//img.uscri.be/pth/4f008dab949d724f13028b5636b3f3adc2d81b69
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

louf

De
93 pages
Voici sept nouvelles ancrées dans le monde de l'absurde. A partir de réalités puisées dans la vie quotidienne, Bertrand Tardé nous conduit sur des chemins de traverse où les rencontres avec le monde s'avèrent fort improbables. Derrière cet humour corrosif se cache une critique des réalités bien établies, dont le but n'est autre que de créer un appel d'air, dans un monde de plus en plus sujet au formatage et au politiquement correct. Vous y découvrirez le rapport entre le riz et la technologie, vous y apprendrez comment faire vos courses à l'instar des corsaires ou de quelle manière un phénomène populaire tient du mystère. Vous sortirez de ce recueil avec un regard neuf sur votre propre quotidien.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

2
Louf

3Bertrand Tardé
Louf

Nouvelles
5Éditions Le Manuscrit
























© Éditions Le Manuscrit, 2007
www.manuscrit.com

ISBN : 2-7481-9914-6 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782748199147 (livre imprimé)
ISBN : 2-7481-9915-4 (livre numérique)
ISBN54 (livre numérique)







7

CIRCUITS IMPRIMÉS
L’interprétation est toujours
un arrangement posthume
Blaise Cendrars

À l’évidence, le cinéma et la télévision
n’entrèrent pas dans mon village par la route
nationale. Le phénomène gagna à petits pas,
sans l’aval du conseil municipal. Plutôt le fruit
d’une volonté tâtonnante.
Si je vous parle aujourd’hui de ces dons de la
science, ce n’est pas dans le but de les mettre en
boîte, mais bien pour rattraper le retard que
notre famille avait contracté à leur égard.
Tandis que nos voisins animaient leurs
soirées d’un noir et blanc à gros points, mes
parents écoutaient toujours Le masque et la plume
ronronner dans leur cuisine. Un vénérable
Radiola, sans doute mis au monde le jour de
leur mariage.
J’en prenais un coup au moral à chaque
récréation. Je faisais figure de minus au milieu
de mes camarades de classe, quand ils
9