Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 13,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Mitterrand, les autres jours

De
224 pages
C'était un dimanche de Pentecôte à Solutré. Le dernier.
"Tant que je monterai ici avec vous, tout ira bien. Quand je ne pourrai plus, je serai mort." Il ne croyait pas si bien dire. Ce fut terrible.
Avant, il y avait eu d'autres dimanches moins graves, d'autres jours entre l'ombre et la lumière.
J'ai voulu dire au présent François Mitterrand tel qu'il m'est apparu pendant vingt ans, avec ou sans le masque d'empereur romain qu'il mettait pour se protéger parfois du regard de ceux qui l'aimaient trop ou pas assez.
Moi, j'ai aimé François Mitterrand pour ce qu'on lui reproche. Sa fidélité parfois dangereuse à l'endroit des siens qui s'égaraient, je l'inscris à son avantage. On n'est pas rien quand on inspire autant de passions que de haines. Non, je n'ai jamais été déçu par François Mitterrand car je n'attendais rien de lui. Je ne m'en remets ni à Dieu ni à Diable pour organiser mon destin.
Pour ceux qui ne sont jamais contents de rien, il voulait "changer la vie". Était-ce bien raisonnable ?
En tout cas, il a changé la mienne.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

C'était un dimanche de Pentecôte à Solutré. Le dernier.
"Tant que je monterai ici avec vous, tout ira bien. Quand je ne pourrai plus, je serai mort." Il ne croyait pas si bien dire. Ce fut terrible.
Avant, il y avait eu d'autres dimanches moins graves, d'autres jours entre l'ombre et la lumière.
J'ai voulu dire au présent François Mitterrand tel qu'il m'est apparu pendant vingt ans, avec ou sans le masque d'empereur romain qu'il mettait pour se protéger parfois du regard de ceux qui l'aimaient trop ou pas assez.
Moi, j'ai aimé François Mitterrand pour ce qu'on lui reproche. Sa fidélité parfois dangereuse à l'endroit des siens qui s'égaraient, je l'inscris à son avantage. On n'est pas rien quand on inspire autant de passions que de haines. Non, je n'ai jamais été déçu par François Mitterrand car je n'attendais rien de lui. Je ne m'en remets ni à Dieu ni à Diable pour organiser mon destin.
Pour ceux qui ne sont jamais contents de rien, il voulait "changer la vie". Était-ce bien raisonnable ?
En tout cas, il a changé la mienne.