Mohamed Larbi Ben M'hidi

De
Publié par

Dans mon livre, je raconte l'histoire de l'un des acteurs de la guerre d'Algérie. D'ailleurs, l'une des principales artères d'Alger ne porte-t-elle pas le nom de Larbi Ben M'hidi? J'ai voulu mêlé des faits historiques à de l'imaginaire non dénué de pittoresque et de beauté. J'ai tenté de construire une romance où le réel se dispute à la fiction. Le plus important pour moi est de faire comprendre que malgré les horreurs d'une guerre, les sentiments d'amitié et d'amour peuvent ne pas être absents. Est-ce que la leçon a été comprise ? J'en doute d'après ce qu'on constate. Est-ce que les sacrifices d'hier ont permis la naissance d'un monde meilleur? Il me semble que les rêves de Mohamed Larbi Ben M'hidi n'ont pas été respectés.
Publié le : lundi 20 juin 2011
Lecture(s) : 231
EAN13 : 9782748167900
Nombre de pages : 271
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
9
10
Mohamed Larbi Ben M’hidi
11
12
Khalfi Yacine Mohamed Larbi Ben M’hidi
Le commandant Aussaress m’a tué.
ROMANLe Manuscrit
13
© Éditions Le Manuscrit, 2006 www.manuscrit.com contact@manuscrit.com ISBN : 2-7481-6791-0 (livre numérique) ISBN 13 : 9782748167917 (livre numérique) ISBN : 2-7481-6790-2 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782748167900 (livre imprimé)
14
15
16
Ceci est un épisode de l’histoire de la guerre d’Algérie, que je tiens à raconter en revêtant des faits réels par une couche de romantisme et d’événements mythiques : En effet, le personnage de Mohamed Larbi Ben M’hidi, héros de la guerre de libération algérienne m’a toujours fasciné. Quand j’examine sa photo au moment où il vient d’être capturé par les paras du colonel Bigeard en 1957, lors de la fameuse bataille Alger, je n’en reviens pas. Comment peut-on être si confiant, si détendu, au moment où il ne vous reste que quelques heures à vivre, où les tortionnaires du sinistre D.O.P s’apprêtaient à le « liquider ». Il faut vraiment avoir une sacrée dose de courage pour rester serein à ce stade. Dans mon histoire, j’ai essayé de coller deux vies parallèles d’un même personnage, pour rendre un hommage plus appuyé à Mohamed Larbi ben M’hidi. À un parcours et à un rappel historique, bien connu, public si j’ose dire, j’ai greffé un parcours beaucoup plus romanesque. Comme je connais très peu de sa vie privée, mon intention est d’imaginer ce qu’aurait pu être la vie réelle de notre héros, après tout lui aussi fait de chair et de sang. S’il n’avait pas été assassiné si jeune, il aurait eu certainement, une vie sentimentale
9
et familiale comme tous les Algériens qui ont eu la chance de survivre à la guerre. J’ai tenté de me mettre dans la peau de notre héros à cette époque tourmentée, sachant bien que la tâche n’eût pas été aisée. En mêlant le rêve à des faits historiques maintenant bien établis, j’espère que ce mélange est réussi. En tout cas, c’est au lecteur d’en juger. Pour ma part, il y avait comme un appel irrésistible qui me dictait de ne pas laisser dans les oubliettes, un personnage aussi entraînant. Un seigneur comme avait dit un général français lui-même.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.