Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Moi, Joséphine, impératrice

De
400 pages

Napoléon, le héros de la mythologie moderne qui inspira le plus d'ouvrages, a entraîné Joséphine dans son orbe. Parmi les constellations d'amour, Napoléon et Joséphine restent dans la mémoire des hommes autant qu'Antoine et Cléopâtre, Tristan et Yseult. Génial chef de guerre et d'État, Napoléon fut, pour Joséphine, un amant de génie. Héros d'opéra, de drame shakespearien, qui aurait dû inspirer les plus grands musiciens ou auteurs dramatiques... Celle qui suscita cette passion de volcan était Eve en personne. C'était une vraie femme, répétera Napoléon en extase. Une créole indolente, pour qui l'amour était aussi naturel que la faim ou la soif. Menteuse à la folie, fabulatrice, intéressée, trompeuse à perdre haleine, mobile comme l'onde, voluptueuse sirène, pleurant et riant comme une petite fille. Schéhérazade inventant des histoires pour séduire son maître. Croqueuse d'or et de diamants. Ame de courtisane, de poupée de modes, trafiquant sans pudeur avec des affairistes, indicatrice de police à la solde de Fouché, lui rapportant les faits et gestes de son impérial époux. Aventurière dont la vie, comme celle de Napoléon, est le plus fabuleux roman, prophétisé, à la Martinique dès sa jeunesse, par une devineresse caraïbe : Tu seras plus que reine !

Elle conquit Napoléon par les sens, mais aussi par ses manières d'aristocrate. Joséphine occupa sans faire rire un trône où la fille des Césars passa sans aucun titre de gloire, dit magnifiquement Talleyrand. Comédienne et aristocrate, miracle, aux yeux du peuple, de mansuétude et de gentillesse, médiatrice de la bonté entre Jupiter tonnant et les nommes, Joséphine joua le rôle d'impératrice sur le théâtre du monde avec un éclat digne de Napoléon empereur. Si bien que la femme vénale, passant de mains en mains, et le fabuleux cocu formèrent un couple idéal, enchaîné par les astres. Quand Napoléon liquida sa vieille, la chance l'abandonna.

Voilà le rêve de femme qu'a vécu Paul Guth, historien et voyant, en notre temps où la femme est aussi impératrice. Il l'a vécu avec une telle intensité de vérité et de passion, avec une si fulgurante justesse de ton que vous vous sentirez hallucinés. Vous croirez, comme lui, qu'il a trouvé dans des archives ces Mémoires écrits par la fille au sang bleu d'un siècle libertin, avec la grâce, la pureté, l'insolence étincelantes d'avant la Terreur.

Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Bajazet

de le-livre-de-poche

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin