Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 13,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Même pour ne pas vaincre

De
350 pages

Aucun témoignage vrai n'atteint la violence, la crudité, la fureur et le désespoir de la confession par laquelle commence ce roman : celle d'un homme mûr qui a participé à la guerre d'Algérie. On reçoit un coup de poing au cœur.


Deux autres épisodes font vivre, avec la même force, des événements qui ont marqué notre époque. Un brillant avocat d'origine algérienne apprend que son père a été un supplétif de la police française quand elle traquait, par tous les moyens, le FLN à Paris. En Algérie, une jeune fille est enlevée par les islamistes et devient l'esclave des barbares.


Un jeune homme rêveur et sa cousine dont le tempérament provoquant le fascine sont d'abord les témoins, puis les acteurs de ces histoires qui s'enchaînent, comme dans la vie, par des liens subtils. L'ambition du projet, la vérité des personnages, la maîtrise de l'écriture et de la construction font du premier roman de Stéphane Chaumet, un grand roman moderne.



Stéphane Chaumet est né en 1971. Il a écrit et publié de la poésie. Même pour ne pas vaincre est son premier roman.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

MÊME POUR NE PAS VAINCRE
Extrait de la publication
Du même auteur
Dans la nudité du temps poésie L’Oreille du Loup, 2007
Urbaines miniatures poésie L’Oreille du Loup, 2007
La traversée de l’errance/ La travesía de la errancia poésie La Cabra ediciones, Mexico, 2010
Extrait de la publication
STÉPHANE CHAUMET
MÊME POUR NE PAS VAINCRE
ÉDITIONS DU SEUIL e 25, bd Romain-Rolland, Paris XIV
Extrait de la publication
ISBN: 978-2-02-103956-6
© Éditions du Seuil, février 2011
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
www.seuil.com
Extrait de la publication
Il faut aller jusqu’au bout, même pour ne pas vaincre.
Extrait de la publication
Pierre Reverdy
I
Extrait de la publication
C’était comme si la vis centrale, qui dans sa tête maintenait toute son existence, s’était faussée ; elle ne pénétrait pas plus avant et ne se déga-geait pas, elle tournait à vide sans mordre sur quoi que ce soit, toujours dans la même rainure ; et on ne pouvait cependant s’empêcher de la faire tourner. Tolstoï
Assis par terre, la saignée des bras sur les genoux, bras ballants, la bière par terre au bout du pied, le front humide, la casquette relevée en arrière dégageant le front essuyé d’un revers de manche, préférant baisser les yeux sur la terre craquelée assoiffée, la terre qui donne soif, que les garder sur la beauté étouffante de l’horizon menaçant, cette saccade de montagnes tout en plis où la mort couve ses œufs, où il faudra retourner avec l’an-goisse que l’œuf cette fois vienne éclore pour soi, juste pour soi dans une terrible offrande du hasard qui ne touchera pas l’autre corps à quelques centimètres du sien, autant baisser les yeux sur cette terre toute sèche, poussiéreuse, terne, avec des mottes comme de petits cailloux, et d’une pichenette ou prenant l’une d’elles dans
11
M Ê M E P O U R N E PA S VA I N C R E
la main, à peine serrant, elle s’émiette, comme le temps, notre temps ici n’est que ces petites concrétions de terre sèche misérable, fade, qui soudain s’émiette, se pulvérise, plus rien qu’une trace poussiéreuse insignifiante sur les doigts, secs eux aussi, les doigts, leur pulpe, la paume, presque calleux, les ampoules à tenir la crosse, la pelle, le bidon, les bras, la queue, à tenir la bouteille et l’an-goisse mais pas la quille. Un œil sur la bière. Et si je la renversais, comme ça, juste à déplacer, à peine, le bout du pied, la coque de cuir de la chaussure sur le gros verre, toc, et la voilà par terre renversée se déversant, la mousse blanche sur la terre sèche, elle la boit, boit ma bière, avec un bruissement de bulles, une tache brune humide sur le sol que je regarde sécher. « Ta bière ! – Fais gaffe, c’est de la pisse mais elle est meilleure que celle qui sort en pression de ta pompe ! » Je la redresse, la bouteille, les regardant, souriant, pourquoi ça ne me ferait pas rire moi aussi ? « Putain c’est l’enfer là-dessous, allez, une petite partie les gars ? » Une fourmi crapahute en tout sens sur un périmètre de terre caillouteuse qui pour elle doit avoir la même échelle que pour moi ces montagnes, sait-elle où elle va, elle ne se pose pas la question, sa nature y répond pour elle, je détourne la fourmi avec une brindille, désorientée elle tournicote puis se repère, repart, déterminée, et nous on nous a balancés là, sans savoir pourquoi, sinon en nous mettant de la bouillie patriotique dans le crâne, mieux vaut ne pas trop chercher à savoir et attendre l’autori-sation de se tirer, mais contrairement à la fourmi si on
12
Extrait de la publication
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin