Plume de Femme,une ecriture en effervescence

De
Publié par

Avec Plume de Femme, une écriture en effervescence, Oumou nous raconte la modernité conjuguée à la philosophie et à la littérature orale.Elle évoque également la condition de l’homme de son époque, de son temps face à un monde gangrené par les crises, qu’elles soient financières, humaines ou sociales. Ce livre salvateur fait de chaque lecteur un citoyen susceptible d’agir en toute conscience dans le monde contemporain. Oumou Armand Diarra est née à Belgrade et a vécu au Mali, en Côte-d’Ivoire, en Tunisie et en Algérie. A présent à New York, forte de ses voyages et de ses rencontres, elle pose avec son nouveau livre un regard subtil et acéré sur les ambiguités du monde contemporain.
Publié le : mercredi 3 mars 2010
Lecture(s) : 82
EAN13 : 9782304026061
Nombre de pages : 217
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

2 Titre
Plume de Femme,
une écriture
en effervescence

3Titre
Oumou Armand Diarra
Plume de Femme,
une écriture
en effervescence

Nouvelles
5Éditions Le Manuscrit
Paris























© Éditions Le Manuscrit 2010
www.manuscrit.com

ISBN : 978-2-304-02606-1 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782304026061 (livre imprimé)
ISBN : 978-2-304-02607-8 (livre numérique) 026078 (livre numérique)

6
DU MÊME AUTEUR :

L’Afrique un défi au Féminin, Editions Casbah -
Alger 1999.

Les Nouvelles du pays, Miroir d’une société, Edi-
tions Le Manuscrit – Paris, 2006.

Tradition et Modernité dans Le Sang des Masques
de Seydou Badian et dans l’Honneur de la tribu de Ra-
chid Mimouni, Editions Fondation littéraire fleur
de Lys – Canada, 2006.
A ma tante Nafitina Sangaré à Abidjan

11







A toute ma génération, avec qui, j’ai connue
la traversée du désert. Cette traversée m’a per-
mis de connaître la condition de l’homme dans
son environnement.

A mon époux Cheikh Sidi Diarra, à mes en-
fants Moctar Kelendji et Kadiatou Kinzi Diarra.

A ma sœur Fatoumata Boukounta Sangaré
A ma tante Oumou Louise Sidibé


12 Petite biographie de l’auteur



La relecture est un vice impuni. André Wurm-
ser nous apprend que c’est une vertu toujours
récompensée. En achevant de lire ces textes de
l’écrivaine malienne Oumou Armand Diarra, le
lecteur n’aura qu’un seul réflexe. Se replonger
encore et toujours dans ce magnifique livre. Ce
tableau. Cette peinture. Quel style ! C’est un
étalage de toutes les qualités du style. Ener-
gique. Brillant. Elégant. Incisif. Mordant. Elo-
quent. Pathétique. Imagé. Pittoresque. On peut
continuer encore. Ses phrases, ses mots sont
des pépites, des joyaux. L’auteur se fait comme
un peintre. Par des touches, des coups de pin-
ceaux, elle construit une œuvre sur laquelle le
temps, les intempéries n’auront pas de prise. Le
livre, le tableau, devient un bijou à conserver.
Une image pour la chambre, un ouvrage de
chevet. Une pensée pour tous les jours. A tra-
vers ses nouvelles Oumou Armand nous plonge
dans une Afrique qui se désagrège. Une Afrique
vaincue par le mondialisme, le capitalisme et
l’ultra libéralisme. La politique africaine ne vient
9 Plume de Femme, une écriture en effervescence
pas arranger les choses. Comme partout ail-
leurs, l’animation de la cité, se mettre au service
du peuple finit par devenir la cage aux fauves.
Réaliser le bonheur du peuple ou le conduire
sur des chemins lumineux devient un combat
pour soi même. Rester le plus longtemps au
pouvoir, nuire davantage à ses adversaires. Le
peuple ne devenant qu’un faire valoir pour se
faire applaudir. On le voit encore ici, l’homme
politique a tous les défauts dont le moindre
n’est pas la trahison, l’oubli, l’orgueil, la re-
cherche effrénée de l’argent et le mépris de
l’autre. Victor Hugo parlait ainsi des hommes
politiques : « Quand ils promettent la paix, ils
tiennent la guerre ; quand ils promettent le sa-
lut, ils tiennent le désastre ; quand ils promet-
tent la prospérité, ils tiennent la ruine ; quand ils
promettent la gloire, ils tiennent la honte. »
Dans un pays africain, à l’image de tous les
autres, des électeurs, ont préféré rejoindre leurs
champs que d’aller voter. Ils étaient fatigués de
porter des gens au pouvoir sans que leur vie
change. Oumou, après nous avoir présenté ou
peint la situation tragique de ce continent, nous
montre des exemples à suivre à travers la plu-
part des figures féminines qu’elle nous présente.
L’Afrique ne connaitra la prospérité que si ses
enfants ne se décident pas à prendre leur destin
en mains. Les femmes nous montrent le che-
min. Que de figures féminines exemplaires, de
10 Parole de femme
vraies modèles pour une société africaine de
demain. Un écrivain trace souvent des courbes
dans lesquelles s’inscrivent des actions à entre
prendre. Difficiles d’oublier ces figures
d’Oumou. Elles feront désormais partie de nos
familles, de nos voisins. L’auteur nous fait
prendre nos destins en mains. A l’instar de
Jean-Paul Sartre, elle nous tend un miroir, pour
nous regarder et améliorer notre laideur. Sur-
tout les hommes. Beaucoup sont des fourbes,
des traîtres, des ignorants achevés de l’art
d’aimer. L’auteur qui vit aux Etats-Unis ne
pouvait que s’inspirer de ce qu’elle a vu et jeté
ses inventions à travers ses souvenirs des rues
américaines prises d’assaut par les Africains de
tous les pays. La brillante écrivaine par des
scènes, dont elle est souvent le témoin, nous
montre que l’Amérique n’est pas cet eldorado
dont la jeune africaine, tant masculine que fé-
minine, rêve ou croit. L’échec de leur grande
majorité est une invitation à revenir en Afrique
pour la construire. Toutes ces longues heures
passées dans des travaux humiliants seraient de
grandes richesses pour eux s’ils utilisaient,
même, la moitié de ce temps dans leur pays.
Rien ne vaut la douceur du bercail comme le
titrait Aminata Sow Fall. Le développement de
l’Afrique ne viendra pas des bailleurs de fonds
mais par la force de travail de ses enfants. Tra-
vailler beaucoup plus que les autres comme
11 Plume de Femme, une écriture en effervescence
nous le montrent ces visages de femmes de ce
livre. De vrais bâtisseurs. Dans cette nuit où se
trouve plongée l’Afrique, ce livre est comme
une lumière qui s’élève de l’obscurité. N’ayons
pas peur des mots. Il ne reste qu’à l’auteur Diar-
ra Oumou Armand plus que la régularité dans
sa production littéraire. Merci et Bravo pour ce
bijou, pour ce tableau, ce chef d’œuvre de la
pensée, des phrases et du style.

ISAIE BITON KOULIBALY
Ecrivain
12 Parole de femme
UNE PLUME EN EFFERVESCENCE




13 Petite biographie de l’auteur






Ce recueil de nouvelles me permet de conti-
nuer une réflexion, déjà entamée dans mes pré-
cédents ouvrages, sur la condition de
(1)l’homme de ma société, de mon époque.
L’évocation d’un cadre spatio-temporel ou
d’un environnement fictionnel me donne une
envie perpétuelle de créer, de donner vie à des
personnages dont le sort est déterminé par un
contexte tantôt caractérisé par la gaieté,
l’amour, la solidarité, la bonté ou par l’égoïsme,
la méchanceté, l’hypocrisie, la haine…
Cette vie dont je parle, est celle de tous les
jours, c’est notre vécu quotidien. C’est aussi
notre volonté de partager et de connaître les
problèmes réels de notre entourage et de notre
temps.

La misère de l’autre c’est aussi la nôtre…

La vie affective dont je parle doit toucher le
côté sensible de l’homme et cela à travers

(1) Condition de l’homme : cf. la condition humaine de
André Malraux.p. 229, Editions Gallimard, Paris, 1946.
« Un homme est la somme de ses actes, de ce qu’il fait,
de ce qu’il peut faire… »
9 Plume de Femme, une écriture en effervescence
l’amour, la sincérité, la solidarité. Chaque fois
que l’individu est exposé à des problèmes, une
communauté soudée autour de vertus, telles
que la rigueur dans le travail, l’amour des uns
pour les autres peut constituer un support. C’est
d’ailleurs pour cela que je privilégie le rapport
entre les hommes face à tous les obstacles ren-
contrés dans notre univers. Le comportement
des hommes c’est avant tout ce qui m’intéresse
et que j’essaye de décrypter au grand jour, dans
un style argumentatif, touchant la littérature so-
ciologique. Et, c’est avec cette méthode que je
veux inscrire mes œuvres dans la diversité cul-
turelle. L’évocation des problèmes de notre
temps, des problèmes de société qui sont
d’ordre culturel et économique, doit permettre à
l’homme de faire des recherches qui mènent à
la créativité et au progrès comme le disait F.
Nietzsche dans son ouvrage HUMAIN TROP
(2)HUMAIN II mieux connaître l’homme . « … le
progrès intellectuel ; ce sont les hommes qui recherchent
la nouveauté et surtout la diversité… »


(2)F.NIETZSCHE, HUMAIN TROP HUMAIN II
mieux connaître l’homme p. 6, bibliothèque MEDIA-
TIONS, publiée sous la direction de Jean –Louis Fer-
rier, Traduit de l’allemand par A.-M. DESROUS-
SEAUX. Titre original : Menschliches, Allzumenschli-
ches Ein fur freie Geister. 1910 by Mercure de France,
pour la traduction française.
10 Parole de femme
Ma volonté serait également de voir
« l’investissement dans l’homme » comme une
priorité qui doit permettre à certains gouver-
nants de miser sur la qualité des ressources hu-
maines. De telles approches doivent être salu-
taires dans nos pays d’Afrique.
Ma parole, c’est un style, une écriture, une
expression, c’est aussi cette envie de connaître
l’autre, de par sa culture, son mode de vie et
son environnement. Elle a un lien étroit avec
l’existence de l’homme dans la société. Elle me
permet de retracer l’existence des hommes de
mon époque, de ma société. Amadou Hampaté
(3)Ba , écrivain malien a défendu cette thèse dans
son ouvrage aspects de la civilisation africaine :

« Dans les civilisations orales, la parole engage
l’homme, la parole EST l’homme. D’où le respect pro-
fond des récits traditionnels légués par le passé, dont il
est permis d’embellir la forme ou la tournure poétique,
mais dont la trame reste immuable à travers les siècles,
véhiculée par une mémoire prodigieuse qui est la caracté-
ristique même des peuples à tradition orale. Dans la
civilisation moderne, le papier est substitué à la parole.
C’est lui qui engage l’homme...»


(3) Amadou Hampate Ba, aspects de la civilisation africaine,
p.25, Editions Présence Africaine, Paris, 1972.

11 Plume de Femme, une écriture en effervescence
Sory Camara, écrivain guinéen, professeur
d’anthropologie sociale et culturelle à
l’Université de Bordeaux II, a retracé
l’importance de la parole dans son ouvrage Gens
de la parole, un Essai sur la condition et le rôle des
griots dans la société Malinké. La page de couver-
ture du livre nous donne plus d’informations
sur le contenu de l’ouvrage « lié à la redécouverte
des traditions orales, des musiques africaines et de leurs
( 4)étonnantes métamorphoses .

(4) Voir Gens de la parole, Essai sur la condition et le rôle des
griots dans la société malinké de Sory Camara, page couver-
ture « Dès sa première édition en 1975, Gens de la parole allait
connaître une large diffusion en France, en Europe et aux Etats-
Unis, engouement inattendu lié à la redécouverte des traditions
orales, des musiques africaines et de leurs étonnantes métamor-
phoses. »
12 Petite biographie de l’auteur



LA RAISON D’ÊTRE








13 Petite biographie de l’auteur





L’existence d’une femme se reflète le plus
souvent à travers son acte, ses dires dans la so-
ciété. Qui parle d’existence évoque la raison
d’être de l’homme dans l’univers, cela à travers
sa parole, son milieu social, son comportement.
Si la parole comme l’écriture ouvre la voie
vers d’autres perspectives, l’on a constaté dans
certains écrits de femmes, que le social est très
représenté. La présence de deux valeurs récur-
rentes - Tradition et Modernité – est perceptible
dans le contenu et le style de leurs textes. Ces
deux valeurs sont complémentaires dans la litté-
rature africaine :

Littérature traditionnelle orale : « La réfé-
rence à la tradition orale est perceptible dans les
écrits des femmes. Elle permet à ces auteurs de
relater leurs vécus dans la société tradition-
(5)nelle.

Littérature moderne : L’écriture, est une
source d’inspiration qui aide à véhiculer de

(5) Notre librairie numéro 75-76, juillet-octobre « La col-
lecte et l’exploitation de la tradition orale ». P.39-53,
Editions CLEF, Paris, 1984.
15

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.