//img.uscri.be/pth/03f0ee40d58f0dee1597ab725656c205d84e0f07
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Pouvoirs magiques

De
364 pages

La narratrice de ce roman est née en 1968. Famille française issue de la petite bourgeoisie installée en région parisienne. Père médecin et doué pour le bonheur, mère au foyer, belle, sportive, mais soumise, une sœur aînée adorée mais énigmatique. Caracolant sur les couleurs, les vibrations de l’époque, de Pompidou à Sarkozy, la gamine va peu à peu découvrir ses pouvoirs magiques, ceux que génèrent parfois la sensibilité, la mélancolie mais aussi la capacité à attraper les lueurs d’un bonheur même minime, pour risquer une échappée puis trouver un chemin vers la création. Un livre sensible et généreux comme un film de Claude Sautet.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Cécile Reyboz Pouvoirs magiques roman
ACTES SUD
“DOMAINE FR ANÇAIS”
LE POINT DE VUE DES ÉDITEURS
“Elle flanquerait le contenu de sa vie dans une boîte à chaussures. L’heureux et le subi, les tentatives, marottes, loupés, hontes passagères et courtes gloires, le tout en vrac sans arrangement. La boîte à bout de bras, elle la présenterait au monde.”
Un livre jubilatoire où défile la génération des années 7, alors que Mastroianni aimait encore Catherine Deneuve. Où s’ache un amour profond pour Paris, les rues, les places, les recoins et les stations de métro, là où les visages croisés, à peine entrevus, peuplent nos rêves des années plus tard, sans raison apparente. Un livre émouvant, sur la faille qui s’infiltre et abîme le lien filial, cette faille silencieuse qui s’étend bien audelà de l’enfance. Un livre qui dévoile ce qui diérencie au sein d’une même famille : cet autrement que les sœurs aînées ne pardonnent pas. Un livre sur la chance, face à cette griffure, de se découvrir le pouvoir magique de l’écriture, et tout avant, tout au début, l’envie de consigner, de circonscrire, pour poursuivre et comprendre sa voie. Et d’en rire.
CÉCILE REYBOZ
Cécile Reyboz est l’auteur deChanson pour bestioles(Actes Sud, 2008, prix de la Closerie des Lilas et prix découverte Prince Pierre de Monaco 2008) et dePencher pour(Actes Sud, 2010).
DU MÊME AUTEUR
CHANSON POUR BESTIOLES, Actes Sud, 8. PENCHER POUR, Actes Sud, .
Photographie de couverture : © Trunk archives ©ACTESSUD, ISBN 78---8-
CÉCILE REYBOZ
Pouvoirs magiques
roman
ACTES SUD
En mémoire de Niss hénoz, 1901-1997.
À T. et A., talentueux magiciens.
7
8
Cécile dit souvent qu’elle voudrait être jugée. Elle aimerait ça. Entendre sonner le verdict, connaître le sentiment brut, les qualificatifs. Savoir ce qu’elle – elle, sa personne, sa façon d’être –, inspire aux autres, aux siens, aux gens. Ce qui n’est jamais tout à fait dit, ce que même une sœur ne dirait pas, surtout une sœur !, et que chacun voudrait savoir. Bien sûr qu’on veut savoir ! Elle flanquerait le contenu de sa vie dans une boîte à chaussures. L’heureux et le subi, les tenta-tives, marottes, loupés, hontes passagères et courtes gloires, le tout en vrac sans arrangement. La boîte à bout de bras, elle la présenterait au monde. Dans les procès, les jurés se tortillent, on les a aver-tis : qu’ils se méfient d’eux-mêmes et réfléchissent longuement ! Tandis que là, devant la boîte, cha-cun réagirait spontanément, elle n’aurait qu’à guet-ter le sursaut, la grimace, pour avoir la teneur du jugement. Les avis seraient taillés à l’emporte-pièce, certains se contentant d’un coup d’œil, d’autres fouillant la boîte en quête d’un secret de famille, pathologie, assassinat, ne trouvant rien d’aussi somptueux. Elle
9
veut savoir quand même, elle est prête, poings ser résyeux plissés. Les mimiques et les mots de ses juges sécheront sous son crâne, durciront, se patineront et, avec les années, pèseront le poids d’un objet volé. Une relique vaguement obscène qu’elle contemplera en cachette, de loin en loin, souriant pour ellemême. Je connais cette fille depuis des lustres. Toujours, quand je la croise dans une vitrine tandis que je chemine, ou lorsque je la surprends au détour d’un miroir, je l’observe un instant avant de l’interpeller, pour saisir la seconde où son œil s’allume, passant d’un noir las et mat à une chaude lueur de lam-pion. Mais je n’ai jamais pu attraper l’inverse : l’ex-tinction, le retour au noir. Elle doit attendre d’être tout à fait seule. La première chose à savoir d’elle, le premier élé-ment à poser dans la boîte, c’est que longtemps elle n’a été ni femelle ni mâle, ni humain ni animal, mais bien davantage. Elle était alors l’amont de toute créature, plus glo-bale et plus vaste que cette poupée ahurie et entra-vée qu’on appelleenfant. Elle était tout ce qui peut se concevoir. Le videetle matériau. Le cours d’eauetla rocaille,etchaque particule de limon,etla lumière qui sépare les par-ticules. Variante, composante, combinaison en perpétuel réagencement. Un fluide à la circulation minuscule mais incessante, capable de traverser la roche, la peau, le bois. Elle était un universel sauf-conduit.
10