//img.uscri.be/pth/baaae5805a3fc2a690677e0993797633b7a58d8d
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,25 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Ritournelles

De
77 pages

Au fil des pages, au fil des mots, entrez dans le monde de l'écriture. Laissez-vous entrainer et surfez sans hésiter entre ésotérisme et gouaillerie. Laissez-vous surprendre et plongez sans tarder dans la magie des mots.

Publié par :
Ajouté le : 02 janvier 2002
Lecture(s) : 117
EAN13 : 9782748114287
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

RitournellesElianeCangardel
Ritournelles
cinq nouvelles
NOUVELLE© manuscrit.com, 2001
ISBN: 2-7481-1429-9 (pour le fichier numérique)
ISBN: 2-7481-1428-0 (pour le livre imprimé)Avertissement de l’éditeur
Découvert par notre réseau de Grands Lecteurs (libraires, revues, critiques
littéraires et de chercheurs), ce manuscrit est imprimé tel un livre.
D’éventuelles fautes demeurent possibles ; manuscrit.com, respectueuse de
la mise en forme adoptée par chacun de ses auteurs, conserve, à ce stade du
traitement de l’ouvrage, le texte en l’état.
Nous remercions le lecteur de tenir compte de ce contexte.
manuscrit.com
5bis, rue de l’Asile Popincourt
75011 Paris
Téléphone:0148075000
Télécopie : 01 48 07 50 10
www.manuscrit.com
contact@manuscrit.comLA FISSURE
La fenêtre est fermée sur l’horizon éteint. Le
plafond désespérément sale exhibe sans pudeur ses
squames etsesfissures. Lesmursd’ungrisjaunâtre
ontprislacouleurdesâmesdéfuntes. Etaumilieu,le
lit, dressé comme un autel de sacrifice et recouvert
d’un linceul blanc. Et c’est là, sur cet autel, qu’ils
veulentl’enchâsserpourluifaireboirejusqu’àlalie
lacoupesiamère. Alorselleserebelle. Non,celane
sera pas !
“Mourircelan’estrien,mourirlabelleaffaire…”
maiselleneveut pas mourir triste. La souffrance
n’est rien mais la tristesse immense. La souffrance
estéphémèremaisportesisouventenellelesgermes
d’un bonheur futur…
Ah, jouissance extrême, joie extatique des dou-
leurs de l’enfantement ! Mais la tristesse… la tris-
tesse… que sait-on, après tout, de cet au-delà in-
certainethasardeux?Etsil’infinicommençaitau
boutdelafin,alorslatristessedeviendraitéternelle.
Désespérance. Enfer.
Péniblement elle s’extirpe des draps, se redresse
et chancelle. Le fauteuil, près de la fenêtre, n’est
qu’à quelques pas, presque inaccessible. Elle doit
pourtant y arriver, il le faut, et pas question de de-
mander de l’aide. Voilà, un bref regard sur le parc,
7