Revanche des purs

De
Publié par

« Maintenant ce qui a été moi est libre De recevoir la vraie neige Ouverte à l’absence de moi Elu le voyageur qui chante Parce qu’il est attendu Mais plus heureux celui qui se perd Déjà sans corps sans regard O buée de l’Imparfait Dans le puits de Dieu et du vide » Prosaïsme et sublime, nature et humanité dévoyée, Dieu et son absence, animaux et odeurs, plantes et crânes des vanités, ainsi va la poésie de Jacques Chessex.
Publié le : mercredi 6 février 2008
Lecture(s) : 28
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246733690
Nombre de pages : 144
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
REVANCHE DES PURS
Revanche des purs
Dieu tu n’as pas dit que boue
Ni sanie sont déraison
Mais par dispersion et folie
Nous chantons


Dieu tu as voulu qu’ordure
Et vengeance soient foison
Mais par amusement et injure
Nous salissons


Dieu tu n’as pas voulu ces causes
Tu es venu comme l’air au songe
Et descendu comme l’eau
Goutte àgoutte dans l’éponge


Quel repos de l’âme avec l’ange
De quel trouble est mon esprit
Quand tu le touches et dis «mange
Ma créature au corps de fruit »


Ou quand tu ordonnes «bois
Aux pires creux dans la Croix »
Ou quand ton imagination occupe
Mes mots ôlumineuse pulpe
Dieu tu n’as pas dit que chair
Fût gracieuse après son temps
Tu as voulu la pourriture
La destruction du corps blanc


Pourtant ta beauté fulgure
Sur les fronts et dans les plis
L'air doux vibre de tes cuivres
Dans tes arbres l’Oiseau s’enivre


O traces par ce monde dur
Où tu regardes sans limite
Dans ma bêtise je t’imite
Revanche des purs
Le cerf
Quand Ton cerf était jeune
Il buvait àla source au désert
Maintenant il vit un autre âge
Assoiffé d'une eau plus basse


Il boit au temps Ton cerf
Comme àl’image de la mort
Et le breuvage lui rend l’être


Toi qui disais le cours précaire !
Il y a eu échange du sale
Ce qui était pur devient rare
Et le bas enchante ce hère


Epargnez ce cerf mes anges !
Pour l’heure il va par le pré dru
Brûlant sa langue au lieu élu
Chant dans l’hospice
Cloche de neige
Vieil arpège
Cloue toute route
En déraison


Abîme de neige
Suis-je mort qu’ai-je
A parler si loin de vous
Ainsi font au jardin les fous


Abri de neige
Se désagrège
C'est mon crédule cerveau
Appelant dans sa cage d’os


Messe de neige
Elu serai-je
A la chapelle des guéris
Chantant avec les aguerris
L'unique vallée
Qui porte Christ sur les collines
Le sang de l’épine aux haies ?


Baie d’ailleurs
Goutte de neige
L'éternité est sur ton aile
Oiseau jailli de rien
Toujours sur Golgotha blanc

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.