Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

L'Expéditif

de calmann-levy

Ensemble

de les-editions-quebec-amerique

Trois putes

de Publibook

Du même publieur

2 Titre
Pas Perdu

3

Titre
Éric Pacquart
Pas Perdu

Nouvelles
5Éditions Le Manuscrit























© Éditions Le Manuscrit, 2007
www.manuscrit.com

ISBN : 2-7481-8576-5 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782748185768 (livre imprimé)
ISBN : 2-7481-8577-3 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782748185775 (livre numérique)

6 Pas Perdu.






À Anneke
7 Mon copain inoubliable.

MON COPAIN INOUBLIABLE
Monsieur le Commissaire,

J’avais un copain fantastique, un copain
d’autant plus fabuleux que c’était une copine.
Clara m’est tombée dessus comme un gros lot à
la Loterie Nationale. Un truc tellement énorme
qu’on peut même pas s’imaginer que ça puisse
exister. Des fois, vous pensez que votre vie elle
sera jamais autre chose qu’une merde de chien
collée au fond du camion et tout à coup, une
fille comme Clara, elle débarque et elle vous dit
que ça lui fait des étincelles dans la tête quand
vous lui souriez. Elle me disait des trucs comme
ça, Clara. Elle parlait pas comme les autres filles
que je connais. Les mecs non plus, d’ailleurs.
Parfois elle disait rien. Elle pouvait tenir comme
ça pendant des heures et des heures. Mais vous
savez quoi ? Quand on se relevait avec du sable
plein les cheveux et qu’on s’en allait, c’était
comme si on avait parlé toute la soirée. On était
remplis de silence. Mais c’était le nôtre, on se
l’était fabriqué à nous deux et on pouvait se le
9 Pas Perdu
mettre en poche pour, plus tard, le regarder
briller dans le noir, juste avant de s’endormir.
Elle faisait rien comme les autres, Clara.
Quand elle est devenue pompiste, tous les gars
du coin sont venus faire le plein plusieurs fois
par jour, rien que pour vérifier qu’ils avaient pas
rêvé. Avant, elle lavait les cheveux chez Flo,
mais comme elle arrêtait pas de chiquer et de
faire des bulles avec ses chewing gums roses,
Flo a dû la virer. Un jour, y a une bulle bien
grosse qui a éclaté et qui s’est collée sur la
permanente bleutée d’une mémé. Clara elle s’est
marrée, bien sûr, on la comprend, elle a dit à la
vioque que ça fixait aussi bien que la laque et
que c’était plus naturel. Mais ça n’a fait rire que
nous deux, parce que comme j’ai dit, elle a été
saquée.
Avant de trouver son boulot de pompiste,
elle passait me voir à la Galerie Marchande.
C’est là que je me fais chier à vendre des
chaussures. Je me suis fait arnaquer. Je pensais
que j’allais passer mes journées à reluquer les
jambes des femmes, mais on m’a mis côté
hommes et je dois me taper leurs chaussettes
pourries à longueur de journée. À la fin, mon
patron l’avait repérée et elle pouvait plus venir.
Alors elle tournait dans les boutiques de
fringues. Les vendeuses, elle les a toutes
rendues dingues, les unes après les autres. Moi
je dis que c’était un miracle son boulot à la
10 Mon copain inoubliable

pompe à essence, sinon elle aurait fini comme
les vieilles lionnes qu’on voit au zoo, à tourner
en rond comme ça.
Elle s’habillait bizarrement parfois. Quand
elle portait pas sa salopette de pompiste, elle
mettait des trucs incroyables. Elle achetait ses
fringues chez Emmaüs. À mon avis, ils avaient
dû vider un cirque la veille qu’elle passe, parce
que ça valait toujours le coup d’œil de la voir
traverser la ville avec ses bas lignés arc-en-ciel,
sa minijupe fuchsia, son chemisier pistache et
son boa en plume jaune citron. Je manquais
jamais de lui dire que j’aimais bien comme elle
était habillée. Les vêtements étaient nuls à chier,
mais quand ils étaient sur elle, c’était comme
s’ils avaient eu une vie propre, je vois que ça à
dire, ils semblaient vivants. Elle me charriait
toujours quand elle portait des jupes. Parce que
Clara, salopette ou jupe, c’était pareil. C’était
certain qu’elle allait s’asseoir en tailleur, les
jambes bien écartées. Pour faire de l’air au
minou, qu’elle disait. Alors moi bien entendu, je
reluquais ses fesses. Et quand je me faisais
prendre, elle me mettait un gnon sur le nez. Elle
était forte, Clara, plus forte que beaucoup de
copains mecs que je connais. Quand on faisait
des bras de fer, elle avait presque le dessus, mais
je la battais quand même, faut pas déconner. Je
mesure presque deux mètres pour cent kilos. Ça
lui servait à rien de me foutre des grands coups
11 Pas Perdu
de latte dans les chevilles pour me
déconcentrer.
Pour boire, c’était pareil, un vrai chef.
Parfois, après sa journée à la pompe à essence,
elle venait me rejoindre à la piscine avec une
bonne provision de bières bien fraîches. Elle
buvait ça comme de la flotte. Des litres, elle
pouvait en avaler. Et jamais saoule. Enfin, je
peux pas savoir parce que je m’endormais avant
d’avoir pu m’en rendre compte. Un soir qu’on
avait pas mal éclusé, elle m’a lancé le pari le plus
con que j’aie jamais entendu de ma vie. Elle m’a
dit « Chiche que je pisse plus loin que toi. »
Bon, j’ai pas répondu tout de suite, parce que
Clara, fallait toujours se méfier vu qu’elle avait
oublié d’être con. « Ben t’as pas de bite,
comment tu vas faire pour pisser plus loin que
moi ? » j’ai demandé, vous auriez pas fait pareil
vous ? Elle a dit que je me dégonflais. Elle a dit
ça avec ses yeux tout noirs, comme quand y
fallait pas la faire chier. « OK, j’ai dit ». J’ai sorti
mon truc et j’ai lâché un jet d’enfer, catégorie
olympique. Quand j’ai eu fini d’arroser l’autre
moitié du pays, elle était blême. « Recule, elle a
dit, et regarde pas ce que je fais. ». J’ai fait trois
pas en arrière. Elle a baissé sa culotte en se
tortillant, elle a retroussé sa jupe et après, je sais
pas ce qu’elle a fait avec ses mains, mais elle
s’est super bien défendue. Comme j’avais jamais
vu un truc aussi délirant, j’ai déclaré qu’on était
12

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin