//img.uscri.be/pth/c3d74c8d2d242a0853b756cc1a98a2a2ac6ce754
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Nouvelles alarmantes d'un état stationnaire

De
97 pages
Nouvelles. Recueil regroupant plusieurs nouvelles de littérature noire, parfois fantastique, souvent très violente et qui met en scène des personnages en rupture avec leur environnement. Chacun des textes est raconté par un narrateur au pronom personnel différent – je, tu, il, elle, nous, vous, ils, elles, infinitif , l'objectif de ce concept, outre d'assurer une certaine cohérence à l'ensemble du projet, est de favoriser la globalisation des thèmes développés, à savoir en particulier l'aliénation de l'individu par le chaos ambiant.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Nouvelles alarmantes
d'un état stationnaire
Guillaume Cazenave
Nouvelles alarmantes
d'un état stationnaire




Nouvelles








Le Manuscrit
















© Éditions Le Manuscrit, 2006
www.manuscrit.com

ISBN : 2-7481-7087-3 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782748170870 (livre numérique)
ISBN : 2-7481-7086-5 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782748170863 (livre imprimé)






À l’unique Fleur, celle des Origines, celle de la Fin.










BALISTIQUE
- VOUS -

Protéger : prendre la défense de (quelqu’un, quelque chose) ; mettre
à l’abri d’un danger, d’une menace.

***

Vous êtes dans un tramway bondé – archi bondé – et
pourtant ce n’est pas du tout l’heure de pointe, loin de
là ; la situation est simple, des plus courantes, vous en
convenez. Il y a des gens tout autour, serrés les uns
contre les autres, et la plupart d’entre eux, vous les
trouvez horribles. D’une laideur définitive. Tous autant
qu’ils sont, ces hommes, femmes, enfants, adultes ou
vieillards, vous commencez à les confondre. D’abord
vous remarquez un motif humain, un pattern qui se
répète ici, là, partout. Puis très vite vous ne voyez plus
qu’un compost hideux, puant et vulgaire à l’intérieur
duquel vous vous sentez piégé. Alors vous vous dîtes
que vous allez manquer d’air, bientôt. Que vous allez
finir étouffé, au milieu de ce tas de merde. Et là, vous
repensez aux termes « laideur définitive » et vous vous
demandez pourquoi vous êtes ici, là, maintenant. Ce que
vous vous demandez, aussi, c’est dans quelle mesure
cela est « normal », ou « courant ». Vous vous dîtes que
9