//img.uscri.be/pth/47075c3ed19f0203fe1defad884d06ca5789f77f
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Mezquita

De
124 pages

Deux tours s'écroulent...La Reconquista a planté une croix dans le dos de la Mezquita...l'Histoire déroule ses méandres sanglants et nous, pauvres pantins, nous besognons à construire notre petit quotidien.

Publié par :
Ajouté le : 16 juin 2011
Lecture(s) : 56
EAN13 : 9782748124682
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

Mezquita
Pierre Ferin
Mezquita
NOUVELLE
© manuscrit.com, 2002 ISBN: 2748124693 (pour le fichier numérique) ISBN: 2748124685 (pour le livre imprimé)
Avertissement de l’éditeur
Découvert par notre réseau de Grands Lecteurs (libraires, revues, critiques littéraires et de chercheurs), ce manuscrit est imprimé tel un livre. D’éventuelles fautes demeurent possibles ; manuscrit.com, respectueuse de la mise en forme adoptée par chacun de ses auteurs, conserve, à ce stade du traitement de l’ouvrage, le texte en l’état. Nous remercions le lecteur de tenir compte de ce contexte.
manuscrit.com 5bis, rue de l’Asile Popincourt 75011 Paris Téléphone : 01 48 07 50 00 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com contact@manuscrit.com
A la mémoire du Onze Septembre.
Je n’avais jamais éprouvé l’envie, ni le besoin, de raconter ma vie. Je me disais qu’elle n’avait aucun sens. Puis il y eut le Onze Septembre. J’entamais ma deuxième année de prison. Je commençais avec peine à sortir la tête du sac. Je parle de NewYork surtout car du Pentagone, je m’en fichais un peu. En voyant et revoyant en boucle et sous tous les angles possibles ces Boeings s’encastrer dans les Twins Towers, c’était comme s’ils m’explosaient dans la tête. Moi qui suis né au sein du monde ju déochrétien, j’entendais à présent des fous encagou lés prêcher la guerre sainte contre les Juifs et les Croisés ! Ils me donnaient soudainement conscience que mon passé araboandaloumusulman était oc culté sans doute sciemment. Comme à l’époque de la Reconquista, cette barbarie, cette humiliation !
Même un carnage, ou une abomination, quand on le voit à la télé, ce ne sont finalement que des images. Je peinais à y croire. Un avion surgit de nulle part, s’enfonce dans une tour comme dans du beurre, se transforme en gros champignon rouge et noir, à la limite c’est joli à voir, quelqu’un crie hors champ « oooh sheet », mais cela reste des images. Un avion à la télé, même un Boeing, c’est tout petit, il faut faire l’effort de le remettre à l’échelle et s’imaginer
9
Mezquita
par exemple à la fenêtre du gratteciel, flashant en un instant fulgurant sur le cockpit du Boeing fonçant vers soi, avec la face du pilote hurlant et grimaçant, pour s’en faire une petite idée, car vu de face et de près, un Boeing c’est énorme. Puis j’ai vu le WTC s’affaisser, se recroquevillant sur sa cargaison d’innocents, crachant des corps par ses pores enflammés. J’ai mis un certain temps en prison à me convaincre de la réalité de ces imageslà. Puis, comme tout le monde, j’ai dû me rendre à l’évi dence, c’était la stricte réalité. Et peu à peu, je l’ai ressentie comme une folle tentative d’effacer une humiliation vieille de plusieurs siècles.
Pourquoi la force brutale devraitelle toujours vaincre au détriment de la vérité et de la justice, poussant des hommes à utiliser la violence pour s’opposer à l’injustice ?
10