Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 16,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

Zaïde

de harmattan

ISAAC GOLDEMBERG

de harmattan

Christus n°253

de christus

Vous aimerez aussi

Kong Yi Ji
40
Les auberges de Lu n’étaîent pas dîsposées de a même façon qu’aîeurs : ees comportaîent toutes un grand comptoîr en forme d’équerre de charpentîer, derrîère eque de ’eau chaude étaît toujours prête, pour que ’on pût, à tout moment, faîre chauffer du vîn. Quand es artîsans, à ’approche de mîdî ou du soîr, quîttaîent eur travaî, îs dépensaîent chacun quatre sapèques pour un bo de vîn – c’étaît e prîx î y a vîngt ans, maîntenant î a grîmpé à dîx sapèques – qu’îs buvaîent tout chaud, se détendant debout accoudés au comptoîr; quî vouaît bîen dépenser une sapèque suppémentaîre pouvaît acheter un pat de bambous cuîts au se, ou bîen de fèves à ’anîs, en guîse d’accompagnement; pour pus de dîx sapèques, on pouvaît même acheter un pat de vîande, 1 maîs ces cîents étaîent tous de a bande des tunîques courteset ne faîsaîent pas de tees dépenses. Seus ceux quî portaîent a robe ongue pénétraîent jusque dans a pîèce attenante au comptoîr, commandaîent de ’acoo et des pats, et s’înstaaîent pour boîre en prenant eur temps. Depuîs ’âge de douze ans, je travaîaîs comme serveur à ’aubergeProspérité pour touse patron, trouvant que j’avaîs : ’aîr trop îdîot et craîgnant que je ne serve pas à eur satîsfactîon es cîents en robe ongue, m’assîgna des tâches dans a partîe extérîeure. Les court-vêtus du comptoîr avaîent a paroe facîe, maîs bon nombre d’entre eux étaîent sî bavards qu’îs dîsaîent n’împorte quoî. Is vouaîent toujours voîr de eurs propres yeux comment on puîsaît e vîn jaune dans a grande jarre de terre et vérîier qu’î n’y avaît pas d’eau au fond de a carafe, puîs voîr comment on îmmergeaît a carafe dans ’eau chaude, après quoî îs étaîent rassurés : î étaît très dîficîe de couper e vîn sous cette surveîance sévère. Aussî, après queques jours, e patron décîda que je n’étaîs pas faît pour cette besogne.
41
Heureusement, ’înluence de a personne quî m’avaît obtenu ce travaî étaît grande, et je ne pouvaîs être renvoyé : je fus donc chargé de chauffer ’acoo, ce quî étaît dénué de tout întérêt. À partîr de à, je passaî a journée entîère derrîère e comptoîr, affaîré à ma tâche. Bîen que je n’aîe jamaîs négîgé mon travaî, je ressentaîs toujours une certaîne monotonîe et un certaîn ennuî. Le patron étaît d’un abord féroce ; je n’avaîs pas non pus d’afinîtés spécîaes avec es cîents, împossîbe de es dérîder ; c’est seuement quand Kong Yî Jî entraît dans ’auberge qu’on pouvaît s’amuser un peu, c’est pourquoî je me souvîens encore de uî aujourd’huî. Kong Yî Jî étaît e seu cîent en robe ongue à boîre debout. I étaît grand et massîf; a peau du vîsage caîre, avec queques cîcatrîces cachées entre es rîdes; une barbe grîsonnante et hîrsute. I portaît une robe ongue, maîs ee étaît sae et déchîrée, ee n’avaît pas dû être raccommodée nî avée depuîs pus de dîx ans. Quand î paraît, î avaît a bouche rempîe de cassîcîsmes, sî bîen qu’on ne comprenaît jamaîs entîèrement ce qu’î dîsaît. Comme son nom de famîe étaît Kong, nous nous étîons înspîrés de a formue pas entîèrement compréhensîbe des cahîers de 2 caîgraphîe, «Au-dessus e grand homme Kong Yî Jî ...», pour e surnommer Kong Yî Jî. Dès qu’î arrîvaît à ’auberge, es buveurs ’observaîent en sourîant; certaîns ’înterpeaîent : «Kong Yî Jî, tu as de nouvees cîcatrîces sur e vîsage!» I ne répondaît pas et demandaît au patron : «Faîtes-moî chauffer deux bos de vîn et donnez-moî un pat de fèves à ’anîs.» Et î aîgnaît neuf grandes 3 sapèques . Cette foîs-à îs en rajoutèrent une couche en crîant «Tu as sûrement voé queque chose!» Kong Yî Jî ouvrît grand es yeux : — Comment osez-vous saîr sans fondement a réputatîon d’un homme banc comme... — Banc comme quoî ? Je t’aî vu de mes yeux avant-hîer îgoté et battu pour avoîr voé des îvres chez es He.
42
Le vîsage de Kong Yî Jî rougît, des veînes beues apparurent une à une sur son front et î se défendît : « Subtîîser un ouvrage, ce n’est pas du vo... Subtîîser un ouvrage ? Affaîre de ettrés, non de voeurs ! » Puîs tout une sérîe de paroes încompréhensîbes, 4 « ’homme de bîen endure a pauvreté », « ouî-da » et aînsî de suîte, sî bîen que a foue se mît à rîre : ’atmosphère devant ’auberge comme à ’întérîeur étaît à a bonne humeur. J’entendîs certaîns dîre à son însu que Kong Yî Jî avaît faît des études, maîs qu’î n’avaît inaement pas été admîs au concours 5 de auréat du dîstrîct et, încapabe de gagner sa vîe, devenaît de pus en pus pauvre, presque au poînt de devoîr mendîer sa nourrîture. Heureusement î avaît une bee caîgraphîe, sî bîen qu’î pouvaît recopîer des îvres pour es vîageoîs contre un bo de rîz. Maheureusement son tempérament avaît deux faîbesses majeures : ’amour de a bonne chère et a paresse. I ne restaît jamaîs assîs queque part pus de queques jours avant de dîsparaïtre, emportant avec uî îvres, papîer, pînceau et encrîer. À a ongue, pus personne ne uî demanda de recopîer des îvres. Kong Yî Jî, à court de ressources, ne put évîter de tremper dans queques affaîres de vo. Maîs dans notre auberge, sa conduîte étaît toujours exempaîre : î n’accumua jamaîs de dettes; quand parfoîs î n’avaît pas de sapèques, on înscrîvaît e montant de son dû sur ’ardoîse, et en moîns d’un moîs a somme étaît restîtuée et e nom de Kong Yî Jî effacé. Au bout d’un demî-bo de vîn, son vîsage rougî retrouva peu à peu son aspect orîgîna, et un cîent à proxîmîté uî demanda : « Kong Yî Jî, connaîs-tu vraîment es caractères ? » Kong Yî Jî regarda ’auteur de a questîon, prenant un aîr méprîsant pour se justîier. Le cîent poursuîvît : « Comment n’as-tu même pas décroché un demî-dîpôme de auréat ? » Aors, Kong Yî Jî aîssa percer une ueur de désespoîr sur son vîsage, quî se coora d’une teînte grîsâtre, et marmonna queque chose, maîs cette foîs c’étaît unîquement des « ouî-da » et compagnîe, on n’y comprenaît rîen. Aors, a foue se mît à
43
rîre : ’atmosphère devant ’auberge comme à ’întérîeur étaît à a bonne humeur. Dans de tes moments, je pouvaîs me joîndre aux rîeurs sans que e patron m’en vouût. Au contraîre, à chaque foîs qu’î voyaît Kong Yî Jî, î uî posaît uî-même ce genre de questîons, pour faîre rîre ’assîstance. Kong Yî Jî savaît qu’î ne pouvaît pas avoîr de conversatîon avec eux, î ne uî restaît aors qu’à se tourner vers es enfants. Une foîs î me demanda : «As-tu étudîé?» Je hochaî égèrement a tête. I poursuîvît : «Sî tu as étudîé... je vaîs t’înterroger un peu. Comment écrît-on e caractère “anîs” dans “fèves à ’anîs”?» La pensée me traversa a tête que je n’avaîs nu besoîn d’être înterrogé par un mendîant; aors je uî tournaî e dos et ne is pus attentîon à uî. Kong Yî Jî attendît pendant un ong moment, puîs reprît très sérîeusement : «Tu ne saîs pas ’écrîre?... Je vaîs te ’apprendre! I faut que tu retîennes ce genre de caractère. Pus tard, quand tu seras patron, tu t’en servîras dans es addîtîons.» Je me dîsaîs en moî-même que j’étaîs encore très oîn du rang de patron et que e tenancîer actue n’înscrîvaît jamaîs es fèves à ’anîs sur ’addîtîon; pour rîre et par împatîence, je uî répondîs bîen entement : «Quî t’a demandé de me ’apprendre : est-ce qu’on ne ’écrît pas avec ehuid’aer-et-venîr, surmonté de a cef de ’herbe?» Kong Yî Jî arbora aors une expressîon ravîe 6 et, frappant sur e comptoîr avec es ongs onges de deux doîgts , dît en hochant a tête : «C’est ça, c’est ça!... Le caractèrehuipeut s’écrîre de quatre façons dîfférentes, e savaîs-tu?» Je perdîs de pus en pus patîence et uî is sîgne de s’éoîgner en pînçant es èvres. Kong Yî Jî venaît de tremper un onge dans ’acoo pour tracer des caractères sur e comptoîr maîs, me voyant sî peu enthousîaste, î soupîra et prît son aîr e pus dédaîgneux. À pusîeurs reprîses, es enfants du voîsînage, attîrés par es rîres, vouurent partîcîper à ’anîmatîon et entourèrent Kong Yî Jî. I eur donna des fèves à ’anîs, une par enfant. Ayant mangé eur fève, es enfants ne se dîspersaîent pas, maîs restaîent à à regarder ’assîette. Kong Yî Jî devînt nerveux, ouvrît a maîn
44
pour recouvrîr ’assîette et se pencha vers eux en dîsant : « I n’y en pus beaucoup, je n’en aî pus beaucoup. » Se redressant, î regarda de nouveau es fèves et répéta en secouant a tête : « Pas 7 beaucoup, pas beaucoup! Beaucoup dîtes-vous ? Certes non . » Aors a bande d’enfants se dîspersa au mîîeu des rîres. C’est aînsî que Kong Yî Jî mettaît es gens de bonne humeur, maîs s’î n’étaît pas à, cea ne changeaît pas grand chose. Un jour, sans doute deux ou troîs jours avant a fête de 8 a Mî-automne , e patron, en se mettant à faîre es comptes, décrocha ’ardoîse et s’excama soudaîn : « Ça faît ongtemps que Kong Yî Jî n’est pas venu. I nous doît encore 19 sapèques ! » C’est seuement aors que je m’aperçus moî aussî qu’î n’étaît pas venu depuîs ongtemps. Un cîent întervînt : — Comment pourraît-î venîr ?... On uî a brîsé es jambes. — Ah! s’excama e patron. — I contînuaît toujours à voer. Cette foîs î a perdu a tête, î est aé voer chez e auréat Dîng. Comment auraît-î pu s’en tîrer en voant des objets chez e auréat Dîng ? — Et ensuîte ? — Ensuîte ? D’abord î a écrît des aveux, puîs î a été frappé, pendant a moîtîé de a nuît, jusqu’à avoîr es jambes cassées. — Et ensuîte ? — Ensuîte, ses jambes étaîent cassées. — Et puîs, dans que état étaît-î ? — Que état ?... Quî saît ? Peut-être mort. Le patron ne posa pus de questîons, maîs contînua de faîre ses comptes. Après a Mî-automne, e vent se faîsaît pus froîd de jour en jour, e début de ’hîver sembaît approcher, je passaîs mes journées adossé à a chemînée et je dus mettre ma veste doubée. Une après-mîdî, en ’absence de tout cîent, j’étaîs assîs en traîn de faîre un somme. Soudaîn, j’entendîs une voîx demander : «Faîtes-moî chauffer un bo de vîn.» La voîx étaît faîbe, maîs famîîère. Maîs je ne voyaîs personne. Je me evaî pour jeter un regard dehors et
45
trouvaî Kong Yî Jî assîs par terre sous e comptoîr, face au seuî de a porte. Sa peau avaît perdu sa bancheur, î avaît maîgrî, î n’avaît pus très ière aure; î portaît une vîeîe veste doubée; ses jambes étaîent repîées sur un sac de jute, attaché à ses épaues par une icee de paîe. En me voyant, î répéta : «Faîtes-moî chauffer un bo de vîn.» Le patron passa à son tour a tête dehors, en dîsant : «Kong Yî Jî? Tu nous doîs encore 19 sapèques!» Kong Yî Jî eva a tête d’un aîr accabé et répondît : «Ça... je es rembourseraî a prochaîne foîs. Cette foîs je paîe comptant, donnez-moî du bon vîn.» Comme à son habîtude, e patron uî dît en rîant : «Kong Yî Jî, tu as encore voé queque chose!» Maîs cette foîs î ne se défendît pas vraîment, dîsant seuement : «Ne vous moquez pas! — Me moquer ? Sî tu n’as rîen voé, pourquoî t’a-t-on cassé es jambes ? — Je suîs tombé, tombé, tombé...» répondît Kong Yî Jî à voîx basse, ses yeux sembant împorer e patron de ne pas reparer de cea. À ce moment-à, pusîeurs personnes s’étaîent déjà rassembées, rîant toutes avec e patron. Je réchauffaî e vîn, e versaî et e posaî sur e seuî de a porte. I sortît quatre pîèces de son vêtement râpé et es paça dans ma maîn; je vîs que ses maîns étaîent noîres de terre – c’étaît donc avec es maîns qu’î étaît venu jusqu’îcî. Peu après, î avaît inî son vîn et, au mîîeu des rîres de ’assîstance, î repartît entement en s’appuyant sur es maîns. À partîr de à, on ne revît pus Kong Yî Jî pendant un ong moment. À a in de ’année, e patron descendît ’ardoîse et constata : «Kong Yî Jî doît encore 19 sapèques!» À a fête des Bateaux-dragons de ’année suîvante, î répéta : «Kong Yî Jî doît encore 19 sapèques!» Maîs à a Mî-automne, î ne dît pus rîen, et 9 quand a in de ’année revînt, nous ne ’avîons toujours pas revu . Je ne ’aî pas revu jusqu’à aujourd’huî – peut-être Kong Yî Jî est-î vraîment mort.
mars 1919