Ma vie si je meurs

De
Publié par

David décide de mourir en bonne santé le 12 avril 2001, date anniversaire de ses soixante ans, dans 167 jours. Mais comment organiser sa vie (et sa mort) quand on est le mari d’Isa, une femme hyperactive ? David y parvient avec plus ou moins de succès quand le destin (ou la providence) lui offre une cigarette du condamné à mort aussi séduisante qu’inattendue : Sarah. Ce bout de vie restant ne lui réserve-t-il pas d’autres surprises ?
Publié le : dimanche 19 juin 2011
Lecture(s) : 173
EAN13 : 9782304011340
Nombre de pages : 133
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Titre
Ma vie si je meurs
3
Titre Jean-Pierre Steckiewiez
Ma vie si je meurs
Roman
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2008 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-01134-0 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304011340 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-01135-7 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304011357 (livre numérique)
6
.
8
AVERTISSEMENT
« Dans quel guêpier me suis-je fourré ? » « La vie n’est pas toujours un long fleuve tranquille… » « Que feras-tu, toi que voilà, dis, que feras-tu de ta vie ? » « Va où tu veux, meurs où tu dois. » David, comme nombre de ses semblables, parlait parfois seul. Interrogations, déceptions, jubilations, frustrations, espérances, déconve-nues, colères rentrées, illusions trompées, joies ou bonheurs inattendus… autant d’occasions pour des remarques intérieures ou des extériori-sations orales – vérifier auparavant l’absence d’auditeurs. Afin d’éviter quelque implosion ou explosion inutile sinon regrettable. Tu deviens ours, mon pauvre. Mon jardin, ma maison et l’écriture m’occupent. Ma famille et mes amis m’entourent. Quelques distractions me suffisent. Que souhaiter d’autre ? Tu te satisfais de peu.
9
Ma vie si je meurs
Ma vie antérieure… Essaie de faire fi du passé, aussi riche soit-il. Ce sont le présent et l’avenir qui importent. A ton âge… Justement, à mon âge… Davidvivaittelles discussions intérieures. de Il s’interpellait parfois, se fustigeait ou se gron-dait. Comme une maman fustige ou gronde son enfant. Un psychiatre trouverait probablement une explication immédiate et précise à ce com-portement. Je me suis contenté, en accord avec David, de vérifier le sens de deux mots dans le dictionnaire : Ego: Désigne, en philosophie, l’âme hu-maine conçue comme unité. En psychanalyse, personnalité du sujet se définissant comme un équilibre entre les tendances élémentaires (le « ça ») et la censure sociale intériorisée par l’individu (le « sur-moi »). Brrr… Conscience: Sentiment qui fait qu’on porte un jugement moral sur ses actes… C’est clair ! Je suis Charles Génois et David me considé-rait comme son meilleur ami. Nous ne cher-chions pas à savoir s’il conversait avec son ego ou sa conscience. A quoi bon discutailler ? Il m’a raconté son histoire, ses états d’âme, ses échanges avec son ego (à moins que ce ne soit avec sa conscience), il m’a racontéSa vie, que j’ai transformée enMa vie si je meurs.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.