Pour l'amour d'Alessandro

De
Publié par

Le Combat de l’Autisme. Alessandro, un prénom qui sent bon le soleil, qui a ce côté Méditerranéen comme la couleur de ta peau et celle de tes yeux. Un prénom italien comme tes origines. Choisi par amour de ce pays, là où tu as été conçu. Alessandro, un petit bébé tant attendu, tant espéré. Comme tous les parents on souhaite le meilleur pour son enfant. On voudrait qu’il devienne médecin ou avocat, qu’il ait une belle maison, une famille unie et comblée. Enceinte, quand aucun examen ne décèle de problème, on se sent portée par l’euphorie; on fait tant de projets pour cet enfant à naître. Les tiens seront tout autres. Lesquels je ne le sais pas encore. Tous les bénéfices de ce témoignage seront entièrement reversés à la Fondation Alessandro.
Publié le : vendredi 10 février 2012
Lecture(s) : 36
Tags :
Source : http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782748367805
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782748367805
Nombre de pages : 114
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Isabelle Delfant-Hoylaerts
POUR L’AMOUR D’ALESSANDRO
 
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :
http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France
IDDN.FR.010.0116627.000.R.P.2011.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication par Mon Petit Éditeur en 2011
À mes fils Sébastien, Alessandro et Nicolas. Puisse mon amour vous apporter le bonheur éternel.
Janvier 2011
7
Prologue
Alessandro, un prénom qui sent bon le soleil, qui a ce côté méditerranéen comme la couleur de ta peau et celle de tes yeux. Un prénom italien comme tes origines. Choisi par amour de ce pays, là où tu as été conçu. Alessandro, un petit bébé tant at-tendu, tant espéré. Comme tous les parents, on souhaite le meilleur pour son enfant. On voudrait quil devienne médecin ou avocat, quil ait une belle maison, une famille unie et com-blée. Un chien qui jouerait avec les enfants dans le jardin. Enceinte, quand aucun examen ne décèle de problème, on se sent portée par leuphorie ; on fait tant de projets pour cet en-fant à naître. Les tiens seront tout autres. Lesquels, je ne le sais pas encore, je me demande si je veux le savoir dailleurs. Au-jourdhui tu es un petit garçon de six ans et demi. Rien ne présage pour toi un avenir heureux. Mais si jétais une fée, je poserais ma baguette magique sur ton épaule et ferais de toi un enfant comme les autres. Un enfant qui connaîtrait le bonheur dêtre en vie. Mais, au fond, quel est ce bonheur ?
Ce témoignage est un cri du cur, une partie de vie avec un autiste, mon fils. Il ny a aucune accusation, aucune attaque, juste des constatations. La vérité à létat brut, facilement véri-fiable. Je suis une femme divorcée qui élève pour ainsi dire seule ses trois fils. Je travaille, jai des amies et des amis, jai une maison et une voiture. Je suis comme vous. Rien ne nous desti-nait à un tel drame. Alors du fond de mon cur et du fond de
9
POUR L’AMOUR D’ALESSANDRO
mon âme je vous livre notre histoire. Telle quelle est. Sans ta-bou ni retenue. Juste lhistoire dune famille comme toutes les autres. Au nom de léthique (ce mot si facilement utilisé pour vous dire « non ») je nai nommé personne. Ce témoignage, dès le départ, commence par une foule de gens qui refusent dêtre cités. Pas de photos non plus. Interdiction totale et formelle de vous montrer où Alessandro commence son parcours du com-battant, quil sagisse dhôpitaux, de centres psycho-thérapeutiques, de médecins, de spécialistes ou même dassistantes sociales. Cest secret-défense. Un monde à part, sans aucun doute. Je tiens néanmoins à souligner que certains dentre eux avaient marqué leur accord. Même sils ont été très peu nom-breux, je tiens à les en remercier ; ils se reconnaîtront. Quinze personnalités ont été approchées pour obtenir une simple signature, un encouragement, un peu dhumanité face à une maladie qui fait peur ; puisque cest celle de lâme. À mon grand regret, je nai obtenu quune seule réponse, mais cest celle du cur, indéniablement. Lunique  et cet adjectif est à prendre dans tous les sens du terme  est ce grand monsieur qui dirige lEurope. Il a consacré quelques minutes de son temps, ô combien compté, pour pren-dre sa plume et mencourager merveilleusement. Ces mots ont été pour moi plus que vous ne pourrez jamais limaginer. Merci de tout mon cur, monsieur Barroso.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant