Littératures d'outre-tombe

De
Publié par

" Alors qu'aujourd'hui, dans ses nouveaux supports, la médiatisation littéraire s'intéresse moins à l'œuvre qu'au livre, moins au livre qu'à l'auteur, et moins à l'auteur qu'à son image, cet ouvrage, sous un angle différent, se rapporte, parmi d'autres, à quelques cent cinquante écrivains chez lesquels l'art et l'esprit se conjuguent outre-tombe dans un temps donné : le XXème siècle.
C'est " à cette forme de vie née de leur propre mort " que, selon la sublime vérité retournée de Rilke, j'ai fait appel.
Dans quelle mesure, à quel prix, dans quelle vérité ou par quel malentendu, la mort d'un écrivain justifie-t-elle, confirme-t-elle son œuvre ? Ce pourrait être la question que pose ce livre.
Au-delà ou en deçà des arbitraires d'une littérature mise au pluriel par des écrivains retenus ici au singulier, dans le désordre volontaire de leurs interférences et de leurs diversités, s'y côtoient ou s'y rejoignent, aussi bien Céline que Borgès, Gide que Kafka, Gary que Fitzgerald, Cioran que Bachelard, Hemingway qu'Aragon, Gracq que Joyce, Mauriac que Jünger, Barrès que Nimier. "

Publié le : mercredi 3 novembre 2010
Lecture(s) : 25
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246777793
Nombre de pages : 528
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
" Alors qu'aujourd'hui, dans ses nouveaux supports, la médiatisation littéraire s'intéresse moins à l'œuvre qu'au livre, moins au livre qu'à l'auteur, et moins à l'auteur qu'à son image, cet ouvrage, sous un angle différent, se rapporte, parmi d'autres, à quelques cent cinquante écrivains chez lesquels l'art et l'esprit se conjuguent outre-tombe dans un temps donné : le XXème siècle.
C'est " à cette forme de vie née de leur propre mort " que, selon la sublime vérité retournée de Rilke, j'ai fait appel.
Dans quelle mesure, à quel prix, dans quelle vérité ou par quel malentendu, la mort d'un écrivain justifie-t-elle, confirme-t-elle son œuvre ? Ce pourrait être la question que pose ce livre.
Au-delà ou en deçà des arbitraires d'une littérature mise au pluriel par des écrivains retenus ici au singulier, dans le désordre volontaire de leurs interférences et de leurs diversités, s'y côtoient ou s'y rejoignent, aussi bien Céline que Borgès, Gide que Kafka, Gary que Fitzgerald, Cioran que Bachelard, Hemingway qu'Aragon, Gracq que Joyce, Mauriac que Jünger, Barrès que Nimier. "
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.