Méchante

De
Publié par

Méchante. Qu'avait-elle fait de sa violence? De cette envie de faire sauter les verrous, de renverser les tables, de frapper ces faces de porcs, ces têtes de cons, ces fils de putes? Qu'avait-elle fait de son désir de brûler les livres et de voir exploser la Sorbonne et l'Arc de Triomphe? Elle avait tout planqué sous le plaid écossais de la psychanalyste.
Publié le : mercredi 15 juin 2011
Lecture(s) : 133
EAN13 : 9782748103502
Nombre de pages : 163
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Avertissement de l’éditeur manuscrit.com  maison d’édition francophone  a pour vocation de réunir les conditions idéales pour que tous les manuscrits trouvent leur public. Pour ce faire, manuscrit.com s’est doté du plus grand réseau de lecteurs professionnels : composé de libraires et de critiques, il est entièrement voué à la découverte et à la promotion d’auteurs de talents, afin de favoriser l’édition de leurs textes. Dans le même temps, manuscrit.com propose  pour accélérer la promotion des oeuvres  une diffusion immédiate des manuscrits sous forme de fichiers électroniques et de livres imprimés. C’est cette édition que le lecteur a entre les mains. Les imperfections qu’il y décèlera peutêtre sont indissociables de la primeur d’une telle découverte.
manuscrit.com 5 bis rue de l’asile Popincourt 75011 Paris Téléphone : 01 48 07 50 00 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com contact@manuscrit.com
Méchante
© manuscrit.com, 2001 ISBN: 2748103513 (pour le fichier numérique) ISBN: 2748103505 (pour le livre imprimé)
Jacqueline FinkelsteinRossi
Méchante
ROMAN
Ne me traîne pas chez les impies Chez les hommes criminels A leurs voisins ils parlent de paix Mais le mal est dans leur cœur Psaume 27
7
1
Elle était sortie de cet entretien fatiguée, vague ment écœurée. Le garçon ne l’avait pas vue, le regard fixé sur un pan de mur où les dessins d’enfants faisaient des taches de couleur et cachaient d’autres taches, de moisissures, celleslà. Puis il s’était plongé, l’air perplexe et ennuyé, dans le test projectif de Rorschach et avait énuméré les réponses, l’une après l’autre : mouches écartelées, lapins désossés, crânes vomissant les cerveaux et le sang, le sang qui dégouttait, sur les cafards et les morpions… Elle avait tout noté, jusqu’au frémissement de la lèvre supérieure, quand il avait évo qué la fameuse chauvesouris, mais cellelà vraiment bizarre, avec ses cornes d’escargot… Elle avait tout noté sur ce bloc de mauvais papier jaunâtre et quadrillé, toute une vie, avec les dates, les guillemets, les ratures et les petits dessins en colimaçons, qui témoignaient de sa concentration, à elle. Elle devrait remettre tout cela au propre et son examen, tapé, rendrait compte de tout ce que l’adolescent avait exprimé : sa haine, son formidable désir d’éliminer ceux qui le gênaient et puis son crime, tellement logique, ce coup de couteau porté sur son père, prémédité, rêvé tant de fois… "La lame a glissé et puis, j’ai eu beau frapper, il se protégeait le cœur, le salaud, c’était toujours sa main que je trouvais au bout de la lame… il est pas mort, ce con…" Il n’avait que ce seul regret, d’avoir là encore échoué…
9
Méchante
Elle devrait expliquer tout cela au juge et peine rait sur le rapport, engluée dans les ambivalences et les fantasmes, en sachant que personne ne lirait sérieuse ment ce baratin psychologique, sauf Armando, le direc teur, qui apposerait sa signature, après avoir corrigé des fautes d’orthographe imaginaires. Que proposer pour ce garçon ? Un placement, bien sûr, loin de sa mère qui l’avait poussé à agir et loin de son père, désormais terrifié. Elle voyait déjà le juge soupirer et l’éducateur blêmir, fugue après fugue, long parcours jusqu’à la ma jorité du jeune homme, qui refuserait toutes les solu tions… Elle ramassa les feuilles et les plaça dans une che mise rose vifDossiers à rédiger, elle verrait plus tard, sans doute au dernier moment… Elle fit quelques exercices respiratoires : inspi rations, expirations, profondes, on gonfle, on vide les poumons ; puis elle alluma une cigarette. Avaitelle réellement souhaité cette suite d’ instants sinistres qui s’ajoutaient pour faire d’elle une psychologue ? Elle avait travaillé, énormément ; elle avait veillé, lu, écrit, portée par le besoin de tout comprendre, peutêtre pour mieux maîtriser l’angoisse qui l’avait habitée. Vivaitelle par procuration lorsqu’elle écoutait les descriptions de vols, de rackets ou de viols ? Non, ce n’était pas cela, elle s’interrogeait simplement, à propos de ces désirs de faire mal, de léser et parfois de tuer… Ses réflexions s’arrêtèrent là, interrompues par Armando qui pénétrait dans le bureau. Son rôle était assez mal défini, il surveillait les allées et venues du per sonnel, contrôlait, vérifiait l’ordre des dossiers et du service, paradait dans les réunions et s’obligeait à venir avant tout le monde et à partir le dernier, commandant de son beau bateau ivre : la nef des fous, des très très fous, pensatelle.  Tu as fini ton entretien…  Oui. Elle n’enchaînait pas. Elle resterait laconique. Il tourna les talons. Pauvre Armando ! Sanglé dans ses
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le Businessman et moi

de milady-romance

Succomber

de milady-litterature

Les retrouvailles

de elp-editeur