Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Quelques mondes et alentour

De
98 pages
Seize auteurs. Seize nouvelles. Autant de reflets du monde qui nous viennent du fond de leur chambre obscure – de là où, secrètement, assidûment, l’émotion s’apprivoise par le travail de l’écriture. Car c’est aussi d’écriture qu’il s’agit, de leur écriture advenue...Eux, ce sont les participants de nos deux ateliers au long cours, « Ecrire un recueil de nouvelles ». Chacun a écrit son propre recueil, et choisi l’une de ses nouvelles pour cette publication collective. Une occasion de découvrir leur travail, mais surtout des aventures à partager avec leurs personnages, qui nous prennent par la main, attention, ils nous saisissent plutôt, nous troublent, nous bousculent.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Quelqu es mondes
et alentourAleph Écriture
Quelqu es mondes
et alentour
NOUVELLES© manuscrit.com, 2002
ISBN: 2-7481-2547-9(pourlefichiernumérique)
ISBN: 2-7481-2546-0(pourlelivreimprimé)PRÉFACE
L’atelier « Écrire un recueil de nouvelles »
répond à un objectif simple : permettre à des parti-
cipant(e)s déjà expérimenté(e)s de mener à bien un
travail d’une certaine envergure. Il s’agit d’abord,
évidemment, d’écrire « des » nouvelles, avec l’exi-
gence de rigueur et de densité qui caractérise ce
genre ; mais, au-delà, l’enjeu est avant tout de
construire un ensemble cohérent reposant sur une
unité thématique ou formelle forte, ce qui implique
un travail de composition dépassant largement
l’achèvement de chaque nouvelle.
D’où la progression proposée au fil de l’année :
− quelques séances d’exploration permettant de
revenir sur les fondamentaux du genre ;
− un temps d’échange sur des livres illustrant
la visée de cet atelier (cette année, entre autres,
Les petites filles respirent le même air que nous,de
PaulFournel,LesArmessecrètesdeJulioCortazar,
Pourquoi ? d’Alain Spiess…);
− la définition au moins provisoire par chacun(e)
de ce que sera l’axe de son recueil ;
− la construction de ce recueil, séance après
séance, à partir de propositions combinant une
dimension technique (point de vue, implicite…)et
l’organisationd’unestructure(nouvellefaisantécho
à une précédente, nouvelle de contrepoint qui, par
sasingularité,donneplusdeforceàl’ensemble…);
7Quelques mondes et alentour
− enfin, à partir de ces nouvelles écrites et re-
travaillées, la composition finale du recueil : choix
d’un titre général, d’un rythme, d’une progression
d’ensemble, d’un ordre définitif donc.
Le lecteur (la lectrice) qui s’apprête à parcourir
les pages qui suivent a déjà compris qu’il doit se
préparer à une relative frustration. Le « recueil »
qu’iltiententresesmainsesteneffetlajuxtaposition
d’échantillons de ces recueils écrits en atelier : une
nouvelle par participant(e)…
Il aura certainement beaucoup de mal à deviner
quelsontétélesthèmesdéveloppéscetteannéedans
leurs recueils par les auteurs. Pour ne prendre que
quelques exemples : les personnages d’une cité se
croisantd’untexteàl’autre,deslaisséspourcompte
de la société, le regard d’un photographe, deux re-
cueilsautourdelafiguredupère,deuxautressurles
virages de la vie… Et, à chaque fois, un regard sur
lemonde,tendreoudécapant,poétiqueouironique,
une écriture en somme.
Il ne pourra pas non plus − c’est la règle de
tout texte publié − deviner le travail qu’a impliqué
l’achèvement de chacun de ces recueils. Les choses
bien sûr ne se sont pas toujours déroulées comme
prévu, ainsi va l’écriture, et certains projets se sont
modifiésaufildesséances,desnouvellesimprévues
de leur auteur sont venues prendre place, infléchir
l’ensemble ou le réorienter complètement. Le lec-
teur enfin (la lectrice, bon) ne saura rien de la qua-
litédeséchangesqui sesontinstaurésentre lespar-
ticipants au sein de chacun de ces deux ateliers(ily
avaiteneffetdeuxgroupes,l’unaniméparBénédicte
Fayet,l’autreparNicoleVoltzetJean-FrançoisGé-
hant). Sans ces regards amicaux mais exigeants,
sans doute l’avancée de chacun(e) aurait-elle été
moins fructueuse − c’est la réalité de tout atelier
d’écriture.
8Aleph Écriture
Et nous ne dirons rien de notre plaisir d’anima-
teur d’avoir vu ces seize recueils prendre forme, ces
aventuresarriveràleursports: làn’estpluslaques-
tion…
Puissent en tout cas les lecteurs et lectrices
prendre plaisir à se promener dans ces différents
univers, quitte à entrer ensuite en contact, éventuel-
lement par l’intermédiaire d’Aleph, avec tel ou tel
auteur pour découvrir dans sa totalité un recueil
dont l’avant-goût leur aurait semblé particulière-
ment alléchant.
Bén édicte Fayet
Jean -Franço is G éhant
Nic ole Volt z
9JOYEUX NOËL
Mireille Bordet
Allô… je suis bien chez Pauline Ratier ?…
Ah ! c’est vous Pauline ? Je ne vous reconnaissais
pas… Oui, Madame de Rouffignac à l’appareil,
comment allez-vous ma chère Pauline ?… Ce que
je suis contente de vous entendre, si vous saviez
à quel point vous me manquez. Allez-vous bien,
d’abord ?… Oh ! la vie est mal faite, vous savez.
Quand vous pensez que ma femme de chambre
vient de me quitter et juste à la veille de ces fêtes
de fin d’année, s’il vous plaît, comme ça, pour
rien,oupresque,entoutcassansmeprévenir,alors
que j’attends d’une minute à l’autre tout mon petit
monde, Marc-Antoine, sa femme, Marie-Cécile,
leurs enfants, Ariane, François-Xavier, Marc-Oli-
vier… Eh oui, Pauline, je suis grand-mère à présent
et par trois fois encore… Si, si, ma maison, d’une
minute à l’autre, va être pleine à craquer, ça va me
faireplusdeseizepersonnesàtableetàcoucher,ils
meramènentleursamisdeSaint-Moritz…Ah,non,
vraiment,Pauline,sivoussaviez…Quandjepense,
au temps où vous travailliez dans cette heureuse
maison,lorsquefeumonmari,lecomte,étaitencore
là… Je pouvais avoir confiance au moins, tout était
prêt à temps et vous saviez dire au bon moment et
avec le ton : Madame est servie, alors qu’on avait
mis le couvert ensemble, juste avant… Ah ! C’est
sûrqu’uneamietellequevous…Maissi,Pauline…
Si, j’y tiens, vous n’étiez pas une employée comme
11