//img.uscri.be/pth/57c231cd56d70dccfd83a149100e4906755a5211
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Mosaïque

De
101 pages
Un chat qui vous raconte ses vies "antérieures"… Il a même été le chat de Mr.Léautaud!...Avec Ernest, le choc de deux"mondes"l'ancien et le Nouveau… tout va si vite!De la quête de l'impossible Etoile à l'exploration du cosmos avec quelques sonnets, quelques poèmes semés, ici et là, comme un "gué" entre deux histoires."L'enfant des vagues" " Le jardin du vieux curé"… Une affaire criminelle, avec "l'Effeuilleur de Marguerite"… Des histoires de chevaux. … L'Amour, bien sûr ! Et du mystère. De Merlin l'Enchanteur… A la conquête de l'espace…Bref... Dix nouvelles... quelques poèmes aussi variés qu'une "Mosaïque".
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi







Mosaïque Madeleine Airaud
Mosaïque

















Le Manuscrit
www.manuscrit.com












© Éditions Le Manuscrit, 2006
www.manuscrit.com

ISBN : 2-7481-7679-0 (livre numérique)
ISBN 13 :9782748176797 (livre numérique)
ISBN : 2-7481-7678-2 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782748176780 (livre imprimé)








LE CHAT


Assis sur une marche de l'escalier, le chat roux me
regardait. Ses yeux dorés n'étaient qu'un trait vertical
entre les paupières aux longs cils fauves. Il me regardait,
assise à ma table, le crayon courant sur le papier :
« Tu ressembles à mon ancienne maîtresse ! Me dit-il
soudain.
- A ton ancienne maîtresse ? Mais je t'ai eu sortant de
la mamelle de ta mère !
Tu sais bien que nous autres, chats, avons sept vies !
Celle-ci est ma quatrième.
Si tu cherches une idée de nouvelle, je peux te
raconter mes autres existences !…
- Vas-y, je t'écoute ! »
« Ma première vie, commence-t-il, ne fût pas facile,
crois-moi !
C'était l'époque où un chat n'était recherché que pour
son utilité : chasser les rats et les souris !
Aucune autre nourriture !
Je devais courir à longueur de journée si je voulais
manger.
Il est vrai qu'en ce temps là, la gent « trotte- menue »,
comme vous dites, n'était pas en voie de disparition,
c'est le moins qu'on puisse dire ! Les rues de la capitale
9
étaient jonchées de détritus parmi lesquels couraient
d'énormes rats contre qui je devais me battre ! J'ai été
mordu, griffé, mais j'avais toujours le dessus. Ce qui
m'avait valu, dans le quartier Quincampoix, la
réputation d'être le meilleur chasseur.
Et si j'avais le privilège de dormir sous un toit, l'hiver,
au coin de la cheminée, c'était pour protéger mes
maîtres des morsures de ces rongeurs, parfois aussi gros
que moi !
Jusqu'à ce jour fatidique du siège de Paris.
Ce jour où les hommes se mirent, eux aussi, à chasser
le rat, mais pour leur propre compte !
Moi qui étais devenu célèbre pour mon courage et
mon habileté, on me poursuivit pour me voler mon
gibier !
Un matin, ayant constaté la disparition de plusieurs
de mes congénères, je compris… Les rats se faisant de
plus en plus rares, on commençait à tuer les chats pour
les manger !
Si je ne voulais pas subir le même sort, il me fallait
prendre la fuite sans traîner ! Et fuir, pour un chat roux,
crois-moi, ce n'est pas facile ! Dans les rues les plus
sombres il devient… comment dites-vous ?
« Fluorescent » !
Et si j'étais mangé par des humains, je ne deviendrais
plus jamais chat : mon esprit resterait à jamais
prisonnier de ceux qui s'étaient nourris de ma viande !
Avec des ruses inimaginables, alors que la ville
dormait, je parvins à gagner la campagne.
Ah ! La belle vie que fût la mienne, alors !
Du gibier à volonté !
Des rats, des mulots, et même des lapereaux pris au
nid !
10