Meilleurs voeux

De
Publié par

Pour la plupart des personnes, les voeux sont une corvée incontournable à laquelle il faut se soumettre, sous peine de passer pour un rustre ou un marginal. Pour d'autres, le lien social, affectif, passe par ces petites attentions, comme la carte postale estivale, ou le petit mot d'anniversaire. Il y a maintenant une vingtaine d'années, je décidai d'enrichir mes voeux de réflexions personnelles sur le temps qui passe, l'espoir du lendemain. Au cours des ans, je m'abandonnai à la poésie, à l'historiette, au conte... De quelques lignes, certaines digressions sont passées à quelques pages d'inspirations diverses, souvent baroques, débridées, parfois décalées. Je vous livre ici vingt-trois propositions de voeux qui, j'espère, vous amuseront.
Publié le : jeudi 3 septembre 2015
Lecture(s) : 0
Tags :
Source : http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782342041637
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782342041637
Nombre de pages : 110
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Du même auteur
Anamorphoses,poèmes, Le Manuscrit, 2005
Histoires profanes, nouvelles,Le Manuscrit 2006
Net plus ultra, roman,Le Manuscrit 2007
Antonin Gaudi, un architecte de génie, biographie,L’Harmattan, 2010
Guide à l’usage de l’écrivain débutant, Édilivre, 2014
Jean-Claude Caillette MEILLEURS VŒUX
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France IDDN.FR.010.0120470.000.R.P.2015.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication par Mon Petit Éditeur en 2015
Préambule Pour la plupart des personnes, les vœux sont une corvée in-contournable à laquelle il faut se soumettre, sous peine de passer pour un rustre ou un marginal. Pour d’autres, le lien so-cial, affectif, passe par ces petites attentions, comme la carte postale estivale ou le petit mot d’anniversaire. Mais, revenons aux vœux ! La carte illustrée que l’on choisissait avec soin et que l’on calligraphiait avec préciosité ; cette carte a pratiquement dispa-ru. Celle-ci a été remplacée par d’autres supports, virtuels, ani-més parfois, mais tous libellés, pré-écrits – avec humour occasionnellement, gentillesse souvent –, mais cependant par-faitement impersonnels. Si j’osais la comparaison (si, j’ose), les cartes virtuelles sont ce que les pâtes alimentaires fourréesbœuf/chevalen vendues grande surface, sont aux raviolis de votreItalienle marché sur de quartier. Dois-je également évoquer les SMS ? Pire ! Les SMS grou-pés ? Il y a maintenant une vingtaine d’années, je décidai d’enrichir mes vœux de réflexions personnelles sur le temps qui passe, l’espoir du lendemain. Au cours des ans, je m’abandonnai à la poésie, à l’historiette, au conte…
7
MEILLEURS VŒUX
De quelques lignes, certaines digressions sont passées à quel-ques pages d’inspirations diverses, souvent baroques, débridées, parfois décalées. Je vous livre ici 22 propositions de vœux qui, j’espère, vous amuseront.
Jean-Claude Caillette P.-S. Dans l’hypothétique circonstance où vous désireriez faire partie de mon cercle de relations et recevoir mes prochains vœux, je vous invite à me laisser un mot sur la pageFacebookqui porte mon nom. Je m’engage à vous faire parvenir mon pro-chain message de fin d’année. Je vous souhaite d’excellentes prochaines années…
8
Petit âne En un pays où les habitants, à l’approche de la mort, recher-chent la compagnie des oiseaux en raison du fait que ceux-ci font la navette entre le ciel et la terre, un petit âne musclait son âme au joug de la roue qui actionne les saisons. Sentant sa fin prochaine, l’équidé soupirait sur l’absence d’une compagne, se perdait dans la nostalgie d’une progéniture inexistante et construisait mentalement son mausolée qu’il se persuadait de mériter. Déjà, il commençait à se regretter un peu. Petit âne avait le pressentiment qu’il effectuait sa dernière saison et voulut connaître son ultime but. — Ah ! gémissait-il. Vais-je pouvoir fêter la nouvelle année ? Fort de ce questionnement, il alla consulter le mage Google. Sollicité, le sage reprit un bol de Ricoré avant de répondre. — D’après quel calendrier veux-tu connaître la date ? — Quoi ! Existe-t-il plusieurs calendriers ? — Exactement. C’est le pape Grégoire III qui, en 1 582, ins-taura un nouveau calendrier, plus précis par rapport au calendrier de Julien, et décalé de treize jours. C’est ainsi que les catholiques orthodoxes suivent l’ancien calendrier. Petit âne, un moment décontenancé, expédia ses pensées dans le vestiaire de ses souvenirs. Il venait de se cogner à la terrible évanescence de la mémoire.
9
MEILLEURS VŒUX
— Le monde entier ne fête pas la nouvelle année à la même date ? L’ancêtre, un moment, pensa lire l’avenir dans le marc de son Ricoré, mais y renonça. — Mais non ! Les juifs, par exemple, fêtent leRosh Hachana. C’est le Nouvel An juif depuis la création du monde par Dieu, le sept octobre 3 761 avant la naissance du Christ. En consé-quence, le Nouvel An peut être célébré le 29 septembre… Petit âne, pour qui l’existence ayant été un perpétuel coucher de soleil, accepta son sort, avec grâce et fatalité. — C’est compliqué, remarqua-t-il. L’illuminé réchauffa sa boisson au micro-ondes et sourit. — Oui ! Surtout si l’on considère que les musulmans fêtent le premier jour du calendrier lunaire qui n’est évidemment pas er le 1 janvier. Chaque seconde de plus à l’existence nous apporte des rai-sons d’espérer, tout comme les rêves transportent leurs cortèges d’images subliminales dans les territoires oubliés de l’imagination. Petit âne pressentit le point d’aboutissement du récit. — C’est tout ? Bredouilla-t-il, sans conviction. — Hélas, non ! Il faut tenir compte également du calendrier chinoisluni-solaire. Ainsi, pour les Asiatiques, l’année peut com-mencer un 23 janvier, par exemple. Afin demarquer la fin de l’entretien, le saint homme lava os-tensiblement son bol et le plaça dans l’égouttoir. Petit âne, abattu, fut saisi du besoin de retourner à son ermi-tage fœtal. Dès la naissance, il avait contracté la maladie
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant