Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

Vous aimerez aussi

suivant
1
Emma Sharpe s’arma de courage. Ignorant e lot de souvenirs qui ’assaiait soudain, ee s’efforça de concentrer son attention sur a femme qui pressait nerveusement e pas devant ee, dans e brouiard épais des conîns du Maine. Ees arrivèrent à une haute grie en fer, percée d’un ourd portai lanqué de généreux massifs de rudbeckia pourpres et d’hémérocaes dorées. Te e gardien des ieux, un saint François d’Assise de granit se dressait, uisant, dans a bruine. Le petit oiseau était encore perché sur son épaue. I ui manquait toujours deux pumes à a queue. Sœur Joan Mary Fabriani s’arrêta devant e portai. De ’autre côté se dessinait a « tour », ’espace privé où es Sœurs du Cœur Joyeux se consacraient à eurs travaux de restauration et de conservation d’œuvres d’art. Ce matin, sœur Joan avait commis une entorse au règement. Ee avait fait entrer Emma dans ’enceinte du couvent sans passer par a maison généraice, où cette dernière aurait dû s’enregistrer en tant que visiteuse. Et avec son jean, sa veste en cuir marron, ses bottes Fry et son Smith & Wesson 442 sangé au moet gauche, Emma n’était évidemment pas une résidente. — Le portai est fermé à cé, constata sœur Joan avec dépit. Ee se tourna vers Emma. — I faut que j’aie chercher a cé.
9
— Je vous accompagne. — Non. Attendez-moi à, vouez-vous ? objecta a reigieuse, qui vivait au sein de cette congrégation depuis maintenant trente ans. Les sourcis égèrement froncés, ee considéra d’un œi contrarié e portai verrouié qui ui barrait a route. Après avoir arpenté ’aée de pierres qui serpentait depuis ’entrée principae du couvent, ee se serait bien passée de ce contretemps. — J’aurais pourtant juré ’avoir aissé ouvert… Ce n’est pas grave. Je n’en ai que pour une minute. — Vous avez ’air préoccupée, ma sœur, insista Emma. Je préfère venir avec vous. — Le chemin e pus direct jusqu’à a tour traverse un jardin où seus es membres de a communauté sont autorisés à pénétrer. — Le Jardin de méditation. Je n’ai pas oubié. — Oui. Bien sûr. — I n’y aura personne à cette heure, insista Emma. Les sœurs sont occupées à eurs tâches quotidiennes. — Je ne cours aucun danger, Emma, assura sœur Joan. Ses yeux bruns et son grand visage arrondi adoucis-saient queque peu ses paroes, parfois trop directes. — Cea ne vous dérange pas si je vous appee Emma, n’est-ce pas ? Ou préférez-vous « agent Sharpe » ? Emma crut déceer une imperceptibe pointe de reproche dans a voix de sœur Joan. — Emma, c’est parfait. D’une main ourde, sœur Joan chassa un moustique agrippé au arge bandeau noir qui retenait en arrière ses cheveux gris. Au ieu du traditionne habit de rei-gieuse, es Sœurs du Cœur Joyeux avaient choisi de s’habier en civi. Et pour sœur Joan, cea signiîait un pu gris foncé tricoté main, une jupe mi-moet, des coants noirs et de ourdes chaussures de marche en cuir. La sobre croix qui pendait à son cou et a bague
10
en or qu’ee portait à ’annuaire gauche constituaient es seus signes ostensibes de sa foi cathoique. — J’ai déjà enfreint sufîsamment de règes, aujour-d’hui, en vous introduisant ici sans en référer à qui que ce soit, décara-t-ee enîn, ’air tiraiée. Sœur Joan était restée pour e moins évasive orsqu’ee avait appeé Emma à Boston, e matin même. Ee ui avait tééphoné aux aurores et, en queques mots, ’avait exhortée à a rejoindre instamment au couvent. Deux heures de route a séparaient de a petite péninsue rocheuse qui s’étendait depuis a côte du Maine, paisibe et pittoresque. — Si vous me disiez au moins de quoi vous vouiez me parer ? demanda Emma. Sœur Joan hésita un instant. — Je voudrais avoir votre opinion à propos d’un tabeau. Comme s’i pouvait s’agir d’autre chose… — Un tabeau que vous soupçonnez d’avoir été voé ? — Le mieux est que je vous e montre. Cea vaudra toutes es expications. Mais pour ça, i me faut d’abord a cé. A ces mots, ee tourna es taons et s’éança dans ’herbe humide, puis s’arrêta net avant de se retourner. — Je tiens à vous remercier d’avoir accepté de ne pas introduire d’arme dans notre enceinte. Emma ne dit pas un mot du caibre 38 qu’ee portait sous ’ouret de son jean. Ee avait certes aissé son Sig Sauer de 9 miimètres dans son étui, rangé avec précaution dans sa voiture stationnée à ’entrée principae, mais i ne ui serait jamais venu à ’idée de descendre de son véhicue sans aucune arme. Avant qu’Emma ait e temps d’articuer une syabe, sœur Joan fiait déjà e ong de a grie et s’enfonçait sous une rangée de gigantesques conifères. La haie de résineux menait jusqu’au jardin que a mère supérieure,
11
Sarah Jane Linden, avait créé de ses mains pus de soixante ans auparavant. La fondatrice des Sœurs du Cœur Joyeux avait entrepris d’aménager, à a sueur de son front, une cairière en jachère nichée tout en haut de a corniche rocaieuse d’une petite crique en fer à cheva. Au fi des années, toutes es sœurs sans exception y avaient apporté eur contribution. Emma y avait ee-même panté un poirier. Et, dans ’ensembe, a structure générae qu’avait dessinée a mère supérieure, décédée depuis près de vingt ans, était restée a même. La sihouette de sœur Joan ne tarda pas à disparaïtre dans e brouiard. Emma resta immobie au pied du grand portai. La brise îtrait à travers es sapins. L’air humide était chargé de se. I n’en faait pas pus pour réveier en ee a nostagie de a femme qu’ee avait été et es réminiscences de cee qu’ee aurait pu devenir. Mais tous ces souvenirs appartenaient résoument au passé. Refouant ses pensées, ee se concentra sur e moment présent. Avec un te brouiard, des paisan-ciers de passage étaient certainement venus se réfugier dans a crique. Pendant es heures ofîcieement dévoues à a médi-tation et au recueiement, son œi distrait n’avait jamais pu se résoudre à ignorer es bateaux qui croisaient au pied du couvent et es garçons qui s’affairaient sur eur pont. Déjà, ee aurait dû comprendre qu’ee n’était pas faite pour entrer dans es ordres. Sœur Joan, franche et directe à ’excès, ’avait toujours su. « Vous êtes une détective d’art, Emma. Vous êtes une Sharpe. Ne tournez pas e dos à votre voie. » Emma efleura du bout du doigt une goutte d’eau tombée sur ’épaue de saint François. La statue vieiis-sante était ’œuvre de a mère supérieure, une artiste accompie qui aurait sans doute vu dans ’absence de
12
ces queques pumes e charme singuier du passage du temps. Les Sœurs du Cœur Joyeux formaient un ordre restreint qui accordait une grande importance à son autonomie înancière et veiait à subvenir à tous ses besoins. La vingtaine de sœurs qui e composaient cutivaient eurs fruits et eurs égumes et fabriquaient eur pain, mais ees tenaient égaement une boutique et un ateier dans e viage voisin d’Heron’s Cove, où Emma était née. Ces expertes en art y exerçaient eurs compétences en restauration et en conservation, et dispensaient paraèement des cours à un pubic de passionnés. Chaque année, e couvent organisait pendant tout ’été et jusqu’au début de ’automne des séminaires ouverts aux professeurs et conservateurs d’art, ainsi qu’à toute personne désireuse d’apprendre comment sauvegarder es trésors de famie dont ee avait hérité. Pusieurs sœurs enseignaient par aieurs dans diverses écoes cathoiques de a région. L’espoir, a joie et ’amour étaient es piiers de eur travai, mais aussi de eur identité de femmes et de reigieuses. Tout ça était très beau, se dit Emma, mais ce n’était ni ’espoir ni a joie, et encore moins ’amour qui avait poussé sœur Joan à décrocher son tééphone, queques heures pus tôt. Non, c’était putôt a peur. « Je vous e demande comme une faveur personnee, avait-ee insisté. Ce n’est pas à ’agent du FBI que je m’adresse. S’i vous paït, venez seue. » Tandis que des goutteettes de bruine froide commen-çaient à traverser ses cheveux — qu’ee portait aujour-d’hui beaucoup pus ongs qu’à ’époque —, Emma poussa un ong soupir en interrogeant du regard ceui qui avait renoncé à sa fortune pour vivre dans a pauvreté de son sièce. — Que devrais-je penser de tout ça, cher saint François ?
13
Scrutant à travers e portai, ee distingua un ange de a tour de pierre dans a grisaie du petit matin. — Je sais, se dit-ee. Sœur Joan avait peur de queque chose. Ee avait des ennuis.
14