Quatrième génération

De
Publié par

« Dans la famille toutes les femmes sont folles, de génération en génération. Lisa et moi on a respectivement hérité de maman les tendances suicidaires et la nymphomanie. Mais c’est pas génétique, c’est à cause des mensonges qu’on nous raconte depuis qu’on est toutes petites. » Quatre générations de femmes, une « folie » familiale qui se décline au féminin pluriel racontée du point de vue d’une jeune narratrice lucide et ironique sur une société qui laisse peu d’espace et de liberté aux marginaux. Elle même est marginale, tout comme ceux et celles qu’elle aime. Car Marion aime les femmes mais pas seulement, c’est plus compliqué que ça, le sexe et le genre. Au fil de ses aventures sentimentales et sexuelles, on découvre peu à peu des identités et des politiques peu connues, et qui interrogent la binarité des rapports masculin/féminin. Aux quatre générations de femmes de ce récit correspondent quatre générations de féminisme, dont la narratrice a hérité idéologiquement, tentant de se débrouiller au mieux des continuations et contradictions d’un même vaste mouvement politique. Raconter l’enfance, la politique féministe et le sexe de façon décomplexée, c’est ce qu’entreprend la narratrice en voyageant de Paris à San Francisco, dans ce texte qui tient du roman, du manifeste, de la chronique d’un univers alternatif et de mémoires.
Publié le : mercredi 31 octobre 2007
Lecture(s) : 68
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246731597
Nombre de pages : 336
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
« Dans la famille toutes les femmes sont folles, de génération en génération. Lisa et moi on a respectivement hérité de maman les tendances suicidaires et la nymphomanie. Mais c’est pas génétique, c’est à cause des mensonges qu’on nous raconte depuis qu’on est toutes petites. » Quatre générations de femmes, une « folie » familiale qui se décline au féminin pluriel racontée du point de vue d’une jeune narratrice lucide et ironique sur une société qui laisse peu d’espace et de liberté aux marginaux. Elle même est marginale, tout comme ceux et celles qu’elle aime. Car Marion aime les femmes mais pas seulement, c’est plus compliqué que ça, le sexe et le genre. Au fil de ses aventures sentimentales et sexuelles, on découvre peu à peu des identités et des politiques peu connues, et qui interrogent la binarité des rapports masculin/féminin. Aux quatre générations de femmes de ce récit correspondent quatre générations de féminisme, dont la narratrice a hérité idéologiquement, tentant de se débrouiller au mieux des continuations et contradictions d’un même vaste mouvement politique. Raconter l’enfance, la politique féministe et le sexe de façon décomplexée, c’est ce qu’entreprend la narratrice en voyageant de Paris à San Francisco, dans ce texte qui tient du roman, du manifeste, de la chronique d’un univers alternatif et de mémoires.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.