Sois belle et cache-toi

De
Publié par

Cette comédie nous entraîne dans les aventures de Samantha Trent, une psychanalyste qui, trop belle, se cache sous des tonnes de fard pour éviter les avances empressées des hommes. Elle voudrait tant qu’on l’aime telle qu’elle et non pour son physique. Mêlée à une enquête policière, elle doit se planquer en tant que boniche chez des richards. La protection à témoin a mis le paquet : on l’a déguisée en bobonne grasse et laide. Tout aurait été pour le mieux si elle n’était pas tombée amoureuse de son patron. Le bel Allan se sent curieusement attiré par cette femme qui détone avec ses goûts habituels. Saura-t-il vaincre ses préjugés et découvrir les qualités réelles de Sam sous cet aspect peu engageant ?
Publié le : jeudi 16 juin 2011
Lecture(s) : 146
EAN13 : 9782748155846
Nombre de pages : 186
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Sois belle et cachetoi
Rose Cambier
Sois belle et cachetoi
ROMAN
Le Manuscr it w w w . m anuscr it . com
© É ditions Le Manuscrit, 2005 20, rue des Petits Champs 75002 Paris Téléphone : 01 48 07 50 00 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com contact@ manuscrit.com ISBN : 2748155858 (fichier numérique) ISBN : 274815584X (livre imprimé)
RO S ECA M B I E R
1 : E NFANCE Imaginez un foyer très ordinaire : père camionneur, mère aux fourneaux. Pour corser l’ambiance, ajoutez cinq garçons très turbulents, faites mijoter ; poivrez l’atmosphère de cris, chamailleries et pitreries à profusion : voilà le décor familial ! E ntre les visites innombrables chez le docteur soignant œil poché, coupure au genou ou autre bobo ; pourparlers avec les instituteurs pour conduites non réglementaires ; factures à régler en raison des dégâts occasionnés par les chérubins  bris de vitres, peinturlurages intempestifs des murs du voisinage, clôtures défoncées par un vélo fougueux, les sept occupants de cette grande maison en désordre permanent ne s’ennuyaient, évidemment, jamais. Que madame Trent tombât  une fois de plus  enceinte, n’étonna personne dans ce petit bled tranquille de la Californie du Sud : c’était la routine.Pourtant, quelle ne fut pas la surprise quand elle accoucha… d’une fille ! Cette fille, c’est moi ! Oui, moi, ce petit bout de chou tout rose perdu dans un grand berceau bleu sur lequel les fées avaient dû se pencher afin de m’offrir tous les attributs de séduction disponibles en cet instant béni où je vis le jour.Il est vrai que j’allais en avoir terriblement besoin pour me tailler une place dans ce cercle vouant un culte
9
SB E L L E O I S C A C H EE T T O I
exclusif aux… garçons ! Je revois une scène comme si je m’en souvenais réellement, tant on me l’a racontée.Je devais avoir trois mois, à l’époque où la tante Agathe nous visita. E lle tenait absolument à contempler, de ses yeux de belette, ce phénomène extraordinaire que constituait mon intrusion dans cette famille où, seule, la présence des mâles avait la cote. « Une fille ! péroraitelle avec une moue significative de sa profonde répugnance envers ce sexe auquel elle appartenait (du moins je crois) Comment diable avezvous fait une chose pareille ! » Ma mère hésita à lui révéler la manière dont j’avais été conçue, il n’est pas certain que cette prude bigote aurait compris… Tante Agathe daigna néanmoins poser son long nez dégoûté audessus de ma frimousse pour constater, de visu, l’ampleur de l’anomalie : « C’est bien une fille ! s’exclamatelle, profondément déçue. » Sans doute espéraitelle une erreur médicale ? Voulant pousser son exploration plus loin, elle avança sa main sèche vers mes cheveux qui bouclaient, déjà, joyeusement : « Blonde, en plus ! Tous vos gamins sont roux ! » Sa mine se décomposait à mesure de l’inventaire de mes défauts. Se tournant vers mes parents, elle les apostropha, dépitée : « E ddy chéri, comment estce possible ? E t vous, Jane ? Vous êtesvous assurée qu’aucune confusion de la clinique… Cette… chose ne vous ressemble guère, ni à l’un ni à l’autre ! Ces yeux bleus, ces boucles indécentes, et ces… Aïe ! »
10
Les commentaires (1)
Écrire un nouveau message

17/1000 caractères maximum.

Cambier

Très bon divertissement. Je me marre toujours en le lisant.

mardi 1 novembre 2011 - 17:40