Personne ne voit jamais rien

De
Publié par

Soit "un écrivain célèbre", aux semelles impeccablement cirées, Charles-André Berquelle dit Chab, le type du "héros parisien". Et son contraire, un "écrivain inconnu", aussi inexistant qu’un agent secret, qui renonce à écrire après l’impeccable échec de ses trois romans. Mais soudain, dans une brusque illumination, déclenchée peut-être par sa "Dame Innocente", il conçoit un mystérieux projet, son "chef-d'oeuvre inconnu"... Des lettres anonymes, un acte sexuel répété "quatre-vingt-quatorze fois" d’un incertain Victor Verso, des murmures, des rumeurs médiatiques, "un texte vagabond", des caractères qui se révèlent, brouillant les rôles et le paysage de ce "petit monde" dans lequel Chab essaie de tirer son épingle du jeu… Que dire de cet "écrivain inconnu", inaltérable dans cette explosion de réactions en chaîne, qu’il a peut-être provoquée, simple lecteur anonyme d’un récit, qu’il a peut-être imaginé, qu’il a peut-être même écrit… Comment savoir dans ce monde d’aveugles satisfaits, où tout est apparence, où "personne ne voit jamais rien"?
Publié le : vendredi 30 mars 2012
Lecture(s) : 36
Tags :
Source : http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782748363357
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782748363357
Nombre de pages : 126
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Du même auteur
Jemporterai pas ma coquille descargot à la pointe de mes souliers, Éditions du Sagittaire, 1979 Le 31 janvier, Lucien, Éditions Grasset 1981 Femmes obscures, Éditions Grasset 1984 Ouvrages collectifs publiés sous la direction de lauteur La Ville et lenfant, Centre Georges Pompidou 1977 LEmpire du bureau, CNAC/Berger Levrault 1984 Lumières, je pense à vous, Centre Georges Pompidou/Éditions Hermé 1985
Jean François Grunfeld
PERSONNE NE VOIT JAMAIS RIEN
 
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :
http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France
IDDN.FR.010.0116164.000.R.P.2011.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication par Mon Petit Éditeur en 2011
 Il na rien vu du tout !  Mon Dieu ! Comment peut-on être aussi borné ?  Pas du tout ! reprit Vereker, en riant à nouveau. Personne ne voit jamais rien. ! »
Henry James.LImage dans le tapisLartiste doit sarranger de façon à faire croire à la postérité quil na pas vécu.
Gustave Flaubert.Lettre à Louise ColetMa parole, pour quelquun qui nexiste pas, je vous trouve gaillard.
Italo Calvino.Le Chevalier Inexistant
1 Comme si Cendrillon pouvait chausser du quarante-quatre Sa vie décrivain Silence total de lattachée de presse. Ah non ! Soyons juste. Un jour, elle lappelle en se marrant. « Pour Minute, vous êtes un écrivain de race depuis que vous avez cité Rémy de Gourmont dans votre dernier roman ». Cest vrai, il ignore la vie celui qui ne meurt pas une fois par jour, surtout sil est un écrivain au nom introuvable. Un nom quil aimerait lais-ser quelque part, pour les archéologues futurs, un genre de silex, dans lunivers infini des silex, quils déchiffreraient peut-être. Une trace, même infime Un Salon du Livre. Un salon. Un livre. Dédicacé à sa maî-tresse. « Ouais, cest bien. » Elle la passé à sa mère qui la refilé à son amie. Plus entendu parler Sa plus grande souffrance, son absence irrémédiable de la Littérature Française, celle qui trône en majuscule et en ordre alphabétique, celle qui est instal-lée à demeure dans les rayons des bonnes librairies. Un supplice chinois, ces piqûres dabsence qui creusent leur chemin dans sa cervelle par où vont séchapper vers le néant, visages, paroles, espoirs, dun tas de personnages magnifiques qui nexisteront jamais. Il rêve dunlibraire charmantqui lélirait comme son écri-vain chéri, qui ferait son propre bouche à oreille, sonword of mouth, sonbook of mouth, avec ses romans, dont il parlerait à voix basse, avec gourmandise, aux très rares amateurs qualifiés
9
PERSONNE NE VOIT JAMAIS RIEN
Une fois, chez Caro, le coiffeur des écrivains et des hommes politiques, rue de Bourgogne, en face de lAssemblée Nationale, il avait tenté une manuvre insidieuse vers Bernard Frank, lui offrant son dernier roman orné dune belle dédicace. Il en avait pris connaissance, un léger sourire aux lèvres. Mais cétait après son déjeuner à lArpège, un trois étoiles voisin, et il sétait as-soupi, laissant tomber, par inadvertance, sans doute, ce livre, à lui dédié. À Lui ? ! Vraiment ? ! Bernard Franck, Franck avec un c Un « c » ! ?My God ! Ricanent les! Cest rédhibitoire attachés de presse. E-li-mi-né ! Et cette saynette de la vie pari-sienne, sous les regards très distraits du salon de coiffure. Désormais, ilvoit se goguenarder à longueur de journée, Caro au-dessus des nuques à rafraîchir de ces messieurs Et lui, il doit chercher un nouveau coiffeur. « Dans ces conditions, mon cher ami Trois romans pu-bliés ! Sans aucun résultat Quest-ce que vous voulez quon fasse dun quatrième ? ! » Mais voici le moment délicieux où il existe enfin. Il a pris à témoin sa nouvelle maîtresse, sa Dame Innocente. Il caresse son corps dénudé, ses seins menus.  «Tu ne trouves pas quils grossissent mes seins ? son ventre plat, sa toison timide aux fri-» sottis délicats, à larrondi de nymphe Cranachéenne. «Je suis un monstre, lui souffle-t-il. Jécris des livres que personne ne lit» Il ne sera pas surpris par son éclat de rire. Puis, elle lui sourira avec indul-gence, sans vraiment le plaindre, puisquelle laime et quelle nen a rien à cirer de la littérature. Lui aussi. Maintenant il sen tape de la littérature. Lemonde entier ce quil perd. Pendant que, de tous ses sens ras- ignorera semblés, le visage fermé sur son plaisir, elle jouit presque douloureusement dans ses bras  Il est le seul, oui Pour ça, au moins, il est le meilleur  il songe à sacarrièredécrivain. Au
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

En héritage

de presses-de-la-cite

Mozart et Magdalena

de Societe-Des-Ecrivains

ARIANE, MA SUR

de harmattan

suivant