Rannoch Moor

De
Publié par

Rannoch Moor est la plus solitaire des landes du Royaume-Uni, au centre de l’Écosse. C’est à elle que le journal de Renaud Camus pour l’année 2003 emprunte son titre. Autant dire que, pour l’auteur, la Grande-Bretagne et le voyage qu’il y fait tiennent une grande place dans cette année particulière et lui donnent beaucoup de sa couleur. Non seulement sont évoqués successivement villes, sites, maisons d’artistes ou jardins, parfois fameux et souvent peu connus - Rye, Sissinghurst, Bateman’s, Oxford, Bleinheim, Hardwick, Chatsworth, Fountains Abbey, Haworth, Shandy Hall, Abbotsford, Édimbourg, Cawdor, Skye, les Îles d’Été, Rannoch Moor, Perth, le loch Ericht, le loch Clair, Moniaive, Drumlanrich, Wells, Bath, Glastonbury ou Rodmell -, mais défilent des figures aussi différentes que celles de Beckford, Kipling, Henry James, Virginia Woolf, Elgar, Bax, Flora MacDonald, CharlesÉdouard Stuart, Robert Adam, Robert Lorimer ou Charles Rennie Mackintosh. Le journal est aussi une lecture de Hobbes, de Sterne ou d'Anthony Trollope.

D’autres titres envisagés pour ce volume évoquaient pour leur part, comme toujours chez Renaud Camus, des paysages de France ( L’Étang de la mer Rouge, L’Année du bois), la peinture ( Les Bergers de Chatsworth), des figures ou des épisodes oubliés de l’histoire ( La Reine d’hiver, Le Monument de Grant, Seringapatam captured by storm), les déconvenues de la vie littéraire ou éditoriale ( Pilon sur retours client, Le Retour des vendus), les petits soucis de l’existence quotidienne et leurs éventuels origines ou prolongements idéologiques (Weitzmann et le crémaster, Eribon dans la mémoire vive), les hasards et les épiphanies du voyage ( La Chambre de Bax, Vues splendides sur les Îles d’Été, Un Soir à Moniaive, Retour à Perth, Retour à Shepton Mallet), quand ce n’est pas une méditation sémiologique, à partir de Tristram Shandy, de Tocqueville ou d’étymologies grecques, sur le signe et la représentation ( Mémoire vive, Touat-Zywiec, Namur dans le jardin, L’Idée du caporal Trim, Inscriptions sur des tombes, Politique de l’infra-signe, Prolégomènes glossogoniques, Faire la phrase, etc.).
Publié le : mercredi 22 mars 2006
Lecture(s) : 24
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213648958
Nombre de pages : 814
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Rannoch Moor est la plus solitaire des landes du Royaume-Uni, au centre de l’Écosse. C’est à elle que le journal de Renaud Camus pour l’année 2003 emprunte son titre. Autant dire que, pour l’auteur, la Grande-Bretagne et le voyage qu’il y fait tiennent une grande place dans cette année particulière et lui donnent beaucoup de sa couleur. Non seulement sont évoqués successivement villes, sites, maisons d’artistes ou jardins, parfois fameux et souvent peu connus - Rye, Sissinghurst, Bateman’s, Oxford, Bleinheim, Hardwick, Chatsworth, Fountains Abbey, Haworth, Shandy Hall, Abbotsford, Édimbourg, Cawdor, Skye, les Îles d’Été, Rannoch Moor, Perth, le loch Ericht, le loch Clair, Moniaive, Drumlanrich, Wells, Bath, Glastonbury ou Rodmell -, mais défilent des figures aussi différentes que celles de Beckford, Kipling, Henry James, Virginia Woolf, Elgar, Bax, Flora MacDonald, CharlesÉdouard Stuart, Robert Adam, Robert Lorimer ou Charles Rennie Mackintosh. Le journal est aussi une lecture de Hobbes, de Sterne ou d'Anthony Trollope.


D’autres titres envisagés pour ce volume évoquaient pour leur part, comme toujours chez Renaud Camus, des paysages de France ( L’Étang de la mer Rouge, L’Année du bois), la peinture ( Les Bergers de Chatsworth), des figures ou des épisodes oubliés de l’histoire ( La Reine d’hiver, Le Monument de Grant, Seringapatam captured by storm), les déconvenues de la vie littéraire ou éditoriale ( Pilon sur retours client, Le Retour des vendus), les petits soucis de l’existence quotidienne et leurs éventuels origines ou prolongements idéologiques (Weitzmann et le crémaster, Eribon dans la mémoire vive), les hasards et les épiphanies du voyage ( La Chambre de Bax, Vues splendides sur les Îles d’Été, Un Soir à Moniaive, Retour à Perth, Retour à Shepton Mallet
), quand ce n’est pas une méditation sémiologique, à partir de Tristram Shandy, de Tocqueville ou d’étymologies grecques, sur le signe et la représentation ( Mémoire vive, Touat-Zywiec, Namur dans le jardin, L’Idée du caporal Trim, Inscriptions sur des tombes, Politique de l’infra-signe, Prolégomènes glossogoniques, Faire la phrase, etc.).
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi