Lunar Park

De
Publié par

Dans Lunar Park, Bret Easton Ellis, enfant terrible des lettres américaines, pense que les madeleines de Proust sont des mandarines, que sa maison d'Elsinore Lane est hantée, que le spectre de son père mort et peut-être aussi Patrick Bateman, le tueur d'American Psycho, que la moquette " pousse " dans la salle de séjour, qu'un cœur bat sous " la peau " d'un oiseau en peluche appelé Terby, que les femmes autour de lui ne verront jamais ces apparitions surnaturelles, que son fils sait où sont allés les garçons qui disparaissent mystérieusement, qu'il doit retrouver la simplicité des phrases qu'il écrivait dans son premier roman, qu'un massacre des innocents d'un genre nouveau est en cours, qu'une seconde chance lui est donnée, que Lunar Park sera son dernier roman. Avec son humour détaché et sa virtuosité, Bret Easton Ellis se joue du mythe de l'écrivain et nous plonge dans un rêve halluciné et jubilatoire, tout à la fois une sorte d'autobiographie fictive, un récit fantasmagorique de la vie de banlieue aux Etats-Unis, un hommage aux films et à la littérature d'épouvante, un témoignage de la douleur d'un fils, un exorcisme et une réévaluation de sa vie et de son œuvre.


" Je ne veux pas avoir à clarifier ce qui est autobiographique et ce qui l'est moins. Mais c'est de loin le livre le "plus vrai" que j'aie écrit. Au lecteur de décider ce qui, dans Lunar Park, a bien eu lieu. " Bret Easton Ellis.





Dans le bateau de pêche qui nous a emmenés au-delà des brisants sur le Pacifique, nous avons finalement accordé le repos à mon père. Au moment où les cendres se sont envolées dans l'air marin, elles se sont déployées dans le vent et mises à revenir vers nous, retombant dans le passé et recouvrant les visages qui y traînaient encore, couvrant tout de leur poussière, et puis les cendres ont fait naître un prisme et commencé à former des figures et à refléter les hommes et les femmes qui avaient créé lui et moi et Robby. Elles se sont déplacées au-dessus du sourire d'une mère et elles ont projeté une ombre sur la main tendue d'une sœur et elles ont dérivé au-delà de toutes les choses que vous voulez partager avec tout le monde. Je veux te montrer quelque chose, murmuraient les cendres. Tu regardais les cendres continuer à s'élever et à danser à travers une multitude d'images du passé, replongeant et puis remontant dans l'air, et les cendres se sont élevées au-dessus d'un jeune couple, les yeux au ciel, et puis la femme a dévisagé l'homme et il avait une fleur à la main et les cœurs battaient fort en s'ouvrant lentement et les cendres sont tombées en travers de leur premier baiser et puis sur un jeune couple poussant un bébé dans sa poussette au Farmer's Market et finalement les cendres ont virevolté à travers un jardin et ont été chassées en direction du stuc rose de la première – et unique – maison qu'ils avaient achetée ensemble, dans une rue appelée Valley Vista, et puis les cendres ont tourbillonné dans un couloir et derrière les portes se trouvaient les enfants, et les cendres ont croisé des ballons dans l'air et ont soufflé doucement sur les flammes des bougies dansant délicatement sur le gâteau acheté chez le pâtissier sur la table de la cuisine le jour de ton anniversaire, et elles ont gravité autour de l'arbre de Noël qui était au centre de la salle de séjour et ont fait pâlir les petites lumières colorées suspendues à l'arbre, et les cendres ont suivi le vélo de course sur lequel tu pédalais quand tu avais cinq ans, et puis elles ont dérivé vers le toboggan jaune et mouillé sur lequel tes sœurs et toi jouiez, et elles ont flotté dans l'atmosphère et atterri sur les frondaisons des palmiers entourant la maison et un verre de lait que tu tenais, enfant, et ta mère en robe de chambre te surveillant pendant que tu nageais dans une petite piscine d'eau claire et une pellicule de cendres se déposait à la surface, et ton père te jetait dans la piscine et tu éclaboussais joyeusement tout autour, et on entendait une chanson pendant qu'une famille roulait vers le désert (Someone Saved My Life Tonight, dit l'écrivain) et les cendres tachaient les Polaroïd de ta mère et de ton père, jeunes parents, et tous les endroits où nous sommes allés en famille et la petite piscine continuait à faire de la vapeur derrière eux avec l'odeur des gardénias montant dans l'air de la nuit, vacillant dans la chaleur, et il y avait un petit golden retriever, un chiot, adorable, bondissant à côté de la piscine, extatique, courant après le Frisbee, et les cendres ont recouvert les Lego qui étaient étalés devant toi et le matin il y avait ta mère qui faisait au revoir de la main et t'appelait doucement, et les cendres continuaient à tournoyer dans l'espace avec des enfants qui leur couraient après, et elles ont couvert de poussière les touches sur lesquelles tu jouais et le jeu de backgammon sur lequel ton père et toi vous affrontiez, et elles ont atterri sur le rivage à Hawaï dans une photo des montagnes partiellement cachées par le reflet sur l'objectif et elles ont assombri un coucher de soleil orange au-dessus des dunes ondulées de Monterrey et elles se sont mises à pleuvoir sur les tentes roses d'un cirque et une grande roue à Topanga Canyon et elles ont noirci une croix blanche qui se dressait sur une colline à Cabo San Lucas, et elles se sont cachées à l'intérieur des pièces de la maison de Valley Vista et de la rangée de portraits de famille, dérivant sur tous les rendez-vous annulés et les avions ratés, les désirs non exaucés et les déceptions confirmées, et très vite elles ont recouvert tous les miroirs dans toutes les pièces où nous vivions, nous cachant nos propres imperfections au moment où les cendres ont circulé dans nos veines, et elles ont suivi le garçon sombre qui s'est enfui, le fils qui a découvert ce que tu es, et tout le monde était trop jeune pour comprendre que notre vie se repliait sur elle-même – c'était tellement idiot et touchant de penser à un moment donné que, d'une certaine façon, nous serions épargnés, mais les cendres ont continué à progresser et recouvert une ville entière avec un nuage s'éloignant poussé par le vent et ne cessant de monter et les images ont commencé à devenir plus petites et je pouvais voir la petite ville où il était né alors que les cendres passaient au-dessus des montagnes du Nevada, se mélangeant à la neige qui tombait là et qu'elles traversaient une rivière, et puis j'ai vu mon père marcher vers moi – il était de nouveau enfant et il souriait et il m'offrait une orange qu'il tenait des deux mains, tandis que les chiens de chasse de mon grand-père couraient de l'autre côté de la voie ferrée après les cendres se déposant sur leur pelage, et les cendres se sont mises à déteindre dans les images et ont dérivé vers sa mère pendant qu'elle dormait et ont recouvert le visage de mon fils qui rêvait de la lune et dans son rêve elles en assombrissaient la surface en volant au-dessus d'elle, mais après leur passage la lune était plus brillante qu'elle ne l'avait jamais été, et les cendres sont tombées en pluie vers la terre, virevoltantes, scintillantes à présent, et bientôt ont été absorbées dans une vision de lumière au sein de laquelle les images ont commencé à se désagréger. Les cendres s'effondraient sur tout et suivaient les répercussions. Elles étaient tamisées au-dessus des tombes de ses parents et finalement elles entraient dans le monde froid, éclairé, des morts où elles suintaient de l'autre côté des enfants qui se trouvaient dans le cimetière et puis quelque part à l'autre bout du Pacifique – après être passées en les froissant sur les pages de ce livre, se répandant sur les mots et en créant de nouveaux – elles ont commencé à sortir du texte, se perdant quelque part hors de ma portée, et puis elles ont disparu, et le soleil a changé de position et le monde a oscillé et puis il est passé à autre chose, et même si tout était fini, quelque chose de nouveau avait été conçu. La mer a atteint le bord d'une terre où une famille, en silhouette, nous regardait jusqu'à ce que le brouillard les dissimule. À ceux d'entre nous qui sont distancés : je me souviendrai de vous, vous étiez ceux dont j'avais besoin, je vous ai aimés dans mes rêves.






Publié le : jeudi 14 avril 2016
Lecture(s) : 1
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782221139233
Nombre de pages : 357
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
BRET EASTON ELLIS
LUNAR PARK
DU MÊME AUTEUR
Moins que zéro,Robert Laffont, 2010, (Christian Bourgois, 1986) Lunar park,Robert Laffont, 2005 Glamorama,Robert Laffont, 2000 American psycho,Robert Laffont, 2000 (Salvy, 1992) Zombies,Robert Laffont, 1996 Les Lois de l’attraction,Christian Bourgois, 1988 Suite(s) impériale(s),Robert Laffont, 2010
Salué comme unAttrape-cœursmoderne, le premier livre de Bret Easton Ellis,Moins que zéro, lui a valu, à vingt ans, une consécration immédiate. Il est devenu le roman emPlématique des années 1980, déclinant déjà tous les thèmes qui continueraient d’inspirer cetteComédie inhumaine, selon la formule de Cécile GuilPert : le règne des apparences, l’hypocrisie, le nihilisme d’une époque consumériste, l’incommunicaPilité entre les êtres. ortrait acide et cru d’une jeunesse désenchantée,Moins que zéro raconte les errances d’un étudiant de la côte Est qui tente de dissiper son mal-être dans une recherche incessante de tous les plaisirs, mais auquel ni le sexe, ni l’alcool, ni l’argent n’apportent le Ponheur et la puissance escomptés. Les Lois de l’attractiongravitent autour de trois garçons appartenant à cette même jeunesse dorée, dont l’existence tragique se consume de rage et de désespoir. American Psychofit scandale aux États-Unis par son taPleau implacaPle d’une société déshumanisée, incarnée par un jeune golden Poy de Wall Street oPsédé par l’argent et la réussite, par ailleurs serial killer performant.Zombies, évocation satirique d’un monde gangrené par le vice et la superficialité,Glamorama, qui reprend la peinture désaPusée de la faune Pranchée new-yorkaise,Lunar Park, texte plus autoPiographique mais où l’on retrouve les paradis artificiels et l’atmosphère violente et sulfureuse des précédents livres, et enfinSuite(s) impériale(s), prolongement deMoins que zéroqui marque aussi la fin d’un cycle, illustrent le génie romanesque d’un écrivain hors norme, au style précis, glacé et incisif. Son sens de l’oPservation, de la dérision, de la formule qui Pouscule et son humour au vitriol font de Bret Easton Ellis l’un des romanciers les plus importants et les plus originaux de la littérature américaine.
« Cette œuvre est protégée par le droit d’auteur et strictement réservée à l’usage privé du client. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre, est strictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivants du Code de la Propriété Intellectuelle. L’éditeur se réserve le droit de poursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle devant les juridictions civiles ou pénales. »
Titre original :Lunar Park © Bret Easton Ellis, 2005 Traduction française : Éditions Robert Laffont, S.A., Paris, 2005
Traduit de l’anglais (États-Unis)
par Pierre Guglielmina
© Éditions Robert Laffont, S.A., Paris, 2016, pour la présente édition
© Collection particulière
EAN : 978-2-221-13923-3
Ce document numérique a été réalisé parNord Compo.
Suivez toute l’actualité des Éditions Robert Laffont sur www.laffont.fr
Pour Robert Martin Ellis 1941-1992
et
Michael Wade Kaplan 1974-2004
«Le risque du métier en faisant de soi un spectacle qui n’en finit pas, c’est qu’à un moment donné, on achète soi-même un billet. » THOMAS MCGUANE,Panama
« Les gens qui se sont fait une idée à propos d’un homme n’aiment pas devoir changer d’opinion, réviser leur jugement en raison d’une preuve nouvelle ou d’arguments nouveaux, et l’homme qui tente de les forcer à changer d’avis est, pour le moins, en train de perdre son temps et peut-être de chercher des ennuis. » JOHN O’HARA
« Des tablettes de ma mémoire J’effacerai tout ce qui y fut inscrit de futile et de tendre Tout adage livresque, toute forme, Toute impression passée Que ma déférente jeunesse y a copiés. » Hamlet, I, v, 95
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les Chirac

de robert-laffont

suivant