Parmi eux des bandits

De
Publié par

La vie mouvementée de Moussa l'ancien supplétif de l'armée française(harki)- qui a choisi de vivre en Algérie après le départ de l'armée française.

Publié le : mardi 2 juillet 2002
Lecture(s) : 25
EAN13 : 9782748113501
Nombre de pages : 197
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Parmi eux des bandits
Fethy Naitmehdi
Parmi eux des bandits ou Naissance dun régime terroriste
ROMAN
© manuscrit.com, 2001 ISBN: 2-7481-1351-9 (pour le fichier numérique) ISBN: 2-7481-1350-0 (pour le livre imprimé)
Avertissement de léditeur
Découvert par notre réseau de Grands Lecteurs (libraires, revues, critiques littéraires et de chercheurs), ce manuscrit est imprimé tel un livre. Déventuelles fautes demeurent possibles ; manuscrit.com, respectueuse de la mise en forme adoptée par chacun de ses auteurs, conserve, à ce stade du traitement de louvrage, le texte en létat. Nous remercions le lecteur de tenir compte de ce contexte.
manuscrit.com 5bis, rue de lAsile Popincourt 75011 Paris Téléphone : 01 48 07 50 00 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com contact@manuscrit.com
Introduction
« PARMI EUX DES BANDITS » se veut être un texte qui donne un nouveau éclairage sur les véri-tables raisons qui ont mené lAlgérie à limpasse. Lorigine de la crise multidimensionnelle que vit le pays se situe bien avant lindépendance. Avec la construction graduelle de lEtat algérien la crise se nourrissait et prenait chaque jour et à chaque étape de lampleur. La fuite en avant et la consolidation dune dicta-ture sanglante et criminelle ne permet nullement et à ce jour de voir le bout du tunnel.
« PARMI EUX DES BANDITS » se présente sous deux formes de lectures qui sentrelacent : La première sous forme de roman (en langage ci-nématographique)- présentant des faits authentiques vécus par des citoyens bien avant 1962 à ce jour. La seconde, narrative, style journalistique mon-trant la construction de ce système sur une période de plus de trente ans.
Cest lhistoire de tout un peuple face a ture d une rare violence et peut être unique puisque même les dictatures du bloc de tombés à moindre coût en vies humaines.
une dicta-au monde lest sont
7
Parmi eux des bandits
A travers Moussa, lancien supplétif de larmée française, le texte démontre ce que la construction dun système inhumain a apporté pour tout un peuple.
A coté des bandits qui gouvernent, Al Capone pa-raîtrait un enfant de chur, puisque une poignée de bandits a réussie à mettre au pas plus de trente mil-lions de personnes et de saccaparer de toutes les ri-chesses du pays en ayant toute une armée aux ordres et une organisation administrative activant en plein jour.
Pour rendre attrayante la lecture tout en compre-nant ce qui sest passé réellement durant ces der-nières quarante années, lécriture du texte sous forme de roman inspiré de faits authentiques est volontaire.
8
Avril 1962
A peine un mois depuis lentrée en vigueur du Cessez le Feu. Les troupes françaises engagées depuis plus de Sept ans dans de combats meurtriers en Algérie ont-ils gagnés la guerre ? lont ils perdus ? Les guérilleros de lA.L.N, larmée du F.L.N, Eux lont gagné cette guerre ! Le prix a été lourd ! certainement. Dans deux mois environ la population algérienne sera appelée à s autodéterminer. Beaucoup de français ont déjà plié bagages. Ils ne se font plus d illusions. Ils représentent un peu moins de dix pour cent de la population. Même avec les algériens pro-français ils seront toujours minoritaires. Et puis tout le monde même au sein de lHexagone est extenué de cette guerre.
Nous sommes à Salia petite bourgade du Sud Est des hauts plateaux. La garnison française forte d un demi millier dhommes, surplombe la petite localité. Seul le Commandement est français. Les autres, tous les autres sont des indigènes sup-plétifs de larmée française. Les maquisards de lA.L.N font déjà des appari-tions au grand jour dans plusieurs localités et bourgs environnants. Ils sont accueillis par leurs hôtes avec Joie. « Les descentes » des maquisards se font certes au grand jour, mais jamais dans les environs immédiats des cantonnements de larmée française.
9
Parmi eux des bandits
Eviter les militaires français c était sûrement évi-ter déventuels problèmes. Larmée française était au courant de tous les dé-placements des maquisards, mais sachant bien que la guerre était bien fini et quelle était partante, elle laisse faire. Les maquisards rendent visites à leurs parents et alliés. Beaucoup parmi les algériens qui avaient des af-finités pour la France pour ne pas dire le soutien par-fois manifeste dont ils ont fait preuve durant toute la guerre, se sont rapproché de lAdministration mili-taire française pour lui faire part de leurs inquiétudes. Les militaires perplexes ne savaient que dire. Les accords dEvian ont tout prévu mais que vaut la parole ou la promesse ou même lécrit des chefs pour des gens de peu de culture, fanatiques pour la plupart et qui ont semé la terreur dabord parmi leurs coreligionnaires pour les contraindre à épouser leurs thèses. Des gens qui se sont permis tous les dépassements parce que la fin justifiait les moyens. A la mi mai, lordre dévacuer la garnison arriva. La Capitaine Clauzel entourait de ses officiers donnait les ordres et supervisait lévacuation. Rassemblement général de la garnison. On remit à chaque soldat indigène un livret mi-litaire retraçant son Etat de service et divers docu-ments. Au même moment le Colonel Chabani, le chef de la Sixième Wilaya - (Région)- tenait un meeting à une cinquantaine de kilomètres de là. La population sétait déplaçait en masse. Des milliers de gens sont venues de toutes les contrées de la région pour écouter le Chef des Moud-jahidine :
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.