//img.uscri.be/pth/ae83b5618b44f212bcc4ddba527211856fd8aeab
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Place Arnaud-Bernard

De
89 pages
... La balle, de fort calibre, a totalement détruit les intestins, le foie, la rate, l’estomac et une partie des poumons... Le canon du révolver a été introduit dans l’anus de la victime... On a relevé des traces de vaseline et de poudre... L’assassin a fait feu par deux fois... . Il ferma les yeux. Les images de la tuerie à laquelle il avait été confronté la veille, lui assaillirent l’esprit. L’avaient-elles, ne serait ce qu’un instant, réellement déserté. Et comment aurait-il pu en être autrement ? Comment aurait-il pu oublier ce carnage ? La victime, le patron de la boucherie chevaline de la place Arnaud Bernard, gisait, nu, sur son étal, au milieu d’une flaque de sang coagulé, couché sur le ventre, les fesses pointées vers le plafond.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Avertissement de l’éditeur
manuscrit.com - maison d’édition francophone - a
pour vocation de réunir les conditions idéales pour
quetouslesmanuscritstrouventleurpublic.
Pourcefaire,manuscrit.coms’estdotédu plusgrand
réseaudelecteursprofessionnels: composédelibraires
etdecritiques,ilestentièrementvouéàladécouverte
etàlapromotiond’auteursdetalents,afindefavoriser
l’édition de leurs textes.
Danslemêmetemps,manuscrit.compropose- pour
accélérer la promotion des oeuvres - une diffusion
immédiate des manuscrits sous forme de fichiers
électroniquesetdelivresimprimés. C’estcetteédition
quelelecteuraentrelesmains. Lesimperfectionsqu’il
ydécèlerapeut-êtresontindissociables delaprimeur
d’une telle découverte.
manuscrit.com
5 bis rue de l’asile Popincourt
75011 Paris
Téléphone : 01 48 07 50 00
Télécopie : 01 48 07 50 10
www.manuscrit.com
contact@manuscrit.comPlaceArnaud-Bernard© manuscrit.com, 2001
ISBN: 2-7481-0277-0 (pour le fichier numérique)
ISBN: 2-7481-0276-2 (pour le livre imprimé)Luis Alfredo
PlaceArnaud-Bernard
Sodomie
ROMANCHAPITRE 1
Voilà plus de six mois que Christian avait dé-
ménagé, emportant dans ces bagages sa ménagerie en
fausseporcelaineettoutesaverroteriecoloréedejeune
branché, ses disques d’Opéra et autre « castrato »,
son aquarium et ses plantes vertes… toutes ses plantes
vertes !… Voilà plus de six mois que René Charles
de Villemur vivait seul, qu’il occupait ses soirées et
ses congés à construire un décor sans parasites, ni
piècesrapportées… son décor. Maisétrangementcette
situation,tantespérée,pourlaquelleilavaitœuvrésans
relâche, maintenant qu’elle constituait son quotidien,
lui laissait un étrange goût amer… comme un goût de
regret.
Il recracha la fumée de sa cigarette, lança un
« bonjour citoyen » à l’agent defaction puis, chassant
ses idées noires d’un haussement d’épaules, il franchit
la porte cochère du commissariat.
La tête vide,il gravitles marches du hall d’entrée
etenfilalelongcouloirdupremierétagequiconduisait
à son bureau.
«Bonjourcommissaire!…luilançaOctave.
- Quoi de nouveau ? demanda René Charles en
refermant la porte.
-On areçu lerapportd’autopsie.
- Lerapport d’autopsie ?…
-Canevapas?…
7Place Arnaud-Bernard
-Si,si…Maisj’aipasséunesalenuit…voyonsce
rapport… »
DeVillemurattrapalesquatrefeuilletsagrafésqui
étaient posés sur son bureau :
« C’est ça ?… »
Octaveacquiesçad’un signedetête.
RenéCharlesseconfectionnaunecigaretteàbase
de tabac mentholé et d’eucalyptus avant de se plonger
dans la prose du légiste.
«…Laballe,defortcalibre,atotalementdétruit
lesintestins,lefoie,larate,l’estomac etunepartiedes
poumons… le canon du revolver a été introduit dans
l’anus de la victime… on a relevé des traces de vaseline
etdepoudre…l’assassinafaitfeupardeuxfois…»
Ilfermalesyeux. Lesimagesdelatuerieàlaquelle
il avait été confronté la veille, lui assaillirent l’esprit.
L’avaient-elles, ne serait ce qu’un instant, réellement
déserté. Et comment aurait-il pu en être autrement ?
Commentaurait-ilpuoublier cecarnage?
La victime, le patron de la boucherie chevaline
de la place Arnaud Bernard, gisait, nu, sur son étal,
au milieu d’une flaque de sang coagulé, couché sur le
ventre,les fesses pointéesversleplafond.
«Desindices,destémoins…Unepiste?»
Octave agita la tête puis s’alluma une cigarette
brune :
«Non…Pourl’instantnousensommesaumême
point qu’hier…
-C’est-à-direnullepart…Bien…Cesoir,jeveux
tout savoir sur la victime… Son lieu de naissance… la
datedesonbaptême…desapremièredent!…»
Octavefixa le plafondetéjectaun longjetdefu-
méepuis posasesyeuxsur lecommissaire.
«Saleaffaire…murmura-t-ilavantd’enchaîner,
ellemerappellecelledelaruedel’AbbéSicard»
RenéCharlesdeVillemurnepipamot. Cetteen-
quête était close et il ne souhaitait pas en parler. Le
meurtrier était le clochard qui vivait dans la bâtisse en
8