Mattawa. À contre-courant

De
Ancrée dans la communauté naissante de Mattawa à la fin du 19e siècle, alors que le chemin de fer ouvre le Canada vers l’Ouest, ce roman présente les enjeux de la migration québécoise dans ce Nouvel-Ontario à certains égards peu accueillant. On y fait état de la dureté de la vie dans les chantiers, qu’ils soient ceux du bois ou des chemins de fer; de la mainmise des « company » sur leur « companytown » et de leur résistance à l’endroit des citoyens qui souhaitent fonder une municipalité; des enjeux entourant l’établissement de services de santé et surtout scolaires; des frictions entre anglophones et francophones, dont le point culminant sera la promulgation du règlement XVII en 1912, règlement qui interdisait l’enseignement du français dans les écoles en Ontario.
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782894235225
Nombre de pages : 210
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Benoît Cazabon Mattawa À contrecourant
Extrait de la publication
Prise deparole R
Extrait de la publication
M  
D  
É en collaboration avec Mariana Canello, Elda Dagnino, Bruno Dufour et Marcela Fernandez,Vivre son plein potentiel en classe de langue, Montréal, Les Éditions L’encrier salin, 2010, 61 p. Langue et culture. Unité et discordance, Sudbury, Éditions Prise de parole, coll. « Agora », 2007, 294 p. Pour un enseignement réussi du français langue maternelle : fondements et pratiques en didactique du français, Sudbury, Éditions Prise de parole, coll. « Agora », 2005, 204 p. avec Louise Lauzon, Lise Léger, Hélène Sylvestre et Paulette Wolfe e (dir.),Le temps de lire, Actes du 5 congrès national de l’ACREF Ottawa, 1820 octobre 2001, CFORP, 2002, 102 p. avec Sylvie Lafortune et Julie Boissonneault,La pédagogie du français langue maternelle et l’hétérogénéité linguistique, Québec, Centre international de recherche en aménagement linguistique (CIRAL), Université Laval, Publication B216, 1998, 379 p. et Simone LeblancRainville (dir.), « L’éducation en français auprès de groupes minoritaires à travers le monde »,Revue des sciences de o l’éducation, vol. XXIII, n 3, 1997, 239 p.
Cinquante exemplaires de cet ouvrage ont été numérotés et signés par l’auteur.
B C
M   M ’   
Roman
Éditions Prise de parole Sudbury 2012
Extrait de la publication
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada Cazabon, Benoît Mattawa, à contrecourant [ressource électronique] / Benoît Cazabon. Monographie électronique en formats PDF et ePub. Publ. aussi en format imprimé. ISBN 9782894234389 (PDF).–ISBN 9782894235225 (ePub) I. Titre. PS8605.A9785M38 2012a C843’.6 C20129004928
Cazabon, Benoît Mattawa, à contrecourant / Benoît Cazabon. Publ. aussi en formats électroniques. ISBN 9782894232637 I. Titre. PS8605.A9785M38 2012 C843’.6
Diffusion au Canada : Dimédia
C2012900491X
Ancrées dans le NouvelOntario, les Éditions Prise de parole appuient les auteurs et les créateurs d’expression et de culture françaises au Canada, en privilégiant des œuvres de facture contemporaine. La maison d’édition remercie le Conseil des Arts de l’Ontario, le Conseil des Arts du Canada, le Patrimoine canadien (programme Développement des communautés de langue officielle et Fonds du livre du Canada) et la Ville du Grand Sudbury de leur appui financier.
Œuvre en page de couverture et conception de la couverture : Olivier Lasser
Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés pour tous pays. Imprimé au Canada. Copyright © Ottawa, 2012 Éditions Prise de parole C.P. 550, Sudbury (Ontario) Canada P3E 4R2 www.prisedeparole.ca
ISBN 9782894232637 (Papier) ISBN 9782894234389 (PDF) ISBN 9782894235225 (ePub)
Les hommes sont tourmentés par les opinions qu’ils ont des choses, non par les choses mêmes. Montaigne
L’avenir nous tourmente, le passé nous retient, c’est pour ça que le présent nous échappe. Gustave Flaubert
Pour se donner, il faut s’appartenir. Vauvenargue
Il y a quelque chose de plus grand pourtant que d’appartenir au monde, c’est de s’appartenir à soimême. Victor Hugo
Extrait de la publication
Extrait de la publication
T     
Mattawa, le 10 octobre 1918 Je m’apprête à quitter ce coin de pays toujours aussi revêche dans l’espoir de m’installer à SaintJovite, der nière chance d’un professionnel épuisé. Tant la turbu lence de ma vie personnelle que les exigences de mon métier et les affres d’une société démunie me laissent affaibli. Ce matin, contre toute attente, je vois de la neige sur la crête de la montagne PisseMont devant moi. Un autre hiver ici s’avère impensable. Je rassemble ce qui m’a souvent manqué de courage pour m’expliquer mes sentiments les plus profonds et vider à jamais un abcès trop longtemps entretenu à vif par mes négligences. Lâcheté et mollesse, ce sont bien là des habitudes que je veux reconnaître. Cette foisci, j’ai le ferme propos d’aller jusqu’au bout. De me retrouver aux confins de mes motivations incons cientes, ce qui ne me ressemble guère. Je l’avoue sans peine : je ne peux pas faire aboutir une résolution. Exprimer un vœu ou encore déterminer ce que je veux se révèle inaccessible. Je ne sais pas qui je suis. Je vis
7 Extrait de la publication
dans une contrée impénétrable à moimême. D’où me vient cette inertie devant ma vie intérieure ? Je ne pourrais pas divulguer le moindre incident captivant de ma jeunesse. D’où viensje ? Pourquoi suisje en cet endroit ? En disant ceci, je ne me réfère ni à SaintJovite ni à Mattawa. Je cherche à évoquer plutôt de mon passé ce qui m’a amené ici. Qu’estce que j’ai vécu pour vouloir devenir médecin ? Aije seulement désiré me consacrer à des malades ? J’essaie en vain de comprendre comment j’ai abouti ici, de saisir ce qui, du temps de ma jeunesse, m’a façonné. Depuis ma tendre enfance, je suis vieux avant l’âge. Je n’ai pas d’autres souvenirs que mes pensées. Je pense. Aije ri ? Estce que je me suis amusé ? J’applique toute mon attention à écrire, à retrouver mon identité. En suisje capable ? Pour le moment, il me suffit de suivre le tracé de l’encre sur la page blanche. De ces mots échappés sourdra un sens ou une directive, j’imagine. J’y mets ce que ma mémoire veut bien retenir, sans tenter de la brider. Depuis mon arri vée dans cette contrée, je tiens des notes, un journal en quelque sorte. À défaut de savoir peindre, j’écris. Le soir, je relate sur papier le fruit de mes observations. J’imagine qu’une continuité se devine dans ce geste et ceux du médecin que je suis le jour. Ausculter et obser ver ! Même activité ? Être conscient et comprendre. Observer correspond à se tenir en retrait du monde aussi. J’essaie maintenant, avant mon départ, de couler ces notes d’origine avec des pensées qui me viennent en me relisant. Je compte que les choses s’éclaircissent à défaut de pouvoir me convaincre que ma décision est la bonne.
8
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Rêve totalitaire de dieu l'amibe

de editions-prise-de-parole

Corbeaux en exil

de editions-prise-de-parole

Strip

de editions-prise-de-parole

suivant