondent pas souvent aux lettres que nous leur écrivons ; et cependant nous les avons aimées; nous les aimons toujours ; nous leur avons fait un petit peu la cour. Je ne crois pas avoir remué les cordes sensibles du cœur, mais cependant j'avais espéré un peu de souvenir affectueux.
Mette ne saurait vous donner un aperçu des modes ; malgré tous mes efforts (ça ne mord pas) et moi je ne sais comment les dames s'habillent si ce n'est qu'elles ne s'habillent bien; je crois que les chapeaux sont extravagants cette année, que les robes enrichiront les couturières en ruinant les maris, le Printemps, votre magasin chéri, fait la curiosité des Parisiens, tout le monde y afflue pour voir l'homme à la fourchette.
D. Quel est l'homme à la fourchette?
R. Tout simplement un de ces hommes attaqué par la manie des paris; il a parié s'introduire une fourchette dans le gosier, ses amis en déjeunant l'ont défié et il a doublement gagné car la fourchette lui a glissé des doigts et actuellement elle est dans l'estomac (authentique) nous connaissons le médecin qui le soigne.
Si vous venez à Paris, vous irez au Français, on y joue une pièce intitulée le
Sphinx; Mlle Croirette meurt tous les jours d'une façon sinistre et a un succès étonnant, étourdissant. Je ne vous fais pas le compte rendu parce que les journaux doivent en parler.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.