Psychologues

De
Publié par

Les psychologues sont des professionnels formés pour écouter et susciter un cheminement chez la personne qui consulte. Certains clients cependant posent un défi particulier en raison des propos qu'ils tiennent. Ainsi, Nicole Trudeau consulte la psychologue d'expérience Loretta Mac Kensie et présente un étrange changement de comportement lors d'une séance thérapeutique. La psychologue serait-elle face à un cas de multiples personnalités? Simon Veilleux est spécialisé dans le traitement infantile et se doute rapidement que le jeune Nicolas qui le consulte a pu prendre part à des rituels sataniques. Lucie Ferland admet être mal dans sa peau lorsqu'elle se rend chez la psychologue Madeleine Guérin, mais celle-ci éprouve de curieuses difficultés à faire avouer à la jeune femme la source de son malaise. Que cache cette cliente? André Cousineau, pour sa part, n'aurait jamais cru avoir dans son cabinet un client tel que Jacques Moutiers qui prétend avoir vécu une expérience hors normes! Il va sans dire que les traitements de gens présentant de tels problèmes sont parsemés d'embûches et de questionnements, et les psychologues devront s'ajuster afin de leur apporter aide et réconfort. Mais leur diagnostic est-il toujours juste? Et leur motivation est-elle toujours celle que l'on attend d'un professionnel? Et le client est-il bien toujours ce qu'il prétend être? La lecture de "Psychologues" ne suscitera pas des questionnements uniquement chez ses personnages mais également chez les lecteurs. L'auteure s'est inspirée de faits vécus pour l'élaboration de son texte et entend provoquer une réflexion concernant la pratique thérapeutique.
Publié le : jeudi 23 avril 2015
Lecture(s) : 4
Source : http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782342037036
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782342037036
Nombre de pages : 248
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Du même auteur
Maisons hantées, Louise Courteau, éditrice. Saint-Zénon, 2001 Le Syndrome de l’incube, Louise Courteau, éditrice. Saint-Zénon, 2004 Histoires de hantise, Louise Courteau, éditrice. Saint-Zénon, 2005 Le Phénomène des maisons hantées : les esprits et la hantise, Éditions Québecor. Montréal, 2007 Le Petit Bonhomme sans tête de l’Isle-aux-Grues : à la recherche d’une légende. Éditions Archimède. Montréal, 2007 Poltergeists et hantises : esprits frappeurs et lieux hantés, Éditions Québecor. Montréal, 2009 Légendes ou maladies rares ?, Éditions Archimède. Montréal, 2010 Ces mystères qui défient la science, Éditions Québecor. Montréal, 2011 Le Wendigo, entre fiction et réalité,Éditions Québecor. Montréal, 2012 Démons, possessions et satanisme, Éditions Québec-Livres (anciennement Québecor), Montréal, 2013 Lieux hantés, le mystère élucidé, Presses de l’Université Laval, Québec, 2014 Ces enfants qui tuent, Éditions Berg International, Paris, 2015
Mireille Thibault PSYCHOLOGUES
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France IDDN.FR.010.0120338.000.R.P.2015.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication par Mon Petit Éditeur en 2015
À Cynthia, Stéphanie, Pascal, Sarah et Gabriel
Chapitre 1
Nicole Trudeau patientait sagement dans la salle d’attente de Loretta Mac Kensie. Il s’agissait de la cinquième séance à la-quelle elle participait avec la psychologue. Âgée de 28 ans, les cheveux bruns, raides, portés longs, Nicole exerçait le métier de technicienne en informatique pour une entreprise de la région. De taille moyenne, ni grosse ni mince, ni laide ni jolie, on aurait pu la qualifier d’ordinaire si elle n’avait eu ce talent d’agencer ses vêtements avec divers accessoires, présentant ainsi une ap-parence moins morne. Loin d’être extravagante dans sa tenue, seules ses lunettes à monture rouge constellée de petits points d’argent brillants lui donnaient une certaine fantaisie. Nicole avait confié à la psychologue avoir un conjoint, Paul, avec qui elle cohabitait depuis deux ans maintenant. Celui-ci était ingé-nieur et occupait un confortable emploi. Pour l’instant le couple ne désirait pas d’enfant mais envisageait, éventuellement, de fonder une famille dans un futur plus ou moins rapproché. Ce qui avait conduit Nicole chez une thérapeute était une sensation pénible d’un certain mal de vivre, ainsi que de curieux questionnements concernant sa propre personnalité. La jeune femme avait choisi Loretta Mac Kensie dans le répertoire des psychologues et dès leur première rencontre, celle-ci lui avait plu. Âgée d’une quarantaine d’années, la dame se présentait bien. Vêtue de façon classique, elle dégageait une certaine classe qui n’allait pas jusqu’au snobisme. Loretta affichait de superbes cheveux auburn le plus souvent ramenés en chignon. Ayant
7
PSYCHOLOGUES
près de vingt années d’expérience dans le domaine de la psy-chologie clinique, la spécialiste savait comment aborder ses clients et les mettre à l’aise. Elle combinait l’écoute avec une certaine forme d’intervention active et dédaignait ces psycholo-gues qui ne font que laisser parler leurs clients en attendant qu’ils découvrent eux-mêmes toutes les solutions. La psycholo-gue préférait les guider vers les meilleurs choix qui pouvaient s’offrir à eux et jusqu’à présent, il semblait que cette méthode fonctionnait de façon satisfaisante. Pour Loretta, Nicole Tru-deau était une autre cliente comme elle en avait déjà tant vu. La jeune femme lui avait même paru un peu fade et peut-être était-ce là son principal problème. Lors des premières séances, thé-rapeute et consultante avaient ensemble exploré l’existence de Nicole et chercher à identifier plus précisément l’origine de ses angoisses et de son sentiment d’inaccomplissement. Mais au cours de cette cinquième séance se déroulerait un événement inattendu qui orienterait la thérapie de la jeune femme vers un cheminement imprévu et mènerait Loretta… vers le cas de sa carrière. La jeune femme, comme à son habitude, s’est présen-tée bien avant l’heure prévue. — Bonjour, Nicole. — Bonjour, madame Mac Kensie. Les deux femmes prennent place dans les confortables fau-teuils du bureau de la psychologue. Installés à un peu plus d’un mètre l’un de l’autre, légèrement de biais, ces meubles, ainsi disposés, incitent à la confidence tout en permettant au client de se réserver un espace de retrait s’il en ressent le besoin. — Alors Nicole, avez-vous passé une bonne semaine ? — O… Oui, répond la jeune femme. L’hésitation n’échappe pas à la professionnelle. — Y a-t-il un ou des événements dont vous voudriez que nous discutions tout d’abord ? demande-t-elle gentiment.
8
PSYCHOLOGUES
Nicole soupire. — Je ne sais pas trop. Je ne sais pas par où commencer. — S’est-il produit quelque chose de significatif dans votre couple ? — Non, non tout va bien avec Paul. Un silence s’installe pendant lequel Loretta remarque que Nicole hésite en se tordant les mains nerveusement. Sa cliente semble vouloir parler d’un fait précis sans pourtant oser l’aborder. — Nicole, vous pouvez tout me dire, je suis ici pour vous écouter et vous aider à voir clair dans votre vie. Je vois bien qu’il y a quelque chose qui vous préoccupe. Je suis disponible pour vous et ne porterai aucun jugement vous le savez, n’est-ce pas ? Nicole a un pauvre sourire puis précise : — En fait, jusqu’à présent, nous avons vu en gros ma vie. Mon enfance a été ordinaire, avec de bons parents, peut-être un peu sévères, mais ce n’est pas bien grave. J’ai eu des petits co-pains, j’ai fait des études. En fait, ce n’est pas ma vie qui m’inquiète mais… disons… comment dire… ma perception de ma personnalité. — S’il vous plaît, Nicole, développez votre pensée, insiste Loretta Mac Kensie, intriguée par cette affirmation. — Eh bien, voilà. Parfois, j’ai l’impression que c’est quel-qu’un d’autre qui agit à ma place, avoue-t-elle enfin. C’est là un aveu rare chez une personne en traitement et Lo-retta l’interprète comme étant l’indice d’une femme ressentant un tel manque de confiance en soi qu’elle a l’impression que les gens qui l’entourent lui dictent sa conduite et ses gestes.
9
PSYCHOLOGUES
— Dans quel sens entendez-vous cela ? Pouvez-vous m’expliquer un peu plus ? — Eh bien, je fais des gestes qui ne me ressemblent pas. Loretta laisse s’installer un court silence. — Comment qualifieriez-vous ces gestes ? Posez-vous des actions agressives ou d’exhibition par exemple ? demande la psychologue. Silence. — Est-ce ce genre de choses que vous tentez de m’expliquer ? — Non… non… ce n’est pas exactement ça. Je ne sais trop comment dire. Il me semble qu’on me parle dans ma tête. — Entendez-vous des voix ? demande la psychologue sou-dainement inquiète. L’audition de voix pourrait signifier une schizophrénie et si sa cliente présente une telle atteinte, elle devra la référer en psy-chiatrie puisqu’il s’agit d’un trouble organique qui nécessite une médication particulière. — Un peu, répond Nicole. — Allons Nicole, vous ne pouvez entendre un peu de voix, les entendez-vous oui ou non ? Silence. Nicole baisse de plus en plus la tête et serre ses bras autour d’elle. La psychologue ne voit que ses cheveux, lui ca-chant presque tout le visage. — Nicole, je ne veux pas vous brusquer, j’essaie simplement de comprendre ce que vous tentez de m’expliquer. À ce moment, Nicole commence à se balancer d’avant en ar-rière doucement, comme le ferait une enfant. Elle commence à murmurer d’une petite voix faible et effrayée. Le ton de celle-ci
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant