Ski, Blanche et avalanche

De
Publié par

Un jeune homme, Cédric Poitras, accumule les mauvais coups depuis son entrée au secondaire : cours séchés, vols à l’étalage, alcool… rien ne semble l’arrêter.
À bout de nerfs, ses parents l’expédient chez son grand-père paternel, propriétaire d’un centre de ski en Colombie-Britannique, le mont Renard. Là, son aïeul ne lui épargne aucune tâche, en plus de l’obliger à passer ses soirées sur Internet pour obtenir son diplôme.
Bientôt, il s’intéresse, malgré lui, à la bonne marche de la station et aux mystérieux problèmes qui s’y manifestent depuis peu. Avec l’aide de ses amis, Chuyên, Tantine Jé, Stanislas et Blanche, la jolie monitrice, il aidera son grand-père à affronter la menace qui plane sur la montagne.
Dans la même veine que son précédent roman, «24 heures de liberté», Pierre-Luc Bélanger livre ici une autre histoire pleine de péripéties et de rebondissements.
Publié le : jeudi 1 octobre 2015
Lecture(s) : 15
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782895975250
Nombre de pages : 202
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Ski, Blanche et avalanche PierreLuc Bélanger
Ski, Blanche et avalanche
PierreLuc Bélanger
Ski, Blanche et avalanche
ROMAN
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada Bélanger, PierreLuc, 1983, auteur  Ski, Blanche et avalanche : roman / PierreLuc Bélanger. (14/18) Publié en formats imprimé (s) et électronique (s). ISBN 9782895975298. — ISBN 9782895975243 (pdf). — ISBN 9782895975250 (epub)  I. Titre. II. Collection : 14/18 PS8603.E42984S54 2015 jC843’.6 C20159057744  C20159057752
Les Éditions David remercient le Conseil des arts du Canada, le Bureau des arts francoontariens du Conseil des arts de l’Ontario, la Ville d’Ottawa et le gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada.
Les Éditions David 335B, rue Cumberland, Ottawa (Ontario) K1N 7J3 Téléphone : 6138303336 | Télécopieur : 6138302819 info@editionsdavid.com | www.editionsdavid.com Tous droits réservés. Imprimé au Canada. e Dépôt légal (Québec et Ottawa), 3 trimestre 2015
À ma grande amie, Sonya Mazerolle, une histoire de mauvais garçon…
CHAPITRE 1
La petite peste
Depuis le début du secondaire, j’accumule les mau vais coups : batailles, cours séchés, vol à l’étalage, joutes de poker illégales, consommation d’alcool, et la liste se poursuit. Toutefois, mes véritables er ennuis ne débutent que le 1 octobre 2010. Chuyên, mon meilleur ami, et moi découvrons une petite salle d’entreposage juste à côté du ves tiaire des femmes, à la piscine du centre commu nautaire de notre quartier, à Ottawa. Inspirés par cette découverte, nous passons à l’action. Il faut absolument explorer ce local. Pendant que Chuyên fait le guet, je m’agenouille devant la porte, armé d’un crochet et d’une clé de frappe. En quelques secondes, je fais tourner le pêne dormant de la serrure. Disons que ce n’est pas le premier verrou que je crochète… Vifs comme l’éclair, nous nous glissons dans l’entrepôt. Une fois à l’intérieur, nous repérons l’interrupteur et inondons de lumière la pièce sans fenêtre. Puis, nous tournons le bouton de la serrure, question de ne pas être surpris. Nous déduisons de notre brève observation des lieux que, pour espionner les femmes qui se
La petite peste
9
changent dans le vestiaire, il faudrait une petite ouverture dans le mur mitoyen. Le spectacle serait bien plus excitant que ce que l’on trouve sur Inter net pour se rincer l’œil… Le temps passe rapide ment. Nous réussissons à percer un petit trou avec un couteau et beaucoup de patience, dans le mur fabriqué de panneaux de gypse et non de blocs de ciment, heureusement. Chuyên est le premier à pouvoir épier les femmes. — La salle est vide ! s’écrietil. — Chut ! Pas trop fort. Veuxtu qu’on nous attrape ? — Non… non, Cédric. Mais après tout ce tra vail… c’est décevant ! — Je le sais. De retour à la maison ce soirlà, j’ai une idée du tonnerre. Comme il nous est impossible de faire le guet en tout temps, il nous suffira d’installer une caméra web derrière le trou dans le mur et d’envoyer la vidéo à mon ordi et à celui de Chuyên. De cette façon, on pourra jouer aux voyeurs sans se déplacer ! En deux temps, trois mouvements, je m’installe devant mon ordinateur et je clavarde avec mon camarade. Chuyên por te bien son prénom, l’expert, en vietnamien. Il me confirme que mon plan fonctionnera. De plus, il a déjà la caméra, nul besoin d’en acheter une. Nous mettons notre plan à exécution dès le lendemain. Malheureusement, nous tombons sur la classe d’aquaforme du jeudi avantmidi. Le choc est brutal ! Les corps nus offerts à nos regards n’ont rien en commun avec ceux des topmodèles de nos rêves. L’expérience s’arrête là, car le père de Chuyên surprend son fils à visionner notre vidéo clandestine. En bon ami, Chuyên reçoit tout le
10
Ski, Blanche et avalanche
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.