Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Ma traquée

De
179 pages
- Je ne veux plus te voir avec ce garçon; tonna son oncle. La jeune fille écarquilla les yeux avant de dire : - Mais Kawou, je croyais que vous étiez amis... - Mais puisse que je te dis que ce garçon n'a rien fait de mal... je le trouve seulement sympathique et puis c'est tout. - Sympa quel tique!? Et puis je ne suis pas là pour discuter avec toi. La jeune fille fondit en larmes et son oncle entra dans sa chambre dont la porte se trouvait de l'autre côté du salon en rotin (...). Privée du bonheur de la maternité, malgré tous les espoirs à elle suscités par des spécialistes en gynécologie et même des tradi-praticiens de renom, notre héroïne Fatma deviendra la traquée de la société. Elle sera non seulement rejetée, mais pire encore, accusée de pratiques maléfiques qui nuiraient à la promotion sociale des jeunes. Fatma déçue, blessée, condamnée, va passer le reste de sa vie à chercher à prouver son innocence à travers un comportement positif vis-à-vis de ses «bourreaux». Toute chose qui lui vaudra au soir de sa vie d'être affectivement appelée maman par tous les enfants de toutes les sociétés du monde.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Extrait
Lorsque Monsieur le Directeur des Presses universitaires de Yaoundé m'a confié le manuscrit de ce roman, j'ai tiqué en lisant le titre, à cause du calembour : Ma Traquée ou Matraquée ? D'emblée, j'ai su que j'avais affaire à un amoureux des belles lettres. Le lecteur pourrait croire de prime abord qu'il s'agit d'une histoire sombre, tragique. Mais s'il laisse la titrologie pour s'intéresser au contenu, il saura qu'il n'en est rien. J'ai tenté une interprétation.

I. Une revalorisation de la civilisation africaine longtemps piétinée par les colonisateurs européens

Le récit prend corps à Gado « un petit village d'agriculteurs situé en plein cœur de la forêt tropicale », une région qui pourrait être celle de l'auteur. Ce dernier, dans son roman, magnifie ainsi les us et coutumes africaines. Il plaide pour leur maintien dans une Afrique tiraillée entre tradition et modernisme mais qui devrait se débarrasser des pesanteurs sociales pouvant obérer son décollage économique; décollage qui ne pourra se faire qu'avec la pleine participation des femmes au développement.

II. Une belle histoire d'amour

Le récit de Fioko est aussi l'histoire qui a uni le couple Guebon et Iroumé, les parents de l'héroïne Fatma. Guebon, en sa qualité de maîtresse du foyer, s'est dévouée corps et âme à son mari et à ses enfants. Ne rebutant pas aux tâches ménagères, elle était la première debout et la dernière à se coucher afin que son mari démuni et ses enfants ne manquassent pas du minimum vital. Elle a su aussi endurer toutes les souffrances que causent les maternités nombreuses pour mettre au monde trois filles et un garçon. Elle perdit sa vie en donnant naissance à sa dernière née qui est Fatma. Tel « Le Loup » dans le poème de Vigny, elle a « fait courageusement sa longue et lourde tâche, dans la voie où le sort a voulu l'appeler » et s'en est allée sans gémir, sans crier, sans pleurer. Ici, nous entendons un cri du cœur de l'auteur en faveur des femmes : « Il n'est pas juste, s'insurge-t-il, que des milliers de mères africaines en zone rurale continuent à être emportées par la mortalité maternelle ».

Quant à Iroumé, si Guebon s'est sacrifiée par amour pour lui, il le lui a bien rendu, puisqu'il est resté un mari attentionné, toujours à côté de son épouse. Devenu veuf, il est demeuré fidèle à la mémoire de sa bien-aimée alors qu'il aurait pu facilement se remarier. L'idée ne lui a pas effleuré l'esprit bien qu'il soit de tradition musulmane et que l'islam tolère la polygamie, une pratique décriée par les féministes. Belle histoire d'amour !
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin