Pour ceux qui vivent

De
Publié par

J’ai écrit un livre, un récit. Souvenir d’enfance, d’adolescence. L’accident du père, l’hémiplégie, l’aphasie. Fascination, malentendu, illusions, comment grandir dans ce contexte. Ce livre s’appelle Mon Roi, publié en janvier 2009.
Le manuscrit en fait était deux fois plus long, la deuxième partie traitant de la durée, du temps. Comment, devenu adulte, les choses se passent, vous suivent, vous lient, se reproduisent dans votre tête. Dans votre tête ou peut-être pas seulement. Texte difficile, hâté, trop long, « on coupe, m’a dit Élisabeth. Je vous assure, c’est là qu’il faut que ça s’arrête ! »
J’ai dit d’accord, pas discuté, ça sonnait juste.
Livre sorti, j’ai continué, repris la plume, repris ce texte et ses idées. Il le fallait, manquait une jambe, membre amputé. « Vous voyez bien, m’a dit Élisabeth à la lecture, elle tient toute seule, en plus de ça… »       N. P.

Né en 1964, Nicolas Pelletier, père de deux enfants, est le dernier d’une famille de sept. Il a été successivement banquier puis associé d’une start-up, avant de publier son premier récit.

Publié le : mercredi 29 septembre 2010
Lecture(s) : 43
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213661124
Nombre de pages : 150
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
J’ai écrit un livre, un récit. Souvenir d’enfance, d’adolescence. L’accident du père, l’hémiplégie, l’aphasie. Fascination, malentendu, illusions, comment grandir dans ce contexte. Ce livre s’appelle Mon Roi, publié en janvier 2009.
Le manuscrit en fait était deux fois plus long, la deuxième partie traitant de la durée, du temps. Comment, devenu adulte, les choses se passent, vous suivent, vous lient, se reproduisent dans votre tête. Dans votre tête ou peut-être pas seulement. Texte difficile, hâté, trop long, « on coupe, m’a dit Élisabeth. Je vous assure, c’est là qu’il faut que ça s’arrête ! »
J’ai dit d’accord, pas discuté, ça sonnait juste.
Livre sorti, j’ai continué, repris la plume, repris ce texte et ses idées. Il le fallait, manquait une jambe, membre amputé. « Vous voyez bien, m’a dit Élisabeth à la lecture, elle tient toute seule, en plus de ça… »       N. P.
Né en 1964, Nicolas Pelletier, père de deux enfants, est le dernier d’une famille de sept. Il a été successivement banquier puis associé d’une start-up, avant de publier son premier récit.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Adore

de editions-leo-scheer