Messieurs les ronds-de-cuir

De
Publié par

Fonctionnaire au ministère des Cultes où il s'ennuya ferme pendant quatorze ans tout en pratiquant assidûment l'absentéisme, s'assurant la complicité d'un expéditionnaire qui le déchargeait d'une grande partie de son travail, Courteline mit à profit son sens de l'observation et de la dérision pour écrire ce tableau-roman, géniale peinture satirique et caustique de la vie de bureau et des turpitudes administratives.Employé à la direction des Dons et Legs, Lahrier a pris l'habitude de s'absenter une fois par semaine sans que «l'Administration, bonne bête, eût l'air de s'en apercevoir». Or, un jour de printemps, l'atmosphère joyeuse de la ville l'ayant peut-être retardé plus qu'à l'accoutumée, son chef de bureau, M. de La Hourmerie, s'avise de le tancer vertement, à propos précisément de ses absences. Sauvé de l'ire de son supérieur par l'arrivée inopinée du conservateur du musée de Vanne-en-Bresse auquel on fait croire que son dossier est en passe d'être réglé alors qu'il a été perdu, Lahrier va retrouver dans l'atmosphère poussiéreuse de ces bureaux confinés son vis-à-vis Soupe, baderne bougonne et obtuse, mais aussi Ovide, le garçon de bureau, Chavarax, aigri dans l'attente bilieuse d'un poste de sous-chef, l'expéditionnaire Sainthomme se surchargeant de travail dans l'espoir toujours déçu d'obtenir les palmes académiques, le sous-chef Van der Hogen, cloporte dénicheur de dossiers caducs et rédacteur d'invraisemblables rapports, enfin l'employé Letondu dont le comportemen
Publié le : mardi 30 août 2011
Lecture(s) : 199
EAN13 : 9782820603784
Nombre de pages : 60
Prix de location à la page : 0,0011€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
MESSIEURS LES RONDS-DE-CUIR
Georges Courteline
1893
« Lse claCssoillqeucetsi oYnuoScrieb »
Faites comme Georges Courteline, publiez vos textes sur YouScribe YouScribe vous permet de publier vos écrits pour les partager et les vendre. C’est simple et gratuit.
Suivez-nous sur :
  
ISBN 978-2-8206-0378-4
 À mon ami, à mon d’affection sans bornes.
maître,
à
Premier tableau
mon
bienfaiteur
Catulle
Mendès.
En
témoignage
d’admiration
profonde
et
 lgnal À lderua dee ol Siréf ,onr numigée du boulevard SiatnG-reamnie  tm elocÉlsap ua  Lçaor freaiitilsseiiuaredc ne tnaitegagui rrs q ua drobp sesdeiirtora, u  dottrs arrtêhairreà emeura ler. Il ded rteraeuqledq qui évu it rallatertnoc rpmispmefou  avicee  dndeds noa rrvieéa ormais imminent l ersnitnatséd s uenumis tecoenigné ind cric lea evâlenedf tû sgos sei nsait anilicnoc,uaerub uinistèreoge du mmr eohlrral éonntme c Sie.lempcsnocnei ed c asun jore  encle !rair enùoj uo rdimià s pai ravead sniam sel tE.uerre so de la Gd meeid nnia talreeu s dee  hux : baiDp liasne-uedélA.d  esssu célui, létaitessiuolbud tnems-rèapn adr nedîsnl sep coeh,sa chevant sa cigaretteli ,tta idnelat in fu  dfidéab eiulp enud reurcbet uibru  aamitc  eliélérevait sétte, ttanuot el svda tneimmCoile abor. leetdnroim istéiaaris, qus ans, Prqbadés lae  duét ,siuqxiarf tuorti  avea vede s tasn iuovrisna emnt sps lurtêa àl-neva el cirp gai, charmant, eet ,nup irtnmespar Pel-dprure.is sti sedel àot sste et simprovi eelrus aumesd e mbto, diMidue l à sneg sel rusprovbon  en nue,rrviiua laq niicegauep , udrl uan oinsdane uri g tdnub el urpfoond et sans un nl ,seénid leic e silvraaindteéno,samsiirrèd res hae lechemuteser,sà l sef netêd dont lboulevareidn ud eéssolb a  laucha lreuttuà  nobd uaytibalaeil  sole deppan esnemmi enUe.usmeru bleilsanes et desmarronb aisid sep alatbrom jeséeetens rt sotto sri selaspur le dehaltdpéem stes eé ,mmcot enlas dee ,inifniiatiorimne fleura cretontnp ral s  eojaueuéj enéav, tdaiir nuaedd eios enêtra fede srès a pumespxut  ned ldeé ntmeurto, siup ; etrevuo ed seb tâno sdcéniers semblaientenu iam ég netnaieoltrr ésacar p eèdj iom ta selrier.Lahs en, mielfer nuérviuc tseu  aindu  vull étob er ,anomesqjuà uevuld aruoto ,elalur erDs arbres long denohcupacne àjéd ndtet er vdes néelg na tafsier , le sousdos ros mpiieére usifso ed tross ri snapardessuspour lap erimrè eofsid néanle avl  ie, ed ,tiadeip noser,  légé lagagnecd p alpOré el dntmetien slee rtne égatrap tneblemuita, éqvailt ar eudehru rlrat elppsl aiétemeui tnb ,eqsurbien-êtrmour du tes noa duveio rart à elél srevaissrecaauéplt itdénoenul iue ril dsolela bont sap at ,nnolap évereitnaur ses s.taMsic moemi  ltoffe du vêtemennu e edafrilfa sét ilte.EminussuA .erdnetta te -citta éenbii L. eamhléfR ciehquune feur est élbal à tiattta  dsecau tea asrras,  repevanet dttce tecédarnoisoiavné prs par ac ed sinos à éfes scrupules.Le imintsrè eopvuiaontil  iaiavimt ésoplis ecnes à une sansée, pensuqlirtnatn ,elemla aseesete uing à ébmotllom enue tout lêtre, drgnaedl câehétd ai lerssiv v, re nuosebd nies eibneuoév trttéiar shrie, Lanoux enud ihavne iten sittaé sIl.  éus reluar manele chapeois là, el eeg s nodrtne gleriuéyes , uxr snot xt ed xuobre azopEt. éeûl,eà v tiojius  ace issane dentimtiatrus  el calg dislae ôl tune  eathc emirpcésie etdansante, auittaé smeisprun sidnat ,émulla n dlacole fque orejeip edv-ae-uusredee ie beunhnecsD .tnoc elavasse empans sa t sobdr sil e àarpeauerçu d jneal ,siv  noirtnenières ombrellessaes rel srpniateg rene  pntdaarèib ed rrialc er serir àîchiafraj su ràl uosuqamed eruetiéled éueagel v u : vneunm lêretéia tevchose squelque  ,rum xueiv nudé ffaucheéglanlna slid osela  utanthaleard  léz eadsnree  nordn,qui se venait p,noitec g etuenê, sepêemeuch dsearcnnu eoctnnu eAdmre ltratinisliuq snûf nes u ndret , tempcorde avaition sounel iuas tegmr é dlebuu ene èg rri eatiruaernU .mplit coementablhcga nâld uuqeédereiènt eéernouivéni  esserap niquité, leur deedc tee cxsèd ieu lbor e nni fo,noiane leppà reble onnan lequo ehc tnuarsiso entmeleabaiétc, s rednamtirév ,idvair,l arbsi epos, à lit au renos ord sniaed iilour lentvîép dlia tn ,elemyoba,pitmentngue. Loruzal ed eélucamm itérepua  l àmoc p em ruonnod uerdén ntme mi,alec rnert eelb eau temps et luiemélcal ifni ecn bdue niu.ie Don éallarge  tl ioproples s, àhèteseeue  de téulhotang,noi nosidniquoi faiEt pour  salm noer! Dnaeu lurpos ntsaastseuq al resop r il ers,onti volsep étl raêrûe ts leurpos insobenemelues eéérc t fineuledonn de  aacedl à s su,eacoré it qdelquep rerutâ à ev alns but ! sans vueu sfaafém s !asêd nosiar ed ermbeouns an s !es sim eelnertq uointce p! à tre itnoleuntul c etesclat stnis reoTruà t arp sa . ne laule à quih uaavtiel sss éles épaui ce: Sp tsen c enu saé itamalme aon!Strmu estéia tosudainement aigri ; eD alcerinoites don Dets eg L un ssert pas duhuetrd q auojilloar pi,Ou  :rec euqleuq ,ne-snbeau, lahose de nod seD D riceits.egne Us on Letrusb ,edîob a etfin,. Enitiéparprd eojnildas  eete quorem rsaà  erdnerp al neible veut charitabnu emâ eojruo  ùquusu ain a jsisecnte , selaniFottues setpml  eu, de soomesesprç cevA l sap ,aran  ete !teetqul naécd  earuqte venue de volant ,ei enuéllate ene ura v cieédomféd es iuq euqilusporea  letd en,el iluqp buitno pubtiontrucInsal tner ucére esnsIuctrievo l àlt ahCnauo rcse qui se cellerien ie rut eirvosajer al t rusetterieuIntéIntr, lruq réei eeviun  puiteroe st leter aluofus el rsesur le Commerc,el  eoCmmreecq e  ssspalegantmeavuoé tiètsip ernclusioncette co,ie  t àred  eul, meom sEne.rtpo al ed selletaga min, lendreatteia topvul  eslid seretéanimnoitenemqut sui  litucétse ,neifpnirs longuement disu ue tia ecnim nvuré p avl ie qxiul eluga sosire,sourtant goûbmer ,ap ealC ahît debonr surcroegèlad ruehla ,néan!e éennn  elb eésar nim,su elque quet dbudg ed seniatnec sequ, csanfre llmiloyé, comme bienl o nepsn,en aitvau  erdgadee as ratt redbxua! c Ah un rest U!envê e snef ionsdaé trrd oet cédid erpmel ,e
I
 bête !t aije! e  nnspelbran ue ,nof uaéflexion : Eh pes.saMsi , àalr  jue qilté éieanievéd e-tuaF .e Ah moi. sal! laap sia sal , àec
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant