Max

De
Publié par

Depuis que Max a rencontré Marguerite, une vieille femme un peu originale qui s'évertue à semer des messages d'espoir autour d'elle, il se passe de drôles de choses dans sa vie. Il a des réminiscences dans lesquelles il se revoit à des âges différents, en présence d'une petite fille, Martha, qui était la petite fille des voisins de ses grands-parents. L'intuition et les "signes de la vie", comme cette ressemblance étrange entre la petite Martha et Marguerite, la vieille femme, le poussent à partir à la recherche de cette petite fille qui était amoureuse... de lui !Sommes-nous "disponibles" à la vie ? Comment percevons-nous les "petits signes" de la vie? Comment les interprétons-nous? Avons-nous raison, tort? Que risquons-nous ?Max, lui, a décidé de se laisser guider...
Publié le : mercredi 15 juin 2011
Lecture(s) : 84
Tags :
EAN13 : 9782748172027
Nombre de pages : 153
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Titre
Max
3
Titre TIBAN
Max
Roman
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2006 www.manuscrit.com ISBN : 2-7481-7202-7 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782748172027 (livre imprimé) ISBN : 2-7481-7203-5 (livre numérique) ISBN 13 : 9782748172034 (livre numérique)
6
.
.
8
MAX
Max marcha dans la neige longtemps avant de s’apercevoir que les pas qu’il faisait s’effaçaient lentement derrière lui. Il réfléchissait à tout et à n’importe quoi, à son passé, au présent, à ses projets. Il lui semblait que tout s’était déjà réalisé sans vraiment qu’aucune des choses qui lui avaient semblé importantes ne lui apporte ce qu’il cherchait au fond, même s’il ne savait pas trop ce qu’il cherchait en fait. Il se disait qu’il n’avait ni eu une enfance difficile ni vraiment de problèmes existentiels, et pourtant il ne se sentait pas vraiment heureux. Sa vie d’assistant sérigraphe lui laissait pas mal de temps libre. Aujourd’hui plus que jamais il ressentait le besoin de s’évader. Il prit la direction du lac Wisard. Il attendit le bus, salua le chauffeur puis alla s’asseoir au fond. Il regardait le paysage enneigé défiler à travers la vitre, son souffle embuait la vitre au rythme régulier de sa respiration, de plus en plus ample et soudain, un grand fracas le fit sursauter, au moment où il commençait à s’endormir. Les roues semblaient s’être détachées des essieux pour n’en faire qu’à leur
9
Max
tête. Le bus bringuebalait de tous côtés, les sièges sursautaient. Max regarda en direction du chauffeur qui devait avoir du mal à tenir la barre sur cette route cabossée. Mais à y regarder de plus près, la soi-disant « route » était pour le moins étrange : la vitre renvoyait à un paysage surprenant : des tiges, des lianes, des feuilles, des herbes aussi hautes que des platanes. Le bus s’enfonçait dans une sorte de jungle bigarrée et luxuriante mais qui ne ressemblait en rien à la route du lac Wisard. Où ce chauffeur l’emmenait-il ? Il allait entendre parler du pays se disait-il tandis qu’il remontait tant bien que mal l’allée centrale jusqu’au box du chauffeur. « Monsieur ! » cria-t-il à deux mètres du siège du chauffeur. Il eut juste le temps de se rattraper au composteur, évitant une chute en avant lorsqu’il s’aperçut que la place du chauffeur était vide ! A peine réalisé qu’il dut encaisser une autre réalité, à savoir que l’engin fonçait droit sur un tronc d’arbre. N’écoutant que son instinct de survie, il agrippa le volant qu’il tira de toutes ses forces vers lui, faisant chavirer l’engin qui partit en embardée sur la gauche, bascula sur le flanc et s’immobilisa enfin dans un grand bruit de taule froissée. Max se retrouva la figure collée au pare-brise avant, calé en position du fœtus entre le tableau de bord et le plafonnier et par miracle, indemne.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.