Lorraine

De
Publié par

A partir d'août 1942, cent trente mille jeunes Alsaciens et Lorrains ont été incorporés de force dans la Wehrmacht. Vingt mille d'entre eux mourront sur le front russe. Plusieurs milliers d'autres seront faits prisonniers. Des centaines seront portés disparus. Quelques-uns ont connu d'étranges destins. C'est le cas de Nicolas Froidmont. Blessé, il est abandonné par ses camarades qui se retirent devant les troupes soviétiques, en novembre 1943, en Ukraine. Une grand-mère, en quête de bois mort, l'entend gémir. Prise de pitié pour ce gars de l'âge de son fils qui ne reviendra pas de la guerre, la vieille le cache dans sa grange, brûle son uniforme, le rhabille, le soigne, lui apprend le russe, le fait enregistrer au Conseil du Village où l'on doit refaire tous les papiers détruits par les nazis. A vingt ans, à la fin de la guerre, Nicolas Froidmont, né français à Metz en 1925, devenu allemand en 1940, se retrouve citoyen soviétique. Pour les siens en Lorraine, Nicolas Froidmont est mort à vingt ans là-bas en Russie. En fait, une nouvelle vie commence pour Nikita Mikhaïlovitch Morozov.
Publié le : mercredi 4 mai 1988
Lecture(s) : 20
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246410799
Nombre de pages : 182
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
A partir d'août 1942, cent trente mille jeunes Alsaciens et Lorrains ont été incorporés de force dans la Wehrmacht. Vingt mille d'entre eux mourront sur le front russe. Plusieurs milliers d'autres seront faits prisonniers. Des centaines seront portés disparus. Quelques-uns ont connu d'étranges destins. C'est le cas de Nicolas Froidmont. Blessé, il est abandonné par ses camarades qui se retirent devant les troupes soviétiques, en novembre 1943, en Ukraine. Une grand-mère, en quête de bois mort, l'entend gémir. Prise de pitié pour ce gars de l'âge de son fils qui ne reviendra pas de la guerre, la vieille le cache dans sa grange, brûle son uniforme, le rhabille, le soigne, lui apprend le russe, le fait enregistrer au Conseil du Village où l'on doit refaire tous les papiers détruits par les nazis. A vingt ans, à la fin de la guerre, Nicolas Froidmont, né français à Metz en 1925, devenu allemand en 1940, se retrouve citoyen soviétique. Pour les siens en Lorraine, Nicolas Froidmont est mort à vingt ans là-bas en Russie. En fait, une nouvelle vie commence pour Nikita Mikhaïlovitch Morozov.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.