//img.uscri.be/pth/1e7a21f061a757b8753a0568d5952a367970aa5f
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Pour le meilleur et pour l'Empire tome 2

De
378 pages
Pour le milliardaire John, la révélation de l'imposture de son amant Yannick est un choc terrible. Alors qu’il retrouve peu à peu goût à la vie, son fils Vincent se débat dans les affres de l’adolescence. Entre la jolie blonde, Lara, dont il tombe amoureux, et ses amis qui le jalousent, s’insinue un effrayant secret qui le ronge. A Paradis, la famille Delorme est ébranlée, tandis que, dans l'ombre, le mystérieux « Empire » continue de tisser sa toile. Suite du tome I de Pour le meilleur et pour l’Empire, ce roman entrecroise les destins des membres d’une famille influente à l’aune de la menace d’un Empire secret.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

2
Titre
Pour le meilleur et pour l’Empire
3
Titre Claude J. Bobin
Pour le meilleur et pour l’Empire Tome 2
Roman
5 Éditions Le Manuscrit Paris
© Éditions Le Manuscrit, 2010 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-03148-5 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304031485 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-03149-2 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304031492 (livre numérique)
6
Pour le meilleur et pour l’Empire
EPISODE11 L’IMPOSTURE
Du plus profond des insondables ténèbres d’un inconscient dévasté montait une incantation indéfiniment psalmodiée dans le silence de la mort. Je vous implore, démons, sorciers, Noires malédictions du passé, Dragons de feu, armée des ombres, Vampires, sortez de vos tombes. Venez à moi, les morts-vivants, Et repaissez-vous de mon sang. Oh, flammes de l’enfer, Par Belzébuth, par Lucifer, Exaucez enfin ma prière. Prenez mon âme, noires sorcières, Et que du fond de mon cercueil, La mort terrible enfin m’accueille.
7
Pour le meilleur et pour l’Empire
Horreurs infâmes de la vie, Sans hésiter je vous renie. Je donne tout entier mon esprit. J’accepte du fond de ma prison, Toutes les sombres malédictions, Et donne mon âme à Satan. Némésis, viens à moi, je t’implore. Malgré les calmants que le médecin lui prescrivait depuis trois jours, John passait des nuits épouvantablement agitées. Depuis le couloir, Raphaël le regardait remuer sous le drap dans la pénombre en songeant à la transformation de John. Depuis que Lance l’avait empêché de commettre l’irréparable, John n’avait pas dit un seul mot ni fait de lui-même le moindre geste conscient. Les yeux dans le vide, muet comme une tombe, John était presque effrayant. Mais ce qui était le plus choquant, c’était que, en deux nuits, les cheveux de John, sur les tempes et au-dessus des oreilles, étaient devenus tout blancs. En deux jours, John semblait avoir pris dix ans. Installé toute la journée dans un fauteuil, plongé dans un mutisme anormal, incapable de faire le moindre mouvement, John s’était transformé en un vieillard sénile. Et Raphaël en était épouvanté.
8
Claude J. Bobin
Nul n’avait pu dire si l’état de santé de John était ou non définitif. Le médecin voulait le faire interner dans le service psychiatrique de l’hôpital. Raphaël l’avait chassé. Car un jour prochain John reviendrait parmi les vivants. Lance avait raconté comment, entrant par hasard en salle de réunion, il avait entendu Yannick révéler qu’il n’était pas Yannick ; comment il avait vu John s’emparer d’un revolver ; comment il avait désarmé John juste au moment ou il tirait, puis comment John s’était écroulé, pris de violentes convulsions qui durèrent plusieurs effrayantes et interminables minutes. Puis John était tombé dans cet état d’apathie totale. Quelques heures à l’hôpital, le retour à Paradis décidé par Raphaël, la présence de Sophie, de Vincent ou d’Alyssa, rien ne l’avait fait réagir. Après la révélation de Yannick, John aurait dût être fou de rage et de tristesse, ivre de vengeance, terrassé de chagrin, assommé de larmes, emplit de haine et de souffrance. Au lieu de ça, il demeurait sans réaction, son visage aussi lisse et impassible que celui d’une statue, son corps aussi inerte que celui d’un mort encore chaud, et ses yeux aussi expressifs que ceux d’un poisson d’aquarium. Il n’y avait qu’en dormant, lorsque les somnifères prescrits le faisaient sombrer dans une profonde léthargie, que John semblait
9
Pour le meilleur et pour l’Empire
revivre. Des gestes spasmodiques secouaient son corps, et son visage se creusait de rides profondes alors que ses paupières s’agitaient frénétiquement. C’en était effrayant. Mais cette activité prouvait qu’il était encore vivant. Et Raphaël passait des heures, le soir, appuyé au chambranle de la porte, à le regarder dormir. C’était un peu comme s’il était responsable de lui. Un peu comme lorsque, quelque six ans plus tôt, John avait tenté de mettre fin à ses jours. Car depuis le décès de Yannick, John était hanté par l’idée de la mort. La mort qui, cruelle, refusait de le prendre. John se demandait pourquoi. Et Raphaël aussi ! Raphaël était si profondément enfoui dans ses pensées qu’il sursauta lorsque Manuel lui passa le bras autour des épaules et se pressa contre lui. Tu devrais te reposer toi aussi ! murmura-t-il en regardant John avec tristesse Tu crois qu’il se repose ? s’étonna Raphaël. Non, il lutte. Il lutte contre lui-même ! De toute façon tu ne peux rien pour lui ! Sophie était à son bureau, mais elle ne pouvait s’empêcher de penser à son père. Quel choc cela avait été pour lui. Elle en voulait à Yannick, enfin, à cet imposteur, quel que fût son nom. Elle lui en voulait d’avoir fait tant de
10